Rocher Rouge (Borg & Sanlaville – KSTR)

rocherrouge-couv

J’avais par­lé quelque part ici de la moder­ni­té éven­tuelle du tra­vail gra­phique de Vivès. Il sem­ble­rait que l’on pour­rait en dire autant de son ami San­la­ville com­plice avec lui sur Hol­ly­wood Jan mais côté scé­nar ce coup-ci. Du moins une moder­ni­té plus réfé­ren­cée scé­na­ris­ti­que­ment pour un public ciblé. Il faut dire que son scé­na­riste pour cet album, Borg, fait très fort pour un pre­mier ouvrage : mixant allè­gre­ment hor­ror teen movie, L’île de la ten­ta­tion et Lost, il ima­gine une bande de jeunes post ados sur une île paci­fi­diaque confron­tés à une légende ter­ri­fiante. Le lec­teur bla­sé va se dire ”mais où se cache la moder­ni­té là-dedans ?”. En effet, la BD nour­rie aux influences ados est deve­nue un véri­table fond de com­merce nour­ri de pseu­do Star Wars ou de sous Sei­gneur des Anneaux mais sou­vent très insi­pides du fait de l’absence de per­son­na­li­té des auteurs. Le couple Borg/​Sanlaville fait plus fort et a déci­dé d’assumer tota­le­ment le choix du sujet : hor­reur expli­cite et remake de ”Tant qu’il y a des filles” vont rendre fébriles plus d’un ado ove­rhor­mo­né. Salan­ville est un sur­doué et assume jolis filles en maillot de bain et giclées de sang sans fré­mir. Un album donc incon­tour­nable…
Pas tant que ça (dit le père Fouet­tard en rica­nant). J’ai quand même eu l’impression d’avoir dépas­sé l’âge légal de lec­ture de ce genre d’histoires. L’énergie débor­dante du des­sin de San­la­ville a fini par m’épuiser et le côté ”arti­fi­ciel” vou­lu par le genre ne m’a jamais convain­cu (j’ai dû tenir 20 minutes sur Lost :-)). Si les mon­tagnes russes vous font mal au crâne, pas sûr que vous accro­chiez à ça… Les autres vont hur­ler de joie.

rocherrougepl

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

29 commentaires

  • Sur une planche pas simple de se faire une idée sur­tout quelle ne contient pas grand chose comme élé­ments . Le des­sin est frais avec ce coté des­sin ani­mé …faut voir . En tout cas la couv est classe .
    Mais j’avoue que je ne m’attendais pas à cela comme planche au vue de la couv .

  • San­la­ville n’assurait pas seule­ment le scé­nar sur Hol­ly­wood Jan… Si je me sou­viens bien, lui et Vivès s’étaient répar­tis les cha­pitres, dont ils assu­raient cha­cun des­sin et scé­na­rio (San­la­ville s’octroyait plus faci­le­ment les scènes d’action et Vivès les scènes inti­mistes).

  • Oui en effet, ils ont tra­vaillé à deux sur l’album en ques­tion mais j’ignore exac­te­ment qui a fait quoi.

  • @oli­vier : un peu com­pli­qué de trou­ver une planche ”repré­sen­ta­tive”. Mais c’est beau­coup moins sobre que la cou­ver­ture de toute manière :-)

  • @Li-An : Je crois qu’on voit quand même une dif­fé­rence dans le des­sin… Le des­sin de Vivès est plus léger, peut-être plus esquis­sé, quand celui de San­la­ville est plus détaillé, posé, on y sent plus l’influence de l’animation (la page pos­tée à l’époque dans la cri­tique de Hol­ly­wood Jan, ça doit être du Vivès)

  • Je suis d’accord. L’album ici est bien plus ”ani­ma­tion” que Le goût du chlore. Je n’ai pas encore ache­té le der­nier Vivès et j’ignore s’il vaut le dépla­ce­ment.

  • Le nou­veau livre de Bas­tien Vives, Sur mes lèvres, est… sym­pa, mais c’est avant tout un exer­cice de style, un de plus, et n’apporte pas grand chose de plus sur le fond que ce qu’il a fait avant. J’ai tout sui­vi avec beau­coup d’intérêt en me disant que ca allait, de livre en livre, murir et don­ner de nou­velles choses sur­pre­nantes, dif­fé­rentes, mais peut-être bien que ce n’est pas pour tout de suite, ou que c’est tout ce qu’il y a à racon­ter… A suivre tout de même, mais d’un peu plus loin. En tout cas, ca fai­sait long­temps que je n’avais pas obser­vé d’un oeil inté­res­sé (je ne dis pas lequel, d’oeil) un auteur comme ça.

  • Mer­ci pour cet avis, Nanor. J’ai eu aus­si l’impression qu’il n’allait pas plus loin que le pré­cé­dent et qu’il tour­nait trop sur un concept mais bon, ne l’ayant tou­jours pas lu…

  • Tu aurais pu don­ner le bon titre, mon­sieur Gros­pa­ta­pouf :”Dans mes yeux”.
    Quant à Jacques Audiard, il prouve que les fils à papa ne sont pas juste là pour occu­per la scène média­tique. Pour moi pro­ba­ble­ment le meilleur met­teur en scène fran­çais du moment…

  • Etant une sorte de naïf pro­fes­sion­nel, je n’arriverai jamais à dépas­ser l’âge de lire ”Rocher rouge”, mais … je reste tout de même réti­cent. La planche est jolie, mais elle res­semble trop à ce que fait cette nou­velle école très influen­cée par le des­sin ani­mé (un peu comme à l’époque de Walt Dis­ney). Cela donne une espèce de ”nou­veau mains­tream”, dont les livres sont assez beau à voir, mais plu­tôt incon­sis­tants à la lec­ture.

    Sinon, j’ai bien aimé le der­nier livre de Vivès. C’est un pur exer­cice de style, mais il réa­lise un vrai tour de force. il raconte sim­ple­ment l’histoire du gars qui ren­contre la fille, mais j’ai admi­ré cette manière ori­gi­nale.

  • Je com­prends ce que tu veux dire. Tu parles peut-être de livres publiés par une cer­taine mai­son d’édition du Sud de la France voire de comics. C’est très dif­fé­rent ici, il y a beau­coup plus de consis­tance et sur­tout c’est beau­coup moins lisse mais, comme je le dis, je ne suis pas sûr que tout le monde accroche.

  • Pour Hol­ly­wood Jan, le scé­nar est à deux mains, ensuite niveau des­sin les cha­pitres sont par­ta­gés moit-moit. Même si ils ont des styles proches, on trouve faci­le­ment qui à fait quoi.

    Plus de pages de Rocher Rouge dis­po­nibles sur le forum Cat­su­ka :
    http://​www​.cat​su​ka​.com/​i​n​t​e​r​f​/​f​o​r​u​m​/​v​i​e​w​t​o​p​i​c​.​p​h​p​?​t​=​6​256

    J’ai pas été embal­lé par le scé­nar, niveau enchaî­ne­ment des scènes, rythme et les dia­logues de la der­nière par­tie.
    Reste de très bonnes scènes et les pleines pages bien couillues que sort San­la­ville, qui passent par­fai­te­ment.

  • Le jour ou les stu­dios Dis­ney nous sortent un des­sin ani­mé comme ça j’y cours de suite, je dois étre un peu ados car j’ai pris une bonne baffe en lisant cet album qui sur­prend par son gra­phisme et son sce­nar aux rebon­dis­se­ments impro­bables !!! :)

  • Quel talent tout de même Li-an de savoir par­ler d’un album que l’on n’apprécie pas par­ti­cu­liè­re­ment, tout en géné­rant des com­men­taires…
    J’avoue que je suis bluf­fé.
    Je n’aurais pas pour autant envie de lire ce bou­quin. Ce cou­rant ”mains­tream” comme tu l’écris me gonfle en effet par­ti­cu­liè­re­ment, et il y a tant d’autres belles choses à décou­vrir…
    Au ”Red roc”, je pré­fè­re­rai donc la ”Yel­low bedroomm”
    ou plus dans le sujet, ce style là :
    http://​www​.bede​theque​.com/​s​e​r​i​e​-​8​3​7​3​-​B​D​-​B​o​r​d​e​l​-​d​e​s​-​m​u​s​e​s​-​C​a​b​a​r​e​t​-​d​e​s​-​m​u​s​e​s​.​h​tml

  • J’ai quand même un peu de mal avec Smud­ja. Pas avec son tra­vail gra­phique qui est éton­nant mais son sens de l’humour qui me rend per­plexe.

  • Je suis tout à fait d’accord avec votre ana­lyse. Le lec­teur reste sur sa faim, bédé fran­çaise oblige, car, si la pein­ture des héros un peu concons est cré­dible et le des­sin cor­rect, toute la par­tie hor­ri­fique ne tient pas du tout la route, est bâclée voire ridi­cule. On est loin de la BD amé­ri­caine ou japo­naise…

    • Je ne serais pas aus­si affir­ma­tif : j’ai eu l’occasion de lire moultes BD amé­ri­caines et japo­naises com­plè­te­ment idiotes et mal fichues au niveau scé­na­rio. Ce n’est pas la natio­na­li­té qui fait le génie, ça serait un peu trop simple.

  • Oui, c’est vrai que j’ai été un peu radi­cal pour le coup, déso­lé ! ;-) (j’arrive du moins plus en ce moment à trou­ver mon compte dans ces deux zones géo­gra­phiques de la BD qu’ailleurs, cqfd)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *