Philip José Farmer est mort

J’ai appris un peu par la bande la dis­pa­ri­tion de Phi­lip José Far­mer, un grand écri­vain SF qui a eu ses heures de gloire en France dans les années 60/70. Avec trois Hugo en poche (les Alfred de la SF anglo-saxonne, si vous arri­vez à suivre), il est connu pour avoir intro­duit la notion de sexua­li­té dans un genre qui abu­sait de la pin up en détresse et com­bi­nai­son mou­lante que le héros viril (et US) avait juste le droit d’embrasser chas­te­ment. De lui, j’ai lu notam­ment Le Monde du Fleuve, un cycle mons­trueux qui raconte l’éveil au bord d’un fleuve de toute l’Humanité (sur tous les siècles). Atti­la, Mark Twain, votre belle mère, tout le monde se retrouve là à gam­ber­ger et à ten­ter de com­prendre ce qui se passe. La saga des Hommes Dieux m’avait aus­si beau­coup plu avec un per­son­nage un peu falot qui se retrouve héros d’un monde très ins­pi­ré par les dif­fé­rentes mytho­lo­gies. Mais j’avoue avoir un faible pour « Comme une bête/Gare à la bête« , un pur délire fantastico/polaro/porno où un pri­vé plon­gé dans un Los Angeles noyé par la pluie à fort à faire avec des créa­tures se nour­ris­sant d’énergie sexuelle (enfin, ce sont mes sou­ve­nirs de la chose). Je recon­nais que vous pou­vez vous conten­ter du pre­mier tome. Les livres sont tou­jours dis­po­nibles au Jar­din des Livres. Ci-des­sous, deux cou­ver­tures pour les dif­fé­rentes édi­tions des livres en ques­tion.

gare-bete-kellek

gare-bete-moebius

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
, ,

11 commentaires

  • Snif !
    J’ai tou­jours repous­sé à demain la lec­ture du monde du fleuve. En revanche j’ai du lire l’Odyssée Verth, les Fai­seurs d’univers et Cos­mos pri­vé mais je n’en ai pas vrai­ment de sou­ve­nir, je revois sur­tout les cou­ver­tures Presses Pocket de Siud­mak

  • Je n’ai pas un immense sou­ve­nir de Gare à la Bête, mais j’ai bien aimé autre­fois ses récits plus clas­siques : Ose (qui me fai­sait pen­ser à cer­tains récits de la Guerre de Séces­sion), les Amants étran­gers (une his­toire magni­fique), Des rap­ports étranges etc…

    J’ai com­men­cé tar­di­ve­ment le Monde du fleuve, mais c’était à une époque où j’avais trop lu de SF et je suis pas­sé à autre chose. C’est ain­si que je ne l’ai jamais ter­mi­né. Je n’ai main­te­nant plus le cou­rage de le reprendre !

  • Une image rigo­lote en effet, Hobo­pok. Mais dans le bou­quin, ce n’est pas une « long dick » que l’on aper­çoit mais un truc bien plus strange (mm si on peut l’utiliser un peu de la même manière).

  • Quelle tris­tesse ! La nou­velle m’avait échap­pé. Je garde un sou­ve­nir ému du Monde du fleuve, de la saga des hommes Dieux (sauf le der­nier) et comme Li An de Comme une bête et sa suite ( lus à l’adolescence, piqué ds la biblio­thèque de mon père – atti­ré que j’étais par la couv. de Moe­bius-, fin des années 70 : un vrai choc, sur plu­sieurs plans…) J’ajouterais à mon pan­théon per­so sa réécri­ture du mythe de Tar­zan ( notam­ment le 1er Lord Gran­drith) et celle du tour du monde en 80 jours. C’est l’auteur de SF dont j’ai lu le plus de livres , qqu’un qui m’a accom­pa­gné pdt des années et dont j’espérais tjrs lire les suites des dif­fé­rentes sagas. Triste nou­velle, vrai­ment….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *