Tout Pascin dans Simplicissimus !

J’ai déjà beaucoup parlé de l’incroyable revue Simpli­cis­si­mus sur ce blog et du site consa­cré qui recense tous les numéros mais je viens de décou­vrir que l’on peut aussi parcou­rir la revue à partir d’un index des auteurs.
Et donc, je me suis dit que ça serait rigolo de voir toutes les illus­tra­tions réali­sées par Pascin pour cette revue. Il y en a quand même pas mal et je vous encou­rage à aller admirer ça – même si vous risquez encore une fois de vous y retrou­ver bloqué pour plusieurs semaines à ”feuille­ter” la revue.

pascin-simplicissimus-23

pascin-simplicissimus-20

pascin-simplicissimus-15

pascin-simplicissimus-14

pascin-simplicissimus-11

pascin-simplicissimus-06

pascin-simplicissimus-05

  • le listing des images de Pascin est à voir ici
  • le listing alpha­bé­tiques des auteurs ici.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Mots-clés de l’article
Rejoindre la conversation

23 Commentaires

  1. Cet index a été une bénédic­tion. Il n’était pas en service au départ, mais dès qu’il fut mis en service, je m’y suis immer­gé pour mes blogs Rudolf Wilke, Blix, Gulbrans­son, Karl Arnold, et pour Trente, énormément.

    1. On se met à rêver de scans corrects en HD. Mais bon, on est telle­ment recon­nais­sants devant l’intel­li­gence de cette démarche, la quali­té à tomber du travail des artistes, qu’on ne le dit pas trop fort.

    2. Étour­di, c’est le mot. Depuis que je m’inté­resse à l’image, je ne me rappelle pas d’exemple similaire, où tant d’artistes aussi singu­liers, excep­tion­nels, novateurs, et proli­fiques en plus, sont réunis en un seul ”lieu” (Simpli­cis­si­mus).

    3. Boah, on peut parler du Pilote d’une certaine époque, Spirou d’une autre époque, Mad etc… Il y a toujours eu des regrou­pe­ments d’artistes incroyables sur une petite période. L’Asso­cia­tion d’il y a quelques années est un bon exemple aussi.

    4. Oui c’est vrai… Mais pour Simpli­cis­si­mus finale­ment assez peu d’artistes, traitant d’un même sujet, sur un format très proche, et qui donne une certaine homogé­néi­té graphique.

  2. Pour info on pouvait déjà voir 11 dessins de Pascin dans le ”Simpli­cis­si­mus” édité chez Dover en 1975 et 11 égale­ment dans le ”Pascin” édité chez Dover en 1972. Je ne parle que de ses dessins si carac­té­ris­tiques au trait, qui font plus penser à des illus­tra­tions pour la presse qu’à des études ou des peintures.

    1. Mais oui Guillaume, ce Dover Simpli­cis­si­mus a été la source de ma décou­verte des dessi­na­teurs du Simpl’ quand je l’ai trouvé à la fin des années 80, le Pascin aussi, encore avant, car ma décou­verte était antérieure, confir­mée par l’expo à l’hôtel de ville de Paris en 1982.

    2. Ils sont tous les 2 très bien. Le Pascin n’est que noir et blanc, mais une bonne centaine de pages. Pas mal de dessins incroyables dans le Pascin chez Hoëbeke (expo musée de la Seita 1994) mais plus centré sur ses peintures.

Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *