Les voleurs de Carthage (Appollo & Tanquerelle – Dargaud)

voleurs-carthage-couv

Semi copinage – Cela fait au moins vingt ans qu’Appol­lo me parle de son histoire cartha­gi­noise. Autant dire que j’ai fini par me faire mon petit film dans ma tête en atten­dant sa concré­ti­sa­tion. Finale­ment, c’est Tanque­relle qui s’est collé au dessin et ça a rajou­té une couche à ma curio­si­té – j’étais chaud comme une fan de Rihan­na au premier concert de la star.
Le Monde est occupé par Rome. Tout le Monde ? Non, une ville au Nord de l’Afrique résiste à l’enva­his­seur : Carthage. Horoda­mus le Gaulois et Berkan le Numide, anciens merce­naires cartha­gi­nois déser­teurs zonent autour de la ville assié­gée en quête de mauvais coups. Ils capturent une jeune femme gironde qui leur propose un coup fumant : voler le trésor du temple de Tanit.
Tanque­relle fait les trognes de soudards comme personne et il est parti­cu­liè­re­ment servi en prêtresses et autres demoi­selles dévêtues. Il y a un travail de texture dans le dessin qui m’intrigue beaucoup, je serai curieux de savoir comment ça a été fait. Appol­lo multi­plie les person­nages étonnants (le prêtre de Tanit est grati­né) et leur fait miroi­ter une richesse facile qui risque de leur coûter bonbon. Mais il faudra attendre le tome 2 pour connaître le fin mot de l’histoire.
Je regrette quand même une couver­ture très … euh, comment dire… Je vais m’abstenir.

voleurs-carthage-pl

#Mots-clefs :

!ABC Pour signa­ler une erreur ou une faute de français, veuillez sélec­tion­ner le texte en question et cliquer sur l’icône R en bas à gauche.

fille boutique inktober2021 opt 2
Partagez ce contenu

44 commentaires

  1. La couver­ture m’a égale­ment sauté aux yeux…Dommage.
    Dans cet album,déjà quelques futures cases mémorables.Trés enthousiasmant.

  2. La couver­ture fait référence à la Salamm­bô de Mucha, ainsi que je l’ai signa­lé sur le forum de bulle​dair​.com (mâtin ! quel site!).

    Pour moi, Appol­lo a enfin réussi là son rêve impos­sible d’album populaire et exigeant à la fois. Je souhaite à cet album (à défaut de me lancer dans une prédic­tion fumeuse) un grand avenir. C’est ce que j’ai lu de mieux de lui (Appol­lo pas l’album) depuis Pauline et les loups-garous, qui était dans un genre certes radica­le­ment différent.

    Quant à la fameuse texture, ça m’a intri­gué aussi : c’est comme si les ombres avaient été posées à la craie grasse et que cette dernière avait été par endroit grattée au stylet. Il faudrait deman­der à M. Tanquerelle.

  3. Merci pour tous ces commen­taires, les gars. Hervé Tanque a tout dessi­né au crayon, et les couleurs d’Isa­belle (une décou­verte pour moi, cette ultra talen­tueuse coloriste) réussissent à non seule­ment préser­ver le trait mais en plus à lui donner une autre dimen­sion encore.
    Dans le tome 2, il y aura des gros seins et des épées (pour que Totoche conti­nue d’ache­ter) mais (spoiler) Carthage sera détruite.

  4. Pas encore vu l’album ”en vrai”, mais déjà le rendu de la planche nocturne me plaît beaucoup. La réserve énigma­tique qu’ob­serve le maître de céans vis-à-vis de la couver­ture, j’ai pas tout compris mais, juste pour faire le malin, je vais avancer que je vois un léger problème dans la façon dont les person­nages s’ins­crivent dans l’espace, la compo­si­tion ne ”respire” pas assez, et du coup, la propor­tion entre la taille de la titraille et le format de l’album n’est pas idéale. Une question de recadrage de dernière minute ?

  5. Bonjour à vous. Juste pour signa­ler que dans le dernier Casemate, il est fait notion par Tanque­relle de la technique qu’il a utili­sée. De mémoire il a tout fait au crayon (c’est ballot j’ai oublié mon exemplaire ce week-end !)

  6. C’est quand même beaucoup mieux dans l’album, non ? Quand on regarde par exemple cette image pleine page :

    http://​www​.galerie9art​.fr/​i​m​g​s​/​i​t​e​m​/​o​r​i​g​i​n​a​l​/​T​A​N​-​V​C​-​1​2​9​.​jpg

    et qu’on la compare à la page 29, il en ressort un vrai travail sur les textures, les volumes, la lumière issu de la phase de colori­sa­tion (d’ailleurs la planche n’a semble-t-il toujours pas trouvé preneur).

    Les effets de ”coup de stylet” comme je l’avais expri­mé maladroi­te­ment plus haut (faute de mieux) y sont bien visibles mais dans le graphite pas la craie grasse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.