Harry Beckhoff (2)

Cela fai­sait long­temps que je n’ai pas par­lé de Harry Beckhoff, un illus­tra­teur état­su­nien très influen­cé par les artistes fran­çais qu’il a décou­vert à Paris – vous pou­vez jeter un oeil à mon pre­mier billet ici. Je suis tou­jours éton­né qu’on ne trouve pas plus faci­le­ment des traces de son tra­vail sur le Web et j’imagine que s’il avait été franco-belge, on orga­ni­se­rait des mani­fes­ta­tions en son hon­neur dans des vil­lages per­dus. Son trait très ins­pi­ré de la ligne claire est une excep­tion notable dans l’édition US de l’époque.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

4 commentaires

  • C’est agréable cette patte,pas dupe,faussement gentillet…J’aime beau­coup cette façon de mettre à plat toutes ses composantes:sans se plan­ter.

    Y a pas un fes­ti­val BECKHOFF c’t’été?

    • @julien: je trouve que ses filles ont beau­coup d’allure et de per­son­na­li­té alors que les “stars” de la ligne claire ont tou­jours eu un peu de mal avec ce genre de per­son­nage.

      • @Li-An: Trés juste.C’est par le visage qu’il semble d’ailleurs vou­loir poindre le maxi­mum de vie;presque en contraste avec un rela­tif figement(le mot n’est pas bien joli,mais Robert me le confirme)des corps,volonté esthétique,de l’élégance de l’illustration.Tout est ter­ri­ble­ment léger chez Beckhoff.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *