Alfred Kubin et Tardi

torticolis
dessin sur papier de cadastre de Kubin

Alfred Kubin (1877 – 1959) est un artiste autri­chien très impor­tant dont l’œuvre étrange et cauche­mar­desque a inspi­ré moultes artistes dont des auteurs BD. À l’occa­sion de l’expo­si­tion qui a lieu au Musée d’Art Moderne de Paris jusqu’au 13 janvier 2008, voici quelques cases dûes à Tardi, fan du travail de Kubin (extraites de Mine de plomb chez Futuropolis).

toujours mal au cou

il faut voir un docteur monsieur
clic – Tardi

#Mots-clefs :

!ABC Pour signa­ler une erreur ou une faute de français, veuillez sélec­tion­ner le texte en question et cliquer sur l’icône R en bas à gauche.

fille boutique promo
Partagez ce contenu

7 commentaires

  1. Quelle mémoire visuelle ! Je ne m’en souve­nais plus. (Alzhei­mer, quand tu nous tiens …).
    Eh oui, c’est bien du papier de cadastre : j’en ai comman­dé chez Rougier et Pié, mais malheu­reu­se­ment ils sont en rupture de stock ! (Gag !)

  2. Comment­qui­sai­tout Li-An ? 
    Vu que Tardi appré­ciait aussi Klinger (cf le ptéro­ma­chin), y a‑t-il d’autres ”clins d’oeil” que le fameux ptéro­truc dans son travail ? J’ai pas la collec des Adèles, et (trop) peu de Tardi chez moi… (J’ai honte) 

  3. Rouge et Pié n’ont pas les crayons que je cherche… Pour ce qui est des références par Tardi, je ne suis pas assez spécia­liste de son travail pour pouvoir pontifier… 

  4. .. et pour le même prix, on retrouve, entre les 2 pages propo­sée ici-même par Li-An, un superbe ptéro­dac­tyle d’après … Klinger bien sûr !

  5. Ben non, tu ne vas pas scanner les 2 tomes en entier non plus !!! 
    Ne nous donne pas de mauvaises habitudes, ô Maître ! 
    Nous te sommes déjà extrê­me­ment recon­nais­sants des nombreuses pistes spiri­tuelles et bédéesques sur lesquelles Ton Précieux Savoir nous oriente ! 
    A nous de te prouver, ô Grand Maître, que – bien que notre esprit ne puisse jamais, même espérer, s’éle­ver jusqu’à tes vénérables malléoles – nous sommes à peine digne ce partage en fouinant dans les moindres recoins de nos librai­ries, biblio­thèques et sur la toile à la recherche de ces inesti­mables perles que Ta Gracieuse Bonté distille sur les pages de ce Blog.

    Bon, assez décon­né, je vais bosser. (ne pas oublier de changer de ton …)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.