Jolies ténèbres (Kerascoët & Vehlmann – Dupuis )

joliestenebres-couv

Attention, grosse claque… Comme vous le savez maintenant, je m’intéresse de très près au dessin, particulièrement en BD. Il n’y a pas tant d’auteurs qui travaillent sur les rapports graphisme/histoire ou dont le dessin apporte un vrai plus au scénario. Les Kerascoët ont fait ici très fort.
Vous connaissez peut-être l’histoire: Marie Pommepuy, le membre féminin du duo K. a une idée d’histoire mais préfère demander à un scénariste aguerri (Fabien Vehlmann pour le coup) de lui développer ça. L’idée c’est qu’une petite fille est morte dans les bois et que des tas de petites gens sortent de sa tête. Pas pour batifoler tels des fées et autres lutins malicieux tellement à la mode chez les jeunes filles en fleurs d’aujourd’hui mais comme des êtres innocents (dans tous les sens du terme) confrontés à la réalité de la survie en mileu forestier. En effet, il faut se nourrir, s’organiser et éviter de mourir bêtement. En fait, il n’y en a qu’une qui songe à organiser les choses, c’est Aurore, la « gentille petite fille courageuse ». Car chacun des personnages est comme la projection physique d’un caractère imaginé par une petite fille. Avec sa naïveté, son charme, son égoïsme et sa cruauté. Et c’est une histoire très très très sombre. C’est l’idée de génie. En règle générale, les auteurs qui veulent exhiber leur sombre intérieur annoncent la couleur: du noir et blanc ou des couleurs sourdes, des personnages au visage fermé ou sombre, bref, on devine à la première page qu’on n’est pas là pour rigoler, la souffrance c’est du sérieux monsieur, il faut parler à voix basse et faire son signe de croix en passant. Les Kerascoët développent au contraire des personnages enfantins et très mignons dans une nature luxuriante et colorée. Leur passage de vie à trépas est d’autant plus marquant et difficile à digérer… Ce choix de confronter joliesse et violence est ce que j’ai vu de plus pertinent depuis fort longtemps (on pourra comparer ça avec un certain Petit Prince qui se contente de sous-citer un graphisme). Il y a un véritable questionnement sur le rôle du dessin en BD qui me laisse pantois et une ambition qui fait réfléchir…
Personnellement, je considère que c’est un conte à rebours que l’on a ici. On commence par la Mort et non pas la naissance, la forêt n’est pas peuplé de génies protecteurs mais se révèle indifférente et mortelle (on pourrait comparer ça avec Miyazaki). Et même si Aurore grandit, c’est en perdant toute innocence et pour retourner là où les contes commencent. Bref, vous m’aurez compris, je conseille l’achat subit et incontrôlable pour un album hors norme publié chez Dupuis à mon grand étonnement (et hors collection en plus). Il faudra que je secoue la main de l’éditeur qui a donné son feu vert là-dessus.

joliestenebres-pl

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-moi en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

56 commentaires

  • Oui, complétement d’accord avec toi. Une lecture magnifique et surtout vraiment dérengeante, de celles qui secouent l’estomac avec une recette inédite, fausse naiveté du dessin et univers sombre et glauque, sans compromis. Un bien bel album.

  • entré dans la librairie, vu le livre, l’a arraché du rayon et payé direct…. rentré à la maison, lu…

     » putain ! « 

    …..

  • Je ne suis pas aussi enthousiaste que vous tous je me suis ennuyé à la lecture de cet album et surtout j’ai eu l’impression que les auteurs avaient oublié le lecteur ???

  • je l’ai parcouru hier dans une librairie mais je ne l’ai pas encore achetée ( cela fait partie de mes projets ) , je suis en revanche reparti avec « Rocher rouge » ;)

  • Je l’ai lu en profondeur mais déjà la différence de traitement entre les animaux et les fées m’a dérangée je n’ai surtout pas vu le but de cette histoire ?????Quand à la fin si fin il y a elle doit se trouver dans la tête du lecteur.

  • @raoul ketchup : ah oui, on ne sauve pas la Terre à la fin. Mais la différence entre créatures et animaux me semble évidente puisque les premiers sont des projections de personnalités et les seconds de vrais animaux. Et la fin est cohérente avec mon analyse de conte « à rebours ».

  • C’est encore plus subtil que ça: on ne peut pas conclure complètement sur la qualité du personnage – même si il est possible que tu aies raison.

  • Eh bien ! Cette avalanche d’éloges ne peut qu’attiser ma curiosité. Je vais essayer de lire cet album.

    Si je ne suis pas content, je reviendrai faire un commentaire ;-)

  • là je suis d’accord…. j’ai l’impression qu’il y a de plus en plus de bonnes BD et du coup on se retrouve à découvert…

  • C’est une blague qui me dépasse, le 974 ???
    Le Rocher Rouge est tombé dans ma boîte aux lettres :-)(il y aurait eu de fortes chances que je l’achète, il est vrai).

  • Oui, mais rien ne t’empêche de le visionner autrement :-) – grâce à Dieu, je n’ai pas d’Iphone. Juste un portable qui ne fait mm pas appareil photo.

  • Ah .. t’es pas venu sur mon blog récemment toi… (ou sur Facebook)

    Oui mon album sera dispo sur Iphone mais pas que, plusieurs autres modèle de mobile et aussi sur PC/MAC (version numérique)

    J’ai vu la démo… c’est du beau travail effectué par une nouvelle boite par ici : http://www.ave-comics.com/

  • Ah ah ah ah ah le réac ! C ‘est un support pour toucher plus de public, je comprend ta réaction mais il faut essayer de penser autrement… L’objet/livre survivra si le contenu est de qualité… avez-vus l’objet « JOLIE TÉNÈBRES » ? Y a pas à dire, c’est un beau livre…. On en a parlé mon éditeur et moi, et on voit ça comme un complément. Si le public a plus d’accès, je pourrais esperer un meilleur tirage au tome 2…un effet boule de neige quoi.

  • Bon, c’est un débat qui n’a pas sa place ici mais « réac » est un mot un peu fort envers un libraire qui craint pour son boulot (personnellement, je suis sûr que la vision d’un « progrès » qui fait des victimes inévitables c’est de nos jours du libéralisme économique qui ferait rougir de plaisir l’UMP. Les libraires ont fait plus pour le développement d’une BD diversifiée que le Net jusqu’à preuve du contraire).
    De plus, la diversité de la distribution est du pur pipeau concernant les auteurs: pour l’instant c’est tout à l’avantage de l’éditeur. Ses frais de production sont réduits à moyen terme (il n’a pas besoin de réimprimer): est-ce que ton contrat prévoit que tu gagneras plus d’argent sur cette distribution ? L’éditeur fera des économies lui. De plus, ça aidera considérablement le piratage puisque l’objet piraté sera identique à celui vendu (donc la progression éventuelle des ventes sera freinée par cet aspect). Quoiqu’il en soit, tu nous donneras dans un an le compte rendu des ventes sur ce support. Ça sera intéressant à analyser. Enfin, je ne vois pas comment en tant qu’auteur amoureux de l’objet on peut être optimiste sur cette évolution qui encourage la consommation kleenex en sachant que les revenus issus de la BD sont bien bien bien moins importants que ceux issus de la musique…
    Quoiqu’il en soit, si vous voulez poursuivre ce débat, il faudra le faire par mail et pas ici :-)

  • Et pour finir, considérer ton propre album comme moins susceptible d’avoir sa place en librairie frise le masochisme suicidaire :-)

  • Quand j’annonce la mort du livre je ne porte pas de jugement ni sur le support ni sur le contenu je constate simplement: je ne suis pas un canu. ;)

  • .. à titre personnel je ne m’inquiète pas… le livre existera toujours… comme il existent toujours des tableaux et des gens qui peignent dessus….

  • Oh des vinyls ! On en fabrique toujours ! J’en achetais encore en 2002…. et en plus, il y a des réeditions en maxi 45 t de disque DISCO et funk…
    (les poètes d’aujourd’hui on les appellent des slammeurs)

  • Vu comment il est difficile de trouver la BD d’Urbatrof en librairie, je pense que la version sur téléphone n’est pas une si mauvaise idée en fin de compte.

    Enfin bon, le débat étant clos, j’ai rien dit…

    On parlait de quoi, déjà ?

  • nous aussi, nous avons cédé à la tentation… mais du coup, pas évident, quand on a une petite fille de 4 ans 1/2 attirée par le graphisme enfantin de la couverture et des dessins, qu’elle a pu apercevoir, mais qui ne sont pas du tout du tout pour les enfants. alors là, je me questionne… je me suis délectée, j’ai adoré… c’est un peu dans la même veine que les happy tree friends, non? dur dur pour les parents d’éloigner les trop petits de ce graphisme qui parle au premier coup d’oeil plus aux enfants qu’aux parents! du coup, j’espère que les libraires sont prudents, car j’imagine déjà la confusion…
    voilà…
    et j’ai été tellement contaminée par le style des Kerascoët, que j’ai même acheté les deux premiers tomes de Miss Pas touche! tout simplement génialissime!! vraiment… ils sont excellents!
    j’aimerai en savoir un peu plus sur qui dessine quoi… je sais que Marie dessine les femmes… mais Sébastien?? bravo… à eux deux!

    • Ah c’est sûr que les persos sont trop craquants… Mais c’est bien d’expliquer aux petits que tout n’est pas pour eux, qu’il faut aussi grandir :-)

      J’ai tenté sans grand succès une interview des Kerascoët qui désirent se protéger au maximum. Si ça se trouve, j’ai dû leur poser la question et j’ai oublié la réponse :-). Visiblement, c’est quand même assez mélangé. On peut voir sur leur blog des images où il est précisé qui dessine.

  • Communiqué de presse conjoint – Paris le 16 juillet 2009
    BD numérique : partenariat entre MobiLire et le réseau Canal BD
    MobiLire et le Groupement des Librairies spécialisées en Bande Dessinée (GLBD), sous enseigne
    Canal BD, annoncent la signature d’un partenariat pour la commercialisation et la promotion de BD et
    mangas numériques sur iPhone, téléphones mobiles, smartphones et PC/Mac.

  • faisant parti de Canal BD je voulais juste dire a Urbatrof que nous sommes putôt réac….tif non! aprés juré craché j’en parle plus.

  • Ben débattre de quoi ? Pour l’instant, je ne suis pas concerné directement et j’ignore totalement qu’elles seront les conséquences à courts et moyens termes (à part l’évident piratage qui nous pend au nez). Est-ce que l’édition BD va s’effondrer comme la vente CD ? Est-ce que les libraires vont mettre la clé sous la porte ? Vous voulez que j’ouvre un forum ? :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *