Singes parlants et tapis volants

Purée de !?¤´>, mon logi­ciel d’édition de billet vient de cra­sher mon texte spi­ri­tuel qui ana­ly­sait l’omniprésence des mâles glan­deurs dans l’espace média­tique et je n’ai pas le cou­rage de recom­men­cer (il a plan­té quand j’ai essayé de le sau­ve­gar­der, génial). Voilà donc un billet en mode “marre, j’accélère”.

Monkey Bizness – Pozla & El Diablo (Ankama)

monkey-bizness-t2-pozla-eldiablo-couv

Second tome des aven­tures de Jack et Hammerfist, deux singes du futur dans un monde où les Humains ont dû lais­ser la place à des ani­maux deve­nus intel­li­gents. Les deux com­pères glan­deurs de pre­mière sont fort occu­pés à se dis­pu­ter une gue­non canon, à échap­per à une ven­geance qui vient de loin et à faire bar­rage au com­man­dant Ramos qui veut remettre l’Humanité à la tête du monde.
Scénario sym­pa­thique de El Diablo qui réjoui­ra les ama­teurs de gros lourds pas cor­rects mais comme j’aurais dû l’expliquer, je sature de ce genre de per­son­nages. Un mec qui n’en fiche pas une, ça com­mence à deve­nir la norme, une norme un peu dépri­mante. Mais bon, c’est vrai que j’ai ache­té le bou­quin pour le des­sin de Pozla, tout en éner­gie bien sen­tie et qui mérite le coup d’oeil.

monkey-bizness-t2-pozla-eldiablo-pl

Aniss – Corbeyran & Milhiet (Delcourt)

monkey-bizness-t2-pozla-eldiablo-couv

Copinage – Après deux tomes et c’est fini de Caravane, Olivier Milhiet s’associe avec le très pro­li­fique Corbeyran pour une fan­ta­sy orien­tale. Aniss est un livreur gaf­feur affu­blé d’un chien idiot qui doit livrer un tapis pré­cieux (il a un pou­voir, devi­nez lequel). Naïly est une jeune femme avec un fort poten­tiel scien­ti­fique ban­nie de son pate­lin pour avoir osé mettre en doute la cos­mo­lo­gie locale. Les deux vont finir par se croi­ser après moultes aven­tures. En fait, pas si moultes que ça. Ça se lit quand même très très vite. Du coup, il n’y a plus qu’à le reprendre pour s’amuser du des­sin de Milhiet, ten­dance “Delcourt d’avant” comme dit élé­gam­ment un ami libraire, plein de petits détails peints soi­gneu­se­ment à la main. Y’a des gens qui ont le goût du tra­vail bien fait même si c’est pour racon­ter le peu d’aventures d’un fai­néant de pre­mière – voi­là un para­doxe inté­res­sant qui méri­te­rait presque un déve­lop­pe­ment.

aniss-corbeyran-milhiet-pl-t1

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
, , ,

13 commentaires

  • Olivier Milhiet:ça n’a l’air de presque rien;mais je trouve qu’il a su gar­der une fraîcheur,propre aux jeunes pousses épatants…ça doit être ça le “Delcourt d’avant”.Il fait comment,Olivier Milhiet ?

  • Je me suis tou­jours deman­dé si le cli­ché des hommes glandus-glandeurs-incapables exis­tait avant Homer Simpson (et la masse des copies de la famille Simpson qu’il y a eu ensuite dans les comé­dies amé­ri­caines).

    Dans la fic­tion, en tout cas, ça ne sem­blait pas être le cas. Dans des trucs comme Biba ou Cosmopolitan, peut être que ça exis­tait déjà…

    • @éléphant : Gaston est un bon exemple. Mais on a tou­jours eu des per­son­nages qui n’en fichaient pas une – ils sont rare­ment les héros. Avant la Seconde guerre mon­diale, ils sont ren­tiers… ou artistes ratés. Le film Alexandre le bien­heu­reux est aus­si un bon exemple de fai­néant.

      • @Li-An :

        Dans ces exemples les per­son­nages sont sym­pas et, s’ils ne font rien, c’est juste parce qu’ils sont occu­pés à faire autre chose (des arbalètes-boomerang chez Gaston, dor­mir chez Alexandre le bien heu­reux). Ils résistent en quelque sorte à ce qu’on veut leur faire faire (Alexandre le bien­heu­reux, là, c’est net) parce qu’ils n’ont pas envie.

        Ces der­nier temps, on dirait plu­tôt que c’est la glan­douille pour la glan­douille, parce qu’ils sont plus benêts qu’autre chose.

        Il n’y a plus le côté “rebelle pas­sif”.

        • @éléphant : c’est vrai. Ce sont des glan­douilleurs agres­sifs : ils peuvent être vio­lents pour évi­ter de tra­vailler. Hum, pas si sûr. Disons qu’ils se contentent de leur ordi – avant c’était la télé. Il n’y a pas de carpe diem, juste une façon de tuer le temps de manière pas glo­rieuse.

  • Il me semble que les nobles glan­deurs pul­lulent dans les bandes amé­ri­caines d’avant guerre;foule de per­son­nages secon­daires attachants,pas des héros,mais avec un rôle assez pre­gnant dans l’imaginaire du petit lec­teur…http://​www​.you​tube​.com/​w​a​t​c​h​?​v​=​e​m​7​B​S​k​H​k​FkI

    Ici,Michel Simon(ou Yvan Delporte?Admirez la pos­ture du personnage)en est un bel exemple,au delà de sa condi­tion de “clochard”.Il l’est tout autant,pathétique,émouvant,ironique dans “La double vie d’un hon­nête homme”,“la fin du jour”,etc,etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *