René Follet illustre une Petite histoire des guerres de Vendée

follet-histoire-vendee-couv

En dépla­ce­ment à Chinon, je suis passé par la brocante du dimanche et je suis tombé sur une Petite histoire des guerres de Vendée d’Henri Servien publié aux éditions du Chiré et abondam­ment illus­trée par René Follet. Avec quasi­ment une illus­tra­tion en grisaille par page et quatre belles illus­tra­tions couleurs, on en a pour son argent. Enfin, si on n’est pas trop regar­dant sur le texte qui est un hymne aux combat­tants vendéens, soldats de la Foi et du bon Roi – un vrai père pour eux. C’est bourré d’anec­dotes passion­nantes et pitto­resques, on retrouve les échos de la Résis­tance et de tous ces bons petits gars menés par de grands chefs qui luttent contre un oppres­seur cruel et fourbe – et en plus diabo­lique si j’en crois la préface – mais je pense qu’il me faudrait un texte qui ait un peu plus de recul pour me faire une vraie idée des guerres de Vendée. Dans la même collec­tion, on trouve une Petite Histoire de France et une Petite Histoire des Colonies et Missions françaises qui sent bon son aspect positif de la coloni­sa­tion et qui me tentent fort puisque ces deux ouvrages sont aussi illus­trés par Follet.

vendee-follet-3

vendee-follet-2

vendee-follet-1

vendee-follet-4

#Mots-clefs :

!ABC Pour signa­ler une erreur ou une faute de français, veuillez sélec­tion­ner le texte en question et cliquer sur l’icône R en bas à gauche.

fille boutique promo
Partagez ce contenu

12 commentaires

  1. Admirable.Dans le genre,je possède son fameux ”cordées souterraines”(texte de Fernand Lambert)dont le texte et le sujet ne m’ont pas enthousiasmé…Mais Follet trans­cende le sujet,multiplie les techniques;et son travail surtout,respire,explose pleine​ment​.Je me permets de suppo­ser que son intérêt pour la matière première,disposer d’un texte,reste trés évasif et suppose sa possi­bli­té d’entre­voir de nouveaux thémes,paysages…Autant que la liber­té d’inter­pré­ter le document.

    • @julien : ici, il y a quand même une maison d’édi­tion engagée. On se retrouve avec la même ambigüi­té que pour Joubert : à quel point Follet partage-t-il ces convic­tions politiques et religieuses ?

      Il y a beaucoup d’images couleurs dans le Cordées ?

  2. Ah oui dite donc, avec son grognard, il se hisse presque au niveau d’un Édouard Detaille, d’un Ernest Meisso­nier (bien que d’un point de vue idéolo­gi­que­ment tout opposé). Du grand art.

  3. cet ouvrage est dispo­nible réguliè­re­ment sur eBay et sur price­mi­nis­ter. Il faut en profi­ter, FOLLET n’est plus tous jeune et il ne réali­se­ra sans doute plus d’illus­tra­tions de cette qualité

  4. pour aller plus loin dans l’his­toire des guerres de Vendée, il faut lire ”Vendée, du génocide au mémori­cide” (prix litté­raire des droits de l’homme) de Raynald Secher, un travail d’his­to­rien qui s’appuie sur les archives natio­nales. On y apprend que ce que que l’on nomme pudique­ment ”la Terreur” n’était qu’une volon­té d’épu­ra­tion décidée par Robes­pierre et la Conven­tion et appuyée par les triste­ment célèbres ”colonnes infer­nales”. Mais comme ce sont les gagnants qui écrivent l’histoire…

    • Je ne vais pas rentrer dans un débat histo­rique que je ne maîtrise pas. J’ai revu il y a peu Mon oncle d’Amé­rique de Resnais où Laborit disait la même chose de cette guerre. J’aurai été curieux d’entendre la ”vérité” si les Chouans avaient été vainqueurs – sauvés par le Christ et la Foi, dévoués au Roi seul pilier de la France éternelle. Je ne sais pas s’il y avait des solutions moins violentes – du genre consti­tuer un groupe de réflexion sur le problème avec des psys – mais j’ai bien peur qu’à l’époque toute ”solution” aurait été bâtarde et de toute manière pleine de morts. Dans cette guerre, deux concep­tions de la France s’oppo­saient violem­ment et il n’y avait pas de terrain d’entente possible. Enfin, je dis ça, je parle sans savoir, c’est histoire de causer. Et en même temps, je relati­vise aussi. Je viens de travailler sur la Guerre de Trente Ans où les troupes du très catho­lique Roi de France ont parti­ci­pé très active­ment au ravage de la Lorraine et l’Alsace de fond en comble. Il y a beaucoup moins de litté­ra­ture là-dessus… Le vainqueur a écrit encore une fois l’Histoire :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.