Un japonais à la Réunion

J’avais pré­vu en reve­nant de la Réunion de mon­trer la dédi­cace réa­li­sée par Kat­suya Tera­da et puis le temps passe, il y a eu d’autres « urgences ». Mais voi­li­ti­pa que Totoche fait son malin et me fait dan­ser son Tera­da Kat­suya Pre­sents – Raku­da Ga Warau-Wani Pix*004 (si vous en pos­sé­dez un exem­plaire pas trop cher) devant mes yeux. Pour le faire dédi­ca­cer, il pour­ra tou­jours cou­rir ;-)

Saiyukiden

La cou­ver­ture de l’unique man­ga que Tera­da ait réa­li­sé. Très joli et illi­sible comme je l’ai dit dans un billet loin­tain sur ce blog. Lorsque j’ai appris qu’un cer­tain Tera­da serait au fes­ti­val à la Réunion, j’ai cru que l’on par­lait d’un autre Tera­da, celui qui tra­vaille avec JD Mor­van. J’ai donc deman­dé plu­sieurs fois à Phil Buchet (dit la frite des Ardennes) si je rêvais ou pas. Ren­con­trer un auteur japo­nais est très rare et un dont j’apprécie le talent, c’est car­ré­ment le moment de jouer au Loto. Les deux des­si­na­teurs nip­pons se sont prê­tés au jeu de la dédi­cace gen­ti­ment et quand j’ai vu Tera­da faire des trucs incroyables sur des feuilles libres, je me suis empres­sé de m’acheter un second exem­plaire de Saiyu­ki­den.

dedicace

m à j du 01/06/08 : sur son blog, Totoche nous parle d’un autre man­ga de Tera­da. À lire ici http://planbd.blogspot.com/2008/05/terada-rakuda-hiragana-katakana-et.html

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

14 commentaires

  • Nan ! C’est un « Mirage ». Y a pus d’zéros au Japon, au contraire, c’est plein de p’tits génies des­si­neux. Même Li-An com­mence à y prendre goût (mais il ne veut pas vrai­ment le dire. Quoique là pré­sen­te­ment…)

  • Il ne faut pas être déso­lé :-)
    J’ai vu le bou­quin sur le Web. Visi­ble­ment, ce sont des his­toires courtes un peu concep­tuelles (il y a des extraits dans un des art­books il me semble). Si quelqu’un en sait plus…

  • Bon, alors j’y vais :
    Il s’agit d’un SUPERBE album bro­ché for­mat A4 paru en 2003 dans la col­lec­tion wani­ma­ga­zine (WANI PIX *004).
    Sous une superbe cou­ver­ture pano­ra­mique à rabats avec impres­sion laquée en relief, on découvre une his­toire très noire (« à ne pas mettre en toutes les mains », dirons-nous) d’une cen­taine de pages répar­ties en 9 cha­pitres, plus proche de la BD euro­péenne que du man­ga, sur laquelle Tera­da explore dif­fé­rents styles gra­phiques qui devraient ne pas déplaire aux admi­ra­teurs de Gir/Mœbius.
    Ce n’est pas de la SF mais plu­tôt une espèce de Pulp ; le Noir et Blanc pré­do­mine, avec notam­ment un cha­pitre conte­nant un admi­rable tra­vail de trames, néan­moins quelques illus­tra­tions (dont 2 pos­ters rec­to-ver­so) sont admi­ra­ble­ment mises en cou­leur …
    Evi­dem­ment, le tout est en japo­nais : on n’y entrave que dalle ! Mais même tra­duit en fran­çais, je pense qu’on ne com­pren­drait pas plus (au fait, quelqu’un a-t-il réus­si à lire jusqu’au bout le gra­phi­que­ment-fabu­leux « Ghost in the Shell » de Masa­mune Shi­row ?).
    Et puis ces hira­ga­nas et kata­ka­nas sont d’une telle élé­gance ! Ils ajoutent de plus un côté mys­té­rieux, exo­tique et opaque à ce glauque récit.

    Qu’écrire d’autre ? … Que je ne trouve pas le prix exa­gé­ré pour un livre d’une telle qua­li­té venant de sur­croit de l’autre bout de la pla­nète.

    Voi­là, évi­dem­ment, c’est ma vision per­son­nelle de l’album, cer­tains détes­te­ront peut-être, en tous cas, j’espère n’avoir pas trop racon­té d’âneries ni tra­hi le bou­quin : à vos CB et bonne dégus­ta­tion !

    Et bon cou­rage pour la visite du site ! :
    http://www.wani.com/

  • Mer­ci pour cette chro­nique Totoche (je vais finir par te pro­po­ser d’en faire des offi­cielles, ça me fera gagner du temps :-).

  • Non, je viens de mettre à jour Word­Press et le plu­gin en ques­tion est brus­que­ment deve­nu incom­pa­tible avec le plu­gin qui fait l’effet Light­box sur les images. Il a fal­lu choi­sir en atten­dant un éven­tuel cor­rec­tif. D’ailleurs, tu auras remar­qué que j’ai chan­gé l’effet « pour te faire plai­sir ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *