Wilhelm M. Busch, Kunst und Illustration (Bernd Küster – Hitzeroth)

wilhem busch monographie couv

Wilhem M.Bush est un des illus­tra­teurs qui m’a le plus marqué depuis que je tiens ce blog mais je n’ai jamais osé inves­tir dans un des livres qu’il a illus­tré. Et j’ai décou­vert que deux monogra­phies sont consa­crées à son travail. J’ai donc tenté le coup avec cet ouvrage datant de 1990 et signé Bernd Küster.

Je ne vais pas pipeau­ter, il y a beaucoup de texte en allemand très écrit et j’ai juste survo­lé le tout. J’ai quand même appris que Busch est le fils d’un artiste, qu’il s’est desti­né à l’illustration d’ouvrages litté­raires (ce qu’il a prati­qué abondam­ment dans les années d’après-guerre abordant aussi bien les classiques que l’érotisme), qu’il a été ensei­gnant et qu’il adorait le cirque. Le livre aborde tous ces sujets avec des images de toutes les époques dont beaucoup d’originaux. Il présente ainsi de nombreux croquis, quelque fois juste esquis­sés sur des feuilles gigan­tesques. C’est que Busch, c’est le trait, une obses­sion du trait qui commence tôt (les premiers dessins semblent annon­cer son style), une philo­so­phie du trait. Busch n’a pas un dessin sexy ou sédui­sant, aucune des images ne m’a donné envie d’acquérir sur le champ un de ses ouvrages. Plus qu’un faiseur d’image, c’est d’abord un pur dessi­na­teur dont le travail donne vraiment à penser la nature de trait et le geste de la main.

wilhem busch monographie

wilhem busch monographie 04

wilhem busch monographie 03

wilhem busch monographie 02

wilhem busch monographie 01

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Mots-clés de l’article
,
Rejoindre la conversation

2 Commentaires

  1. Jourdansays: Jourdan

    Connais pas du tout. Le deuxième croquis interpelle.
    Cette femme seule sur un banc avec ses deux enfants et une personne âgée à côté. Certai­ne­ment après un bombardement.

    1. Li-Ansays: Li-An

      En effet. C’est un peu étrange évidem­ment ce témoi­gnage quand on sait qui a commen­cé. Mais j’imagine que la souffrance et la peur sont les mêmes pour les personnes sous les bombes, quels que soient les bombardeurs.
      Il est absolu­ment incon­nu en France. J’en ai parlé plusieurs fois sur ce blog à partir du moment où je l’ai découvert.

Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *