L’énergie mickeyienne de Corrado Mastantuono

The Art of Corrado Mastantuono (Pavesio)

art-of-mastantuono

Corra­do Mastan­tuo­no est un artiste italien qui a travaillé pour l’ani­ma­tion avant de faire de la BD Disney et d’aven­ture réaliste – Les Humanoïdes ont publié Elias le Maudit – mais aussi d’autres person­nages emblé­ma­tiques du fumet­ti (Tex, Nick Raider, etc…).
Mais si j’ai acheté cette petite monogra­phie The Art of Corra­do Mastan­tuo­no publiée chez Pavesio, c’est claire­ment pour ses couver­tures et dessins pour Disney. Son trait dynamique et ses cadrages recher­chés ajoutent une densi­té d’action et de mystère pas vraiment présent dans Mickey ou la famille Donald US très clairs et simples d’un point de vue technique. Son travail réaliste est d’un classi­cisme moins excitant à mon goût.
D’un bon format – 24x32cm – pour une soixan­taine de pages, c’est un bon rapport qualité/​prix.

Corto dans le placard
Corto dans le placard
Donjon & Souris
Donjon & Souris
courir les doigts dans le nez
courir les doigts dans le nez
Les ai-je bien descendus ?
Les ai-je bien descendus ?

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Mots-clés de l’article
, , ,
Rejoindre la conversation

26 Commentaires

    1. je dirais pour ma part qu’il est un des meilleurs dessi­na­teurs réalistes actuels. Et qu’il est encore meilleur – chose très rare chez les dessi­na­teurs de BD, mais il y a quelques exemples – dans le registre comique ou burlesque.

    2. Passer comme ça d’un coup d’un style réaliste à un style Disneyen et inver­se­ment, c’est bluffant quand même , non ? Je ne connais pas beaucoup de dssina­teurs capable d’un tel trans­for­misme… Cavaz­za­no a moder­ni­sé le trait de Scarpa et Mastan­tuo­no celui de Cavazzano

    3. Changer de style, c’est montrer une belle maîtrise technique. Mais ça peut aussi être la consé­quence d’une carrière de merce­naire. Il y a beaucoup de dessi­na­teurs espagnols et argen­tins qui travaillent dans des styles diffé­rents parce que ça leur permet­tait de trouver plus de travail – et c’est accen­tué par le fait de travailler sur des histoires courtes de genre.

  1. says: Kris

    Je vois un peu plus que du classi­cisme dans le dessin réaliste de Mastantuono.
    Dans de nombreuses illus­tra­tions (couver­tures esprits du vent etc) trans­pirent une énergie, une inven­ti­vi­té dans les choix de cadrage que l’on ne retrouve pas par ailleurs dans ses bd réalistes.
    C’est un de mes dessi­na­teurs réaliste contem­po­rain préféré :-)

  2. says: Kris

    Le dessin banal de l’indien sur son rocher : il y a une tension à la frazet­ta la dedans.
    En dessous la couver­ture sf – fantai­sy : les propor­tions sont tout sauf académique

    1. says: Li-An

      Bah, rien à faire. Je trouve qu’il n’est pas aussi convain­cant quand il fait du réalisme. Je vois les construc­tions et ça me gêne. En même temps, je ne suis pas un grand amateur de dessin réaliste.

  3. says: Kris

    C’est vrai qu’il y a un air canaille dans ses chouettes couver­tures Disney.
    Concer­nant ma passion pour le réalisme, la faute à GIR et sa produc­tion au sein de laquelle j’ai trop biberonné ;-)

    Je redécouvre ailleurs en ce moment la bd under­ground des CRUMB, Spiegel­man voire Corben, d’un œil plus mature et gourmet.

    Si je pouvais me défaire de mes complexes envers le réalisme, ça m’arran­ge­rait du coup.…

Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *