Coccinelle à lunettes noires

Got­lib s’en est allé au Para­dis (éven­tuel, sous réserve de véri­fi­ca­tion, aucun rem­bour­se­ment n’est pos­sible) des auteurs BD et c’est toute une époque qui file avec lui. Un temps où les auteurs consi­dé­raient que les édi­teurs ne leur per­met­taient pas de s’exprimer en toute liber­té et qu’il fal­lait être le plus indé­pen­dant pos­sible et deve­nir de vrais artistes fina­le­ment. Voir aujourd’hui les des­si­na­teurs tra­vailler sur des per­son­nages qui ne leur appar­tiennent pas, tels des ouvriers spé­cia­li­sés de luxe, est tout à fait dépri­mant.

J’ai décou­vert Got­lib à 12 ans, en inter­nat, par l’intermédiaire d’un copain qui était un fan abso­lu et je suis rapi­de­ment pas­sé de Rubrique à Brac à Ham­ster Jovial. Sans en être par­ti­cu­liè­re­ment fou. La pro­fu­sion de textes me saou­lait quelque peu et cer­tains gags me pas­saient au des­sus de la tête.
Néan­moins, je ne peux que tirer mon cha­peau au type qui a écrit des scé­na­rios aus­si bien à Moe­bius qu’à Fran­quin et il m’a quand même bien fait rigo­ler.

Triple référence
Triple réfé­rence

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

8 commentaires

  • J’ai l’impression qu’il a été le seul de la géné­ra­tion Pilote à out­gos­cin­nyer Gos­cin­ny, si l’on veut bien me par­don­ner cet angli­cisme foi­reux.

  • Vous avez rai­son, com­mis­saire, appré­hen­der, ça doit se faire dans les règles, on n’est pas dans un feuille­ton amé­ri­cain. Je veux dire que de tous ceux qui ont tra­vaillé, à leurs débuts, en col­la­bo­ra­tion avec Gos­cin­ny, puis qui ont conti­nué sans lui, il est le seul qui a réus­si à faire mieux tout seul, tout en conti­nuant dans le même esprit ; à la dif­fé­rence par exemple de Taba­ry, qui a fait aus­si bien mais pas mieux, ou de Cabu, qui est par­ti dans une tout autre direc­tion, avec de moins en moins de points com­muns entre ce qu’il a fait avec Gos­cin­ny et ce qu’il a fait sans lui. Sans par­ler, bien sûr, de ceux qui ont essayé de faire pareil et qui ont fait beau­coup moins bien.

  • Très juste, la remarque sur les séries à per­son­nage. Ce ne sont peut-être pas tant les des­si­na­teurs que les per­son­nages qui n’arrivaient pas à se pas­ser de Gos­cin­ny (la col­la­bo­ra­tion Gos­cin­ny-Sem­pé a don­né Le petit Nico­las, qui est assez éloi­gné dans le ton, le rythme, le lan­gage, des his­toires que Sem­pé a des­si­né tout seul (M. Lam­bert, Mar­cel­lin Caillou, etc) et de ce qu’il a des­si­né avec d’autres scé­na­ristes (Cathe­rine cer­ti­tude): Sem­pé ne l’aurait sans doute pas créé tout seul, ou bien tout seul il en aurait fait tout autre chose…): ce n’est pas un hasard que Got­lib, quand a conti­nué tout seul Gai-Luron, ait lais­sé tom­ber le volu­bile Jujube qui devait sans doute beau­coup à Gos­cin­ny. Ce que Got­lib par­ta­geait avec Gos­cin­ny (et aus­si sans doute avec Alexis : d’où une autre col­la­bo­ra­tion féconde) c’était sur­tout une concep­tion de l’humour – que Gos­cin­ny a appor­tée à des uni­vers BD qui, sans ce condi­ment, auraient man­qué un peu de peps (divers exemples viennent spon­ta­né­ment à l’esprit), tan­dis que celui de Got­lib, comme celui de Taba­ry, en était déjà bien assai­son­né.

  • Pas tout à fait d”accord avec le petit débat,dans la mesure où la grande ombre Kurtz­man (éter­nel­le­ment pas publié chez nous) n’a pas tou­jours eu besoin de l’intermédiaire Gos­cin­ny pour frap­per les auteurs d’alors.Jack Davis avait cham­bou­lé Mor­ris (et sur­ement Gotlib)en dehors de Gos­cin­ny qu’on applau­dit quand même.
    Dans ton bel hom­mage-et ses accents mélan­co­liques-je vou­drai ajou­ter les écrits du brave homme​.Ses édi­to­riaux qui n’en étaient pas me réjouissaient.Son auto­dé­ri­sion sur l’air de ”on s’en fout” et les ponts éta­blis avec Edi­ka et Goos​sens​.Je refeuille­tais tout ça (ces chers Fluide…)avec une petite joie for­mi­dable et tendre:trés tendre.
    Le der­nier Frère Jacques,une des marottes de Gotlib,était décé­dé peu avant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *