Jolies ténèbres (Kerascoët & Vehlmann – Dupuis )

joliestenebres-couv

Atten­tion, grosse claque… Comme vous le savez mainte­nant, je m’inté­resse de très près au dessin, parti­cu­liè­re­ment en BD. Il n’y a pas tant d’auteurs qui travaillent sur les rapports graphisme/​histoire ou dont le dessin apporte un vrai plus au scéna­rio. Les Keras­coët ont fait ici très fort.
Vous connais­sez peut-être l’his­toire : Marie Pomme­puy, le membre féminin du duo K. a une idée d’his­toire mais préfère deman­der à un scéna­riste aguer­ri (Fabien Vehlmann pour le coup) de lui dévelop­per ça. L’idée c’est qu’une petite fille est morte dans les bois et que des tas de petites gens sortent de sa tête. Pas pour batifo­ler tels des fées et autres lutins malicieux telle­ment à la mode chez les jeunes filles en fleurs d’aujourd’­hui mais comme des êtres innocents (dans tous les sens du terme) confron­tés à la réali­té de la survie en mileu fores­tier. En effet, il faut se nourrir, s’orga­ni­ser et éviter de mourir bêtement. En fait, il n’y en a qu’une qui songe à organi­ser les choses, c’est Aurore, la ”gentille petite fille coura­geuse”. Car chacun des person­nages est comme la projec­tion physique d’un carac­tère imagi­né par une petite fille. Avec sa naïve­té, son charme, son égoïsme et sa cruau­té. Et c’est une histoire très très très sombre. C’est l’idée de génie. En règle générale, les auteurs qui veulent exhiber leur sombre intérieur annoncent la couleur : du noir et blanc ou des couleurs sourdes, des person­nages au visage fermé ou sombre, bref, on devine à la première page qu’on n’est pas là pour rigoler, la souffrance c’est du sérieux monsieur, il faut parler à voix basse et faire son signe de croix en passant. Les Keras­coët développent au contraire des person­nages enfan­tins et très mignons dans une nature luxuriante et colorée. Leur passage de vie à trépas est d’autant plus marquant et diffi­cile à digérer… Ce choix de confron­ter joliesse et violence est ce que j’ai vu de plus perti­nent depuis fort longtemps (on pourra compa­rer ça avec un certain Petit Prince qui se contente de sous-citer un graphisme). Il y a un véritable question­ne­ment sur le rôle du dessin en BD qui me laisse pantois et une ambition qui fait réflé­chir…
Person­nel­le­ment, je consi­dère que c’est un conte à rebours que l’on a ici. On commence par la Mort et non pas la naissance, la forêt n’est pas peuplé de génies protec­teurs mais se révèle indif­fé­rente et mortelle (on pourrait compa­rer ça avec Miyaza­ki). Et même si Aurore grandit, c’est en perdant toute innocence et pour retour­ner là où les contes commencent. Bref, vous m’aurez compris, je conseille l’achat subit et incon­trô­lable pour un album hors norme publié chez Dupuis à mon grand étonne­ment (et hors collec­tion en plus). Il faudra que je secoue la main de l’édi­teur qui a donné son feu vert là-dessus.

joliestenebres-pl

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

56 commentaires

  • Oui, complé­te­ment d’accord avec toi. Une lecture magni­fique et surtout vraiment déren­geante, de celles qui secouent l’esto­mac avec une recette inédite, fausse naive­té du dessin et univers sombre et glauque, sans compro­mis. Un bien bel album.

  • entré dans la librai­rie, vu le livre, l’a arraché du rayon et payé direct.… rentré à la maison, lu…

    ” putain ! ”

    .….

  • Je ne suis pas aussi enthou­siaste que vous tous je me suis ennuyé à la lecture de cet album et surtout j’ai eu l’impres­sion que les auteurs avaient oublié le lecteur ???

  • je l’ai parcou­ru hier dans une librai­rie mais je ne l’ai pas encore achetée ( cela fait partie de mes projets ) , je suis en revanche repar­ti avec ”Rocher rouge” ;)

  • Je l’ai lu en profon­deur mais déjà la diffé­rence de traite­ment entre les animaux et les fées m’a déran­gée je n’ai surtout pas vu le but de cette histoire ?????Quand à la fin si fin il y a elle doit se trouver dans la tête du lecteur.

  • @raoul ketchup : ah oui, on ne sauve pas la Terre à la fin. Mais la diffé­rence entre créatures et animaux me semble évidente puisque les premiers sont des projec­tions de person­na­li­tés et les seconds de vrais animaux. Et la fin est cohérente avec mon analyse de conte ”à rebours”.

  • Je voulais juste signa­ler qu’il m’ avait manqué quelques éléments pour être pleine­ment conquis ! ;)

  • C’est encore plus subtil que ça : on ne peut pas conclure complè­te­ment sur la quali­té du person­nage – même si il est possible que tu aies raison.

  • Eh bien ! Cette avalanche d’éloges ne peut qu’at­ti­ser ma curio­si­té. Je vais essayer de lire cet album.

    Si je ne suis pas content, je revien­drai faire un commen­taire ;-)

  • là je suis d’accord.… j’ai l’impres­sion qu’il y a de plus en plus de bonnes BD et du coup on se retrouve à décou­vert…

  • C’est une blague qui me dépasse, le 974 ???
    Le Rocher Rouge est tombé dans ma boîte aux lettres :-)(il y aurait eu de fortes chances que je l’achète, il est vrai).

  • Oui, mais rien ne t’empêche de le vision­ner autre­ment :-) – grâce à Dieu, je n’ai pas d’Iphone. Juste un portable qui ne fait mm pas appareil photo.

  • Ah .. t’es pas venu sur mon blog récem­ment toi… (ou sur Facebook)

    Oui mon album sera dispo sur Iphone mais pas que, plusieurs autres modèle de mobile et aussi sur PC/​MAC (version numérique)

    J’ai vu la démo… c’est du beau travail effec­tué par une nouvelle boite par ici : http://​www​.ave​-comics​.com/

  • Ah ah ah ah ah le réac ! C ‘est un support pour toucher plus de public, je comprend ta réaction mais il faut essayer de penser autre­ment… L’objet/​livre survi­vra si le conte­nu est de quali­té… avez-vus l’objet ”JOLIE TÉNÈBRES” ? Y a pas à dire, c’est un beau livre.… On en a parlé mon éditeur et moi, et on voit ça comme un complé­ment. Si le public a plus d’accès, je pourrais esperer un meilleur tirage au tome 2…un effet boule de neige quoi.

  • Bon, c’est un débat qui n’a pas sa place ici mais ”réac” est un mot un peu fort envers un libraire qui craint pour son boulot (person­nel­le­ment, je suis sûr que la vision d’un ”progrès” qui fait des victimes inévi­tables c’est de nos jours du libéra­lisme écono­mique qui ferait rougir de plaisir l’UMP. Les libraires ont fait plus pour le dévelop­pe­ment d’une BD diver­si­fiée que le Net jusqu’à preuve du contraire).
    De plus, la diver­si­té de la distri­bu­tion est du pur pipeau concer­nant les auteurs : pour l’ins­tant c’est tout à l’avan­tage de l’édi­teur. Ses frais de produc­tion sont réduits à moyen terme (il n’a pas besoin de réimpri­mer): est-ce que ton contrat prévoit que tu gagne­ras plus d’argent sur cette distri­bu­tion ? L’édi­teur fera des écono­mies lui. De plus, ça aidera consi­dé­ra­ble­ment le piratage puisque l’objet piraté sera identique à celui vendu (donc la progres­sion éventuelle des ventes sera freinée par cet aspect). Quoiqu’il en soit, tu nous donne­ras dans un an le compte rendu des ventes sur ce support. Ça sera intéres­sant à analy­ser. Enfin, je ne vois pas comment en tant qu’au­teur amoureux de l’objet on peut être optimiste sur cette évolu­tion qui encou­rage la consom­ma­tion kleenex en sachant que les revenus issus de la BD sont bien bien bien moins impor­tants que ceux issus de la musique…
    Quoiqu’il en soit, si vous voulez poursuivre ce débat, il faudra le faire par mail et pas ici :-)

  • Et pour finir, consi­dé­rer ton propre album comme moins suscep­tible d’avoir sa place en librai­rie frise le masochisme suici­daire :-)

  • Quand j’annonce la mort du livre je ne porte pas de jugement ni sur le support ni sur le conte­nu je constate simple­ment : je ne suis pas un canu. ;)

  • .. à titre person­nel je ne m’inquiète pas… le livre existe­ra toujours… comme il existent toujours des tableaux et des gens qui peignent dessus.…

  • Oh des vinyls ! On en fabrique toujours ! J’en achetais encore en 2002.… et en plus, il y a des réedi­tions en maxi 45 t de disque DISCO et funk…
    (les poètes d’aujourd’­hui on les appellent des slammeurs)

  • Vu comment il est diffi­cile de trouver la BD d’Urbatrof en librai­rie, je pense que la version sur téléphone n’est pas une si mauvaise idée en fin de compte.

    Enfin bon, le débat étant clos, j’ai rien dit…

    On parlait de quoi, déjà ?

  • nous aussi, nous avons cédé à la tenta­tion… mais du coup, pas évident, quand on a une petite fille de 4 ans 1/​2 attirée par le graphisme enfan­tin de la couver­ture et des dessins, qu’elle a pu aperce­voir, mais qui ne sont pas du tout du tout pour les enfants. alors là, je me questionne… je me suis délec­tée, j’ai adoré… c’est un peu dans la même veine que les happy tree friends, non ? dur dur pour les parents d’éloi­gner les trop petits de ce graphisme qui parle au premier coup d’oeil plus aux enfants qu’aux parents ! du coup, j’espère que les libraires sont prudents, car j’ima­gine déjà la confu­sion…
    voilà…
    et j’ai été telle­ment conta­mi­née par le style des Keras­coët, que j’ai même acheté les deux premiers tomes de Miss Pas touche ! tout simple­ment génia­lis­sime!! vraiment… ils sont excel­lents !
    j’aime­rai en savoir un peu plus sur qui dessine quoi… je sais que Marie dessine les femmes… mais Sébas­tien?? bravo… à eux deux !

    • Ah c’est sûr que les persos sont trop craquants… Mais c’est bien d’expli­quer aux petits que tout n’est pas pour eux, qu’il faut aussi grandir :-)

      J’ai tenté sans grand succès une inter­view des Keras­coët qui désirent se proté­ger au maximum. Si ça se trouve, j’ai dû leur poser la question et j’ai oublié la réponse :-). Visible­ment, c’est quand même assez mélan­gé. On peut voir sur leur blog des images où il est préci­sé qui dessine.

  • @urbatrof : merci Urbatrof (jolie robe. Zut, je vais passer pour le macho de service).

    @raoul ketchup : de toute manière, avec le manga, les gamins ont l’habi­tude de voir des trucs mignons racon­ter des horreurs.

  • Commu­ni­qué de presse conjoint – Paris le 16 juillet 2009
    BD numérique : parte­na­riat entre MobiLire et le réseau Canal BD
    MobiLire et le Groupe­ment des Librai­ries spécia­li­sées en Bande Dessi­née (GLBD), sous enseigne
    Canal BD, annoncent la signa­ture d’un parte­na­riat pour la commer­cia­li­sa­tion et la promo­tion de BD et
    mangas numériques sur iPhone, téléphones mobiles, smart­phones et PC/​Mac.

  • faisant parti de Canal BD je voulais juste dire a Urbatrof que nous sommes putôt réac.…tif non ! aprés juré craché j’en parle plus.

  • Ben débattre de quoi ? Pour l’ins­tant, je ne suis pas concer­né direc­te­ment et j’ignore totale­ment qu’elles seront les consé­quences à courts et moyens termes (à part l’évident piratage qui nous pend au nez). Est-ce que l’édi­tion BD va s’effon­drer comme la vente CD ? Est-ce que les libraires vont mettre la clé sous la porte ? Vous voulez que j’ouvre un forum ? :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *