Le club des policiers yidddish (Michael Chabon – 10/18)

club-policier-yiddish

Meyer Landsman est ins­pec­teur aux Homicides à Sitka, Alaska, patrie d’exil des Juifs après la fin du rêve de 1948. Vous n’étiez pas au cou­rant ? Israël a été balayé de la carte par les Arabes…
Drôle de roman, poli­cier et uchro­nie sur­pre­nante à la fois. Je disais donc, Meyer Landsman. Qui sombre petit à petit après la mort de sa soeur dans un acci­dent d’avion et la rup­ture avec sa femme, réduit à vivre dans un hôtel minable, sans ave­nir aucun puisque Sitka doit reve­nir aux USA, for­çant sa com­mu­nau­té juive à repar­tir errer sur les routes du monde. Et puis un autre client du même hôtel est retrou­vé mort, une balle dans la tête, un pro­blème d’échec en cours. Ultime enquête pour Meyer Landsman qui remonte un fil où se mêlent inté­rêts poli­tiques, insultes juives, com­mu­nau­té ortho­doxes mafieuse et recherche de rédemp­tion per­son­nelle. Le bou­quin se pré­sente comme un hom­mage à Chandler et Hammett mais son uni­vers lui donne un charme étrange, sou­li­gné par l’humour iro­nique et désa­bu­sée de l’écriture. Michael Chabon apporte un soin par­ti­cu­lier aux petits détails et chaque per­son­nage – même entre­vu – rayonne d’une pré­sence éton­nante. Et, alors que le roman démarre, un peu comme le héros, dans un brouillard assez consis­tant, le lec­teur ne pour­ra que res­ter baba de voir des fils qui sem­blaient épars se rat­ta­cher petit à petit à la toile glo­bale. Une belle décou­verte, fas­ci­nante par bien des aspects (l’uchronie fonc­tionne par­fai­te­ment, dis­til­lée à toutes petites gouttes). Et un livre qui dénonce les dérives poli­tiques des fan­tasmes reli­gieux ne peut pas être fon­ciè­re­ment mau­vais de nos jours.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

6 commentaires

  • oh un roman que j’ai ado­ré ! et qui m’en a fait décou­vrir deux autres ( de romans ) du même auteur :
    Les Princes vaga­bonds
    et sur­tout
    Les Extraordinaires Aventures de Kavalier & Clay , un récit en hom­mage à J.Kirby.. où l’on parle de super héros , de la seconde guerre mon­diale, De Eisner …
    et que je te conseille très très vive­ment !

    • @bb: Oui, Kavalier & Clay c’est peut-être un des rares romans (et œuvres de fic­tion tout court) qui fait d’auteurs de bande des­si­née des héros (tra­giques), donc rien que pour ça, ça vaut le coup d’œil.
      Après, Le club des poli­ciers yid­dish, j’ai bien aimé, plus pour l’uchronie effec­ti­ve­ment très bien gérée et le mélange entre la mélan­co­lie liée à une dia­spo­ra (et à la fin d’un monde, avec cette rétro­ces­sion aux USA en ligne de mire) et la mélan­co­lie du roman noir que pour le com­plot mcguf­fin un peu tiré par les che­veux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *