Le rêves tordus de Dirty Iron

Où es-tu Métal, Métal Hurlant ?

 dirtyiron 1358279606428553218 20210207 060108 img1
et mon strike, alors ?

On m’a bien bassi­né pendant un an avec l’annonce de la ressor­tie de Métal Hurlant. J’attendais de voir, je n’ai toujours pas vu mais les slogans du type « se confron­ter à la réali­té pour mieux la dépas­ser » m’ont laissé froid. Je préfé­rais de loin les trucs du genre « la machine à rêver ». En fait, j’ai un peu de mal à recon­naître dans cette nouvelle mouture la philo­so­phie de l’original qui voyait des auteurs fous de SF, un passion­né dévoreur d’images et d’histoires mauvais genre et un comptable qui parti­ra avec la caisse créer un magazine pour y mettre ce qui leur passait par la tête. Et Métal, ça a été un lieu de décou­verte d’auteurs incroyables, un bouillon­ne­ment confus et excitant. Est-ce que ce magazine qui met en avant des accroches dignes d’un cahier spécial Téléra­ma ne part pas avec un sacré handicap ?

 dirtyiron 1381809048765390849 20210413 051844 img2
elle schproumpfe !

Troll un jour, troll malheureux toujours

En fait, mon incons­cient doit bien travailler dans son coin parce que lorsque je suis tombé sur un groupe Facebook consa­cré à la revue, je me suis empres­sé de m’y inscrire. Las. Au bout de deux jours, aucun conte­nu en lien direct avec le magazine, des images de Libera­tore (sic), des news sur Dune, des images de Moebius même pas publiées dans le magazine, sans infor­ma­tion sur leur prove­nance. Par pure décep­tion, je me suis fendu d’un message avant d’aller voir ailleurs – et c’est mal, il ne faut pas faire ce genre de choses, mon fils me le répète tous les jours. Bon, si un membre de ce groupe passe par ici, je m’excuse encore platement.

 dirtyiron 1414496688631214083 20210712 100745 img1
centrale nerveuse

Petits traits et têtes coupées

Moi, si on m’avait laissé faire, j’aurais mis dans le nouveau Métal Hurlant des images de de Dirty Iron. Il (elle ?) est Chinois et fait naître des visions dange­reuses dans des carnets de croquis. On n’en sait pas plus. Mais quelles images ! Du cul malsain, des paysages irradiés où rôdent des ossements, une ambiance de fin du monde conta­mi­né. On croit y recon­naître du Otomo voire du Moebius. C’est plus dense que du Kim Jung-GI, plus varié que du Terada et, non, ce n’est pas de l’éco-SF. Et c’est fait à la main. Comme dans Métal Hurlant première version. En fait, mon avis est fait sur la question. Les seuls capables de nous faire rêver de nouveau, ce sont les Russes et les Chinois. Pas très démocra­tique tout ça mais complè­te­ment dingos dans leur tête.

yang jialun 012
il est fou, Afflelou
 dirtyiron 1450510514480578563 20211019 191350 img1
une dispute conju­gale à venir
 dirtyiron 1462676149088419845 20211122 075543 img1
grève des éboueurs à Marseille
dirty iron asset (9)
les impri­mantes à l’ancienne àvaient leur charme
dirty iron asset (23)
miam miam
dirty iron asset (35)
tête de delco
dirty iron
suspects assez usuels
dirty iron 01
H&M

Pas de site officiel mais du réseau­tage social :

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Mots-clés de l’article
, ,
Rejoindre la conversation

6 Commentaires

  1. Bien qu’il ait légiti­me­ment titillé notre curio­si­té, le nouveau Métal Hurlant était obsolète avant même la parution du numéro 1, puisque le pire de la SF des années 70 (Andre­von, Brunner, Zemmour) est en train de se réali­ser sous nos yeux.
    Pour les nanas à gros seins, les astro­nefs scintillants et les extra-terrestres pédon­cu­lés, les enfants illégi­times de Corben, Druillet et Moebius sont un cran en dessous de leurs géniteurs. Et le concept lui-même est un peu vintage.
    Mais imagine un gars qui lance­rait une revue à la gloire de la chanson française et qui voudrait faire fructi­fier l’héri­tage des Brel, Brassens et Guy Béart : il aurait du mal à nommer des héritiers. Le moule est cassé ; l’époque est à autre chose.
    Rien que d’y penser, je deviens moi-même décliniste.
    Concer­nant Métal, la partie rédac­tion­nelle, décou­ra­geante parce que tassée en début de revue, est honnête et intéres­sante. C’est la partie BD qui est décevante. Merci d’avoir trouvé un(e) chinois qui fait le poids pour notre ”Métal Hurlant Imagi­naire”, qui sera toujours meilleur que celui publié dans la Réali­té Réelle Ratée.
    Je contri­bue­rai prochai­ne­ment à cette grande idée.

    1. says: Li-An

      Voilà une grande idée : on va créer une revue imagi­naire véritable héritière. Mais je sens que l’on n’a pas fini de se dispu­ter sur qui mettre dedans.

      Je vois que tu n’as pas cité Gains­bourg dans les ténors de la chanson française. Un signe qui ne trompe pas.

  2. Sur Terre-38 (référen­cée par Grant Morri­son dans son gloubi-boulguesque Multi­ver­si­ty), Serge Gains­bourg joue de la basse nucléaire en susur­rant du Lautréa­mont au sein du Kiliman­ja­ro Darkjazz Ensemble, un groupe de terror_​doomjazz sévis­sant jusqu’à la ceinture d’asté­roïdes. Il a troqué la boutanche contre la weed, et il est telle­ment stoned qu’il se prend pour Thiéfaine. Jane Birkin est leur attachée de presse, et elle les trouve un peu bruyants. C’est pourquoi ça ne marche­ra jamais entre eux. Voici une amorce pour une des histoires d’Acier Couinant imagi­naire, qui explique pourquoi je n’ai pas inclus Gains­bourg dans mon panthéon.

    1. says: Li-An

      Un projet Kambooesque à ce que je vois. Bon, c’est une ébauche d’encyclopédie plus qu’une vraie somme. D’ailleurs, Moebius et Mézières avaient un projet d’encyclopédie SF autour d’une planète fictive qui ne s’est jamais concrétisé.

Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *