Big Man ( Mazzucchelli – éditions Cornélius ) (les ET à la campagne part 3)

Troisième album de la série (et ce sera bon pour cette fois-ci sauf rebon­dis­se­ment impré­vu), le Big Man de Mazzu­chel­li chez Corné­lius. Très à la mode (tendance intel­lo) dans les années 90, il ne semble plus être publié en France (en fait il ne semble plus faire de BD tout court cf. note plus bas).
Pour changer un peu et ne pas faire trop ”comics” juste­ment, il imagine une espèce de géant (mais un petit géant), croise­ment impro­bable entre Hulk et Corto Maltese puisqu’il débarque ligoté sur un radeau (j’ignore si c’est un clin d’oeil ou une coïnci­dence). Là encore une famille (nombreuse) de paysans le recueille et une petite fille attar­dée s’attache à lui. Il n’a pas de pouvoir spécial mais une force hercu­léenne qui lui permets de sauver un fermier. Comme il a plus de place, Mazzuc­chel­li peut dévelop­per le propos et le présente comme une espèce de retour du père (ce qui est plutôt bien vu) ou une catas­trophe naturelle. Contrai­re­ment aux deux précé­dentes histoires, ce ne sont pas les locaux qui décident de s’atta­quer à lui mais la police locale. L’his­toire s’ins­crit du coup dans une espèce de tradi­tion romanesque de ”gauche” tendance Stein­beck ce qui fait plus politi­que­ment correct mais beaucoup moins grinçant évidem­ment. Le grand bonhomme casse la gueule aux fachos de flics et se barre dans le soleil couchant. La petite fille est toute triste. C’est l’his­toire qui permet le plus d’inter­pré­ta­tions (Dieu, la création, la Nature…) mais la moins rigolote il faut bien l’avouer.

le radeau de Hulk

note : Provi­sus me fait savoir dans son commen­taires ci-dessous que Mazzu­chel­li va publier un graphic novel en juin prochain.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

17 commentaires

  • J’aime bien cet album (malheu­reu­se­ment introu­vable aujourd’­hui), proba­ble­ment parce qu’il y a cette arrière pensée moraliste. C’est l’exemple d’une utili­sa­tion adulte du thème ”ET”.

  • Est-ce que c’est un thème encore ET à ce niveau-là ? Je ne suis pas sûr. Je suis un peu étonné que Corné­lius ne l’ait pas réédi­té.

  • @Li-An : Pour répondre à la question que tu poses dans ton billet, David Mazzuc­chel­li enseigne aujourd’­hui à la School of Visual Arts de New York et poursuit en paral­lèle sa carrière d’auteur de comics. Pantheon books publie­ra l’année prochaine (le 2 juin exacte­ment !) le graphic novel Asterios Polyp, sur lequel il travaille depuis dix ans :

  • Corné­lius ne l’a pas réédité..?Mais est-ce que tous les titres(comme à l’association)ne sont pas ENCORE à leur ”catalogue”?Belle résur­rec­tion par ce billet inspiré,c’est déjà ça..!

  • J’ai employé le terme de ”moraliste” parce que Mazzuc­chel­li ilustre dans cette histoire certaines valeurs, mais il est vrai que j’aurais peut être dû parler d’huma­nisme. L’auteur nous conduit à progres­si­ve­ment décou­vrir l’huma­ni­té de ce person­nage étrange, de ce géant qui est repous­sé par les hommes et qui parvient à devenir l’ami d’une petite fille. Il nous fait aimer ce ”big man” et cette capaci­té de consi­dé­rer d’abord ce qu’il y a de bon, de même cette volon­té de regar­der au delà des diffé­rences, tout cela me semble un message très ”moral”. Ce livre ne fait aucun prosé­lys­tisme, mais on peut y voir tout de même un message, une sorte d’éloge de la diffé­rence et de l’huma­nisme. Je recon­nais cepen­dant qu’il s’agit là d’une morale moderne et pas vraiment de la morale chrétienne tradi­tion­nelle.

  • Je comprends mieux. Mais je trouve étonnant qu’il ait dévelop­pé une vision complè­te­ment diffé­rente des précé­dentes histoires sur le même thème. En fait, je ne suis pas sûr qu’il soit plus ”réaliste”.

  • Eh bien je suppose que la perfec­tion, c’est ce dont on ne saurait rien modifier. C’est exacte­ment ce que me fait Big Man et j’aurais bien de la peine à te dire pourquoi. J’ai bien aimé le Mazzu­chiel­li qui dessi­nait Batman et j’ai lu ”la soif” et ”géomé­trie de l’obses­sion” sans déplai­sir (mais sans enthou­siasme exagé­ré). Quand à l’adap­ta­tion de Paul Auster, je ne sais même pas si je l’ai lue.
    Par contre Big Man me semble un objet parti­cu­liè­re­ment cohérent, jusque dans son édition par Corné­lius (toujours dispo si je me fie au site de l’édi­teur).

  • Oulala, c’est un peu tiré par les cheveux (qu’ils n’ont pas), là… Bon, il y a les ET, les bouseux… mais quand même :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *