Les pensionnaires par Gabrion

Une série aty­pique pour Spirou en 1983 et qui aurait méri­té un plus grand suc­cès… voire de vrais albums. Gabrion met en scène des petits vieux d’une mai­son de retraite qui se cha­maillent, se font des blagues et se tirent la bourre. Ça a dû per­tur­ber les lec­teurs de l’époque sur­tout que les gags ont un côté assez noir voire méchants avec la Mort au fond à droite. Je n’ai lu qua­si­ment que ça de Gabrion et la pre­mière mou­ture de la série était très joli­ment des­si­né, avec des cadrages et une mise en scène recher­chée. Il existe un album chez Le Coffre à BD.

le plus mal chaussé

un cri dans la nuit

ça balance pas mal

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

16 commentaires

  • Une de mes made­leines préférées…Qui ne se sou­vient pas du gag du cha­teau de sables?Personnages typés-dés le début-,dessin remarquable(puis moins convain­cants sur la fin-fin)mise en scène tou­jours brillante et d’à propos…Toujours trés drole.Gabrion a ensuite mené briè­ve­ment un ptit chevalier(avec là encore une épure dans le des­sin vers la fin vite venue)trés réus­si mais sa gale­rie de per­son­nages des pen­sion­naires a tant marqué!C’est un peu le pen­dant de Gully:Une des­ti­née étran­ge­ment discrète,alors que le poten­tiel était bien présent,m^me du point de vue des “com­mer­ciaux”.

  • Oui, je suis sûr qu’il aurait pu en faire quelque chose. D’un autre côté, pas évident de trou­ver des gags comme ça. Ensuite le des­sin s’est très allé­gé.

  • Oui, il y a un côté très tra­vaillé dans le décor. C’est com­plè­te­ment à l’opposé des séries humo­ris­tiques à suc­cès Dupuis de l’époque.

  • C’était très beau et effi­cace, ce sys­tème de cases sans cadre.
    Ma série pré­fé­rée de Gabrion.
    Encore un des­si­na­teur que je pré­fé­rais dans sa période années 80, je dois vrai­ment avoir un pro­blème.

  • Son PHIL KOTON était chouette;et le capi­taine MOULIN-ROUGE(chez Milan,et dans un style Milan)..!
    Gabrion a un peu sui­vi le tra­cé d’un Wasterlain,décevant alors le noyau dur des pre­miers mordus,à chaque chan­ge­ment de style,de ton,de personnages…Les Rameaux de Salicorne,c’était trés bien également(Casterman).

  • Assez bizar­re­ment, je n’ai jamais croi­sé ces albums. Il fau­drait que je fré­quente les média­thèques.

  • Je n’aimais pas trop les gags en une planche dans SPIROU à l’époque (encore moins main­te­nant mais ça, c’est pasque chuis un vieux con;) sauf rares excep­tions. Dont celle-ci. Il y avait mal­gré un réel aspect dra­ma­tique, une réelle pré­sence des per­sos et puis Gabrion m’a tou­jours plu comme des­si­neux (encore plus main­te­nant). La mise en page, comme tu le fais remar­quer, était inté­res­sante, Gabrion a tou­jours été un cher­cheur, c’est c’qui m’plait chez lui, ne jamais savoir où l’on va le trou­ver.

  • Le pro­blème, c’est qu’il faut trou­ver (et je parle aus­si pour moi). La vie d’artiste est bien dure…

  • Et s’enthousiasmer pour une voie nouvelle;un pro­jet dif­fé­rent et avoir des moues dubi­ta­tives en retour,des “tu crois vrai­ment que..?”…
    Mais ma brave dame,c’est pas une vie!

  • Il vaut mieux vendre des boîtes de conserve. Mais même là, il faut évo­luer et cher­cher de nou­veaux cré­neaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *