Perry Peterson, classique et relax à la fois

J’ai décou­vert que j’avais prévu d’écrire un billet sur le travail de Perry Peter­son (1908 – 1958) en 2009. Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Peter­son est un illus­tra­teur typique des années 1940/​50 aux États Unis et il semble s’être spécia­li­sé dans les histoires policières. Le charme de son travail c’est sa capaci­té à aller vers une simpli­fi­ca­tion assez comics qui rend ses person­nages très expressifs.

perry peterson 01
L’alcool tue
perry peterson 05
Vous pourriez me gratter là
perry peterson 04
Comment je vais ravoir ces taches !?!
perry peterson 03
Je vous ai à l’œil
perry peterson 02
Votre château est nul
perry peterson 09
Regarde chérie, on voit la mer
perry peterson 06
Je n’oserai jamais coucher avec vous deux
perry peterson 07
Plus jamais de la fondue le soir
perry peterson 08
Atten­tat culturel
perry peterson
Ne touchez pas à ces fleurs. Ce sont nos amies.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Mots-clés de l’article
,
Rejoindre la conversation

8 Commentaires

    1. says: Li-An

      Beaucoup d’excellents artistes de l’époque se sont en effet recyclés dans Reader’s Digest quand le marché des magazines tradi­tion­nels s’est essouf­flé. Ce n’est pas le cas de Peter­son qui est mort relati­ve­ment jeune.

    1. says: Li-An

      Il y a un vrai travail de fond sur ces légendes. Mais qu’elles ne fassent pas oublier les images qui sont quand même l’important.

  1. says: Boyington

    Ça va faire rire, les images noir et blanc un peu colorées, façon chromos, m’évoquent des illus­tra­tions de romans que je voyais étant gosse, dans les sixties, dans…”l’écho de la mode”, magazine qu’ache­tait parfois ma mère. :-)
    Ça n’a rien de péjoratif..

    1. says: Li-An

      C’est exacte­ment les mêmes contraintes d’impression. Et person­nel­le­ment, les illus­tra­tions de mode (bien faites) m’ont toujours plu.

      1. says: Boyington

        *(Etant gamin, ignorant totale­ment qu’un jour futur je ferais fac et Beaux Arts, je faisais des trous dans les magazines de ma mère pour conser­ver ces ”belles images ”…)

Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *