Kent Williams, corps et matière

kent williams 10
kent williams 06

J’ai croisé le travail de Kent Williams dans les recueils Spectrum au début des années 2000. Il réali­sait à l’époque des travaux d’illustration pour les magazines et les comics – il a notam­ment réali­sé une adapta­tion BD de The Fountain, le film de Darren Aronof­sky. Il semble que sa carrière soit essen­tiel­le­ment tournée vers la peinture avec un travail sur le corps et la matière avec un érotisme certain. Et puis des corbeaux et des têtes de mort.

Le site officiel : https://​www​.kentwilliams​.com/​p​a​i​n​t​i​ngs

#Mots-clefs :

!ABC Pour signa­ler une erreur ou une faute de français, veuillez sélec­tion­ner le texte en question et cliquer sur l’icône R en bas à gauche.

fille boutique inktober2021 opt 2
Partagez ce contenu

10 commentaires

  1. Ces visages me font songer à Nicolai Ivano­vitch Fechin,peu penché sur l’érotisme de son côté.Son réalisme fuit cepen­dant la photo pour tendre vers une possible pâte,peinture vivace,épaisse,fertile !

  2. Ah non, désolé, je t’ai refilé le bébé parce que c’est quand même toi le spécia­liste de l’illus­tra­tion de genre. Moi je ne connais­sais que sa bédé ”Blood : A tale”.

      • non, je n’étais même pas allé jusque là, du fait que le film m’avait laissé mitigé.
        Alors que ”Blood : A tale” ferait un film dément, réali­sé par Aronof­sky ou Eggers. Ou Jodorows­ky, mais faut se dépêcher.

        • Je suis allé jeter un coup d’œil à une vidéo du comics et ça confirme mon désin­té­rêt total pour ce type de narra­tion. Dans le genre, il n’y a que Sienkie­wicz qui m’ait épaté.

Laisser un commentaire