Hommage à René Follet

René Follet (1931 – 2020) vient de nous quitter et je suis toujours en retard d’un hommage.

J’ai croisé le travail de Follet dans les années 70 avec les Zinga­ri, des aventures scéna­ri­sées par Delporte mettant en scène un trio de baladins itiné­rants parcou­rant les campagnes avec leur roulotte. Les person­nages étaient étran­ge­ment dansants et l’ensemble m’avait donné l’impression d’un dimanche d’hiver au ciel gris avec des arbres déchar­nés, des couleurs ternes et des paysans bas du front. D’ailleurs, en y repen­sant, je me rends compte que j’étais incons­ciem­ment inquiet sur les relations entre les person­nages. Il y a un type malin et hâbleur, une jolie fille et un costaud lourdaud. Sauf que, dans mes souve­nirs, il n’y a pas de relation senti­men­tale entre la fille et un de ses compa­gnons. Les deux types seraient-ils homosexuels ?

On compren­dra que je n’étais pas fan de cette série et j’ai commen­cé à m’intéresser au travail de Follet en le retrou­vant au dessin de Valhar­di et avec un très intéres­sant travail narra­tif. J’ai fini par être réelle­ment conquis par Edmund Bell et ses histoires policières/​fantastiques un peu désuétes mais boostées par le talent graphique de Follet. À partir de là, je me suis penché sur son travail d’illustrateur très classique et vigou­reux tout à la fois, très technique.

Follet multi­plie­ra les projets BD au format court mais je n’ai pas l’impression qu’il ait rencon­tré le grand public. Il me reste­ra le souve­nir d’un vrai artiste qui prenait énormé­ment de plaisir dans son travail. Un roi des ambiances de pluie d’automne avec un ciel gris. On en sort pas.

hommage-follet-li-an

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

2 commentaires

  • Ton hommage me touche beaucoup.Vraiment.
    J’aime cette veine graphique que tu exhales.
    J’ai eu le bonheur de le connaître 23 ans;et les Zinga­ri furent aussi ma porte d’entrée.C’est magni­fi­que­ment bien écrit.L’air de rien.
    Il me manque horri­ble­ment.

    • En plus il aura été très actif jusqu’au bout. Je regrette qu’il n’ait pas illus­tré des scéna­rios plus dans mon goût.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *