Poilues, visqueuses et sexuelles, les bestioles de Hausman

Allez coucher, sales bêtes ! – Hausman + les scénaristes (Dupuis)

hausman-allez-couche-sales-betes-couv

Je pensais que Gisèles et Béatrice de Férou­mont était le premier ouvrage à carac­tère licen­cieux publié par les éditions Dupuis mais j’avais oublié ce collec­tif dessi­né par Hausman – si vous connais­sez d’autres ouvrages cochons publiés par Dupuis, n’hési­tez pas.

À l’annonce du décès de Hausman, j’étais un peu marri. Je ne savais pas trop quoi écrire car si je recon­nais son grand talent, ce n’est pas un dessi­na­teur qui m’a vraiment influen­cé. Son dessin très parti­cu­lier et hors mode a inspi­ré des collègues qui lui ont écrit des histoires ( pour Fluide Glacial notam­ment ) rassem­blées dans cet album – Binet, Delporte, Dubois, Gotlib, Lucques, Schoon et Yann pour complé­ter.

Puisqu’­Haus­man a toujours aimé dessi­ner les bestioles, ils se sont tous amusés à lui trouver des gags cochons avec des cochons mais pas que. Les bestioles les plus impro­bables se retrouvent à copuler dans une joyeuse sarabande.
Cela faisait longtemps que j’hési­tais à acheter cet ouvrage et j’ai un peu craint que les gags aient mal vieilli mais, au final, j’ai bien rigolé – Gotlib est souvent très fort.

hausman-allez-couche-sales-betes-02

hausman-allez-couche-sales-betes-01

hausman-allez-couche-sales-betes

En tous les cas, j’ai toujours prévu de lui rendre un petit hommage dessi­né – dès que possible, promis.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
, ,

2 commentaires

  • Goût du grivois assumé;et puis goût des histoires tristes.
    LAIYNA,c’était vraiment quelque chose;de ce trait lourd,massif qui s’accom­pa­gnait d’une grande finesse de vue,et de trait…
    Je ne sais pas si un regard si personnel,mais aux influences revendiquées,si singu­lier ait pu déteindre sur d’autres…Un regard qu’il devait trimba­ler depuis l’enfance;de façon très visible.
    Mais alors tout de même,dans les gros bonshommes et femmes d’André Geerts,période des tous premiers Jojo,il y avait ces grosses paluches,et une tendresse qui y faisaient penser…
    Bon,et bien,on l’atten­dra ce nouvel hommage dessiné.Si le temps le permet.

    • On retrouve ce genre de person­nages chez Sendak et des illus­tra­teurs de l’Est – tchèques notam­ment. Je pense que c’est vers cette école de l’illus­tra­tion jeunesse qu’il faut chercher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *