Jean Bruller (dit Vercors) sur Illustration is Art

J’igno­rais que Vercors, l’auteur du fameux Silence de la mer, avait eu une vie d’illus­tra­teur sous son vrai nom, Jean Bruller (1902 – 1991). Très inspi­ré par le travail de Gus Bofa 1, il me parait plus direct, moins mélan­co­lique, en tous les cas dans les images qui sont présen­tées sur l’extra­or­di­naire Tumblr Illus­tra­tion is Art. Vous y trouve­rez du Beuville, du Billon, du Bofa (évidem­ment), des couver­tures de J’ai Lu de la grande époque, du Sickles, j’en passe et des meilleurs. Il n’y a pas d’indi­ca­tion de la personne qui poste ces fort belles et rares images mais on peut subodo­rer qu’il y a un rapport avec les éditions Charrette.

juste avant la chute
juste avant la chute
la première minijupe à Paris
la première minijupe à Paris
4° classe
4° classe

  1. en fait, les rapports entre les deux se sont rapide­ment compli­qués et on peut lire une analyse très intéres­sante de leurs rapports dans le livre consa­cré à Gus Bofa rédigé par Emmanuel Pollaud-Dulian que je chronique ici

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Mots-clés de l’article
,
Rejoindre la conversation

15 Commentaires

  1. says: Julien

    Est-on certain de cette ”paren­té” VERCORS-BRULLER..?Il me semble qu’il y a malentendu…(Je doute,mais bon)
    Illus.Superbes;la deuxième,cette foule,là,c’est magnifique!!!

  2. says: Pat Rik

    @Julien : Bruller=Vercors, sauf qu’après la guerre il abandonne défini­ti­ve­ment le dessin pour l’écri­ture sous son pseudo de résis­tant. En 1965 on voit une adapta­tion de Hamlet avec le texte de Vercors et les illus­tra­tions commen­cées début 40 par Bruller.
    Gus Bofa l’a influen­cé (comme on le voit sur ces images) et il était son ami, jusqu’à ce que Bruller atteigne le succès. Bruller raconte : ”…‘il (Bofa) n’a pas suppor­té cette concu­rence et m’ a barré la route par tous les moyens”. On peut encore trouver l’unique bd de Bruller : Le Mariage de M.Lakonik, ( que vous avez failli voir sur le Dessin ! ;-) réédi­té en 2000 par Le Musée de la bande dessinée.

  3. says: Li-An

    Je ne sais pas à quel point on peut parler de BD vu la seule planche que j’ai pu voir : illustration+texte en dessous. Mais bon, c’est du pinaillage (je découvre incidem­ment que M.Totoche l’a lu ah ah). Je comprends un peu que Bofa ait été inquiet : le dessin était quand même rudement proche.

  4. says: Julien

    Pas tant le dessin que les ”ornements”(grisé,sfumato…)si semblables.Bon,ben PAT RIK,et LI AN m’auront appris l’humilité,na.(Je m’exile aussitot)(Mes doutes étaient alimen­tés par l’auréole du dit VERCORS,résistant et tout avec certaines oeuvres passées de BRULLER,moins glorieux(Pas du VICA mais dans l’air du temps comme SAINT OGAN,où le racisme se dilue dans les pages).Certes,ça n’est pas antinomique.)L’histoire BOFA-BRULLER,c’est vraiment CHOMET-DE CRECY !

  5. says: Li-An

    J’ignore si j’avais lu ce billet mais j’en veux à Google de ne pas l’avoir ressor­ti (tu portes des accusa­tions fort gouleyantes dans ce billet mais bon, hein, ma curio­si­té dépla­cée ne va pas jusque là…).

Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *