Simplicissimus – Facsimile Quer schnitt (Schertz)

simplicissimus-facsimile-quer-schnitt

Fasci­né par les illus­tra­tions de Bruno Paul présen­tés sur Illus­tra­tions, s’il vous plait, j’ai décidé d’acqué­rir un ou deux livres consa­crés au magazine allemand Simpli­cis­si­mus qui le publiait – il n’existe pas de livre spéci­fique au travail de Paul, à part un petit fasci­cule. Je suis donc parti à la recherche de livres dédiés direc­te­ment au magazine. Le très riche site – mais un peu abandon­né – Ma galerie à Paris donne une liste d’ouvrages dispo­nibles, tous allemands. Il existe un livre français présen­tant une centaine d’images et un autre publié par Dover de 172 pages. Les livres allemands ont l’avan­tage d’être moins chers et facile­ment trouvables via Abebooks (et avec un peu de chance, vous tombe­rez même sur un bouqui­niste tête en l’air qui oublie de vous faire payer mais bon, je suis un gars honnête). J’ai donc commen­cé par ce grand livre de plus de 200 pages qui repro­duit des facsi­mi­lé de pages de la revue et ceci sur toute la période de publi­ca­tion – il y a eu plusieurs arrêts et même une édition dans les années 1960. Chaque image est remise dans son contexte et expli­quée… en allemand évidem­ment. Il faut dire que les carica­tures et mouca­tages socio-cultu­rels de l’Alle­magne de la Belle Époque nous passe un peu au dessus de la tête. Et ce lettrage gothique ! Bien pire qu’Astérix chez les Goths !

Au final, je n’ai trouvé aucune des images de Bruno Paul que j’espé­rais… Je suis bon pour conti­nuer à investir.
Remarque au passage : dans la même collec­tion, il existe d’autres recueils de facsi­mi­lés de revues allemandes de l’époque dont le fameux Jugend.

!ABC Pour signa­ler une erreur ou une faute de français, veuillez sélec­tion­ner le texte en question et cliquer sur l’icône R en bas à gauche.

fille boutique inktober2021 opt 2
Partagez ce contenu

12 commentaires

  1. Le recueil ”Simpli­cis­si­mus” chez Dover est très bien. Je l’ai acheté en 1987. Huit planches noir et blanc et cinq en couleurs consa­crées à Bruno Paul. Et évidem­ment tous les autres : Arnold, Heine, Gulbrans­son, Thöny, etc. Des Pascin à tomber par terre, sa période que je préfère. Une sélec­tion dracon­nienne et exemplaire.

  2. Le type qui danse…Mais c’est laurent Joffrin!?
    (A part ça…Remarquable lignée de dessinateurs;souffle commun d’une époque,comme un cachet;quel aligne­ment de cauchemars,fantasmes,obsessions!le ”muet” semble accen­tuer cet arrière fond d’épouvante)

Laisser un commentaire