Piments zoisos (Tehem – Steinkis)

piments zoizos tehem 01

Entre 1962 et 1984, les services sociaux français ont envoyé en Métro­pole des centaines d’enfants réunion­nais. Orphe­lins, enfants en danger, famille dysfonc­tion­nelle, l’administration a cru bien faire et pensait donner une nouvelle chance à ces marmailles. Mais l’absence totale de réflexion sur les effets psycho­lo­giques de ce déraci­ne­ment, la perte de repères et de liens familiaux, des pratiques adminis­tra­tives malve­nues et le refus de se remettre en question ont été à l’origine de nombreuses souffrances voire de fratries éclatées.
Il y a quelques années, cette histoire portée par des associa­tions a fait la une des journaux et j’avais suivi ça un peu de loin. Piments zoizos est un roman graphique signé Tehem qui, avec l’aide de l’historien Gilles Gauvin, reprend chacun des éléments du dossier et répond à bien de mes inter­ro­ga­tions. En préface, Tehem explique sa démarche : propo­ser une vraie histoire qui ne fasse pas documen­taire et complé­ter le récit par des éléments d’information distincts.

Au final, il réussit son pari. On découvre le destin de Jean, un gamin d’une dizaine d’année, confron­té à un monde étran­ger et qui tente de retrou­ver sa sœur Didi. Pour accom­pa­gner les lecteurs métro­po­li­tains, on suit en paral­lèle un jeune fonction­naire qui débarque à La Réunion et découvre la situa­tion sociale, un choix perti­nent pour comprendre ce qui se joue au plan local. L’histoire et les complé­ments permettent appré­hen­der la diver­si­té des destins de ces enfants entre famille d’accueil, foyers ou placement.

Un très bel album qui permet à Tehem d’évoquer La Réunion des années 1960/​80 (avec plein de petits détails qui sentent le vécu) tout en dévelop­pant une jolie histoire émouvante. Le refus de tout manichéisme et les éclai­rages histo­riques bienve­nus sont un vrai plus qui permettent d’élever le débat et montrent que les erreurs adminis­tra­tives sont malheu­reu­se­ment liées à une vision globale de la place de l’individu dans l’État français à l’époque et à un manque de moyens qui impose des choix discutables.

piments zoizos tehem

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Mots-clés de l’article
,
Rejoindre la conversation

6 Commentaires

  1. Jourdansays: Jourdan

    Connais­sais pas du tout ce triste épisode de ces enfants de la Réunion.
    Hyper touchant et aussi instruc­tif comme BD.
    Merci Li-An !

  2. Jourdansays: Jourdan

    Oui il était à la media­theque. Mais bon, peut-être je l’acheterai. Franche­ment je le recom­mande car c’est très bien fait.J’avais croisé déjà certaines BD de l’auteur mais là on est loin de..Zap collège :)

    1. Li-Ansays: Li-An

      Lire les BD à la média­thèque n’est pas honteux (vu leur prix). En effet, ce n’est pas du Zap Collège. Si vous n’avez pas lu, son Quartier western est très bien (mais diffi­cile à trouver à la média­thèque) ainsi que l’album scéna­ri­sé par Appollo.

  3. Jourdansays: Jourdan

    Par chance Quartier Western est toujours dispo­nible à la media­theque. C’est un auteur qui est bien présent on dirait.
    Merci pour l’info.

Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *