Satoshi Matsuura et ses drôles de créatures

satoshi matsuura list01

Satoshi Matsuu­ra est un charac­ter designer japonais qui crée des créatures rigolotes dans un style frais et humoristique.

satoshi matsuura 2022 01 20 orc knight s
satoshi matsuura 2021 05 23 cat samurai s
satoshi matsuura 2021 10 17 beelzebub s

Dans mes pérégri­na­tions inter­ne­tiennes, j’ai décou­vert que les graphistes avaient créé des tribus. Le charac­ter designer, par exemple, invente des person­nages et des monstres. Le background designer va pondre des décors avec de belles lumières et puis il y en a qui ne dessinent que des engins à moteur et d’autres que des armes. Enfin, les pires se sont spécia­li­sés dans… les épées. Il y a des gens qui ne dessinent que des épées géantes pour jeunes filles prépu­bères en jupe d’écolière. Une espèce d’hyper spécia­li­sa­tion issue de l’industrialisation du marché de la création visuelle (jeux vidéos + anima­tion) à laquelle on peut rajou­ter la mondia­li­sa­tion du goût geek qui fait qu’un type qui ne dessi­ne­rait que des yeux de jeunes filles peut gagner sa vie via Patreon par exemple. Évidem­ment, on peut se poser la question de l’ambition artis­tique d’un type qui ne dessine que des robots rouillés mais chacun ses fantasmes.

satoshi matsuura 2021 10 05 killer clown s
satoshi matsuura 2021 10 03 tiger dragon s
satoshi matsuura 2022 01 27 witch wind in her hair s

À noter qu’il existe un recueil des créatures de Satoshi Matsuu­ra – mais dispo­nible unique­ment en import Japon.

#Mots-clefs :

!ABC Pour signa­ler une erreur ou une faute de français, veuillez sélec­tion­ner le texte en question et cliquer sur l’icône R en bas à gauche.

fille boutique inktober2021 opt 2
Partagez ce contenu

12 commentaires

  1. Quand même, elles sont bien cool les créatures de Satoshi Matsuu­ra. En voilà un que Trond­heim devrait bien recru­ter pour Donjons (mais je ne sais pas s’il parle japonais Trondheim?).

        • Je te propose de relire le Donjon dessi­né par Carlos Nine et qui a décidé Trond­heim et Sfar de ne plus faire une compi­la­tion des meilleurs dessi­na­teurs au monde mais de se conten­ter des dessi­na­teurs qui faisaient le job.

  2. Je vais le lire (pas le relire, je l’ai pas lu) on verra après si j’ai encore envie de faire le malin (j’aime beaucoup Carlos Nine, mais je n’ai pas oublié combien j’avais été déçu par la contri­bu­tion de Boulet, que j’aime trop beaucoup aussi, à Infini­ty 8).

  3. A propos de Carlos Nine évoqué dans un commen­taire, je crois que le fils Lucas Nine marche dans les pas du père mais je n’ai rien lu de lui.
    A l’occasion.

    • Il vient juste de sortir un album. Ça fait déjà quelque temps qu’il publie des choses et c’est assez proche de ce que fait son père. Pour l’instant, ça ne m’a pas motivé à l’achat.

Laisser un commentaire