Knock ! Knock ! Qui est là ? Sauron…

KNOCK ! Magazine est une compi­la­tion bordé­lique pour Dungeons & Dragons et autres jeux de rôles fantas­tiques. Ce numéro 1 est un pavé de 212 pages plein d’idées théoriques, de réflexions savantes, de scéna­rios impro­bables, de monstres bizar­roïdes, et bien sûr de tables aléatoires pour créer ses propres épisodes. Le tout illus­tré par des pointures inter­na­tio­nales et mis en page par un fou furieux.
Les auteurs des articles de KNOCK ! s’ins­crivent dans la mouvance ”OSR” des jeux de rôles à l’ancienne (mais nous, on préfère dire jeux d’aventures). 

knock-mag-add-pages

Autant l’avouer tout de suite, je suis telle­ment nul en jeux de rôles que j’ai dû deman­der aux deux têtes pensantes de Knock ! de me faire un dessin pour expli­ci­ter leur projet lancé sur Kicks­tar­ter et qui a déjà rempli ses objec­tifs à l’heure où je vous parle. Mais alors pourquoi vous causer d’un truc où je n’y panne rien ? C’est que le magazine en question est large­ment illus­tré. Et Olivier Revenu (l’autre compère étant Éric Neudan) qui me solli­cite réguliè­re­ment pour les couver­tures de sa revue Battles Magazine (vous pouvez mirer ces couver­tures ici) m’a deman­dé s’il pouvait m’emprunter diverses vieilles illus­tra­tions et réali­ser de nouvelles. L’occasion de dessi­ner des armures vides qui bougent, les hamsters pas joviaux et autres bêtises était évidem­ment trop tentante.

Une partie de mes images

0 point d’XP on vous dit

Avant la fortune, l’assassinat

il y a un cœur d’artichaut vinaigrette là-dedans

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Mots-clés de l’article
, ,
Rejoindre la conversation

4 Commentaires

    1. says: Li-An

      Disons que je ne me préoc­cupe pas trop des repré­sen­ta­tions classiques de ce genre de jeux (et c’était le but du jeu). J’ai eu l’occasion de faire quelques parties et ça peut être rigolo quand ça part en vrille (genre les parti­ci­pants qui sabotent le travail du Maître de l’Aventure) mais ça ne vaut pas un bon Louis de Funès.

Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *