Noon (L.L. Kloetzer – Le Bélial)

noon ll kloetzer couv
noon ll kloetzer couv

Noon est un roman fanta­sy de L.L. Kloet­zer (en fait un couple, Laurent et Laure) plus connu pour un roman thril­ler d’anticipation Anamnèse de Lady Star que je n’ai pas encore lu et qui semble fort ardu et ambitieux.
Noon est bien plus classique : Yors, un ancien soldat/​mercenaire se met au service d’un soi-disant jeune sorcier, Noon, qui débarque bien innocem­ment dans la Cité. Yors va finir par comprendre que Noon est bien plus puissant qu’il n’en a l’air.

Recycle tes Épées

Le roman — en théorie premier d’une série — est un hommage direct (et préci­sé par les auteurs) au fameux Cycle des Épées de Fritz Leiber où le guerrier du Nord Fafhrd et son compa­gnon voleur Souri­cier Gris faisaient merveille dans une grande Cité pleine de cultes occultes, de filles faciles et de trésors cachés. J’en garde un excellent souve­nir — faudra relire ça à l’occasion pour voir si ça a vieilli. Mais je n’ai pas tout à fait retrou­vé dans Noon les sensa­tions de ma jeunesse. C’est très bien écrit, l’intrigue tourne cruel­le­ment, mais il m’a manqué un côté pulp malpo­li où les filles sont trop dénudées et les méchants trop ricanants.

En fait, pour être honnête, ce n’est pas à Leiber que j’ai pensé en suivant les péripé­ties étonnantes de nos deux héros mais… au Sherlock Holmes de Sir Arthur Conan Doyle. Voilà en effet un vieux soldat à la jambe folle qui vous raconte sa rencontre avec un enquê­teur surdoué qui ne veut pas toucher d’argent pour des histoires trop simples à ses yeux et se languit d’une vraie sorcel­le­rie. Et ne parlons pas de la jeune Meg qui ferait une intéres­sante Mrs Hudson. Sherlock mes amis, Sherlock définitivement.

Au final, je suis à moitié épaté. Je me suis pas ennuyé, j’ai souri, j’ai été étonné mais j’aurais bien aimé une pointe plus marquée de cruau­té, une ivresse qui n’est pas venue. Et j’ai été un poil déçu par les illus­tra­tions de Nicolas Fructus. Il semble­rait qu’il y ait un retour au livre illus­tré — ce qui me paraît une excel­lente nouvelle pour les amateurs d’images — mais il faudrait alors un meilleur papier. J’ai bien envie de me propo­ser comme illus­tra­teur aux éditions Le Bélial mais est-ce qu’ils ne vont pas me jeter dans une fosse à serpents et rats pour cette chronique ? Seul l’avenir et l’oiseau noir dans le ciel peuvent le dire.

!ABC Pour signa­ler une erreur ou une faute de français, veuillez sélec­tion­ner le texte en question et cliquer sur l’icône R en bas à gauche.

fille boutique inktober2021 opt 2
Partagez ce contenu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *