Pain Olympics, un LP collectif et hargneux de Crack Cloud

crack-cloud-pain-olympics-cover

Si il y a bien un problème d’ordre philo­so­phique avec le rock, c’est sa tendance à créer des idoles (Elvis Presley le King en tête mais qui a besoin d’un roi du rock ?). Pour un genre consi­dé­ré comme révolu­tion­naire, il n’a pas changé grand chose au star system, enfer­mant les artistes dans des tours d’ivoire dont certains n’en sont jamais ressor­tis.

Ces dernières années, le Canada a propo­sé des collec­tifs rock rendus possibles par la concen­tra­tion de la scène locale (enfin, c’est ce que j’ai cru comprendre). Crack Cloud rentre tout à fait dans cette philo­so­phie, agrégeant musiciens, danseurs, vidéastes… Le résul­tat est étonnam­ment tendu et inatten­du à la fois. Une énergie froide traverse les morceaux, éclai­rés de fulgu­rances brûlantes. La drogue est un thème impor­tant des chansons (beaucoup d’entre eux sont des ex(?) addicts et ils travaillent avec des associa­tions) et leurs clips marquants me permettent de goûter aux joies du fix sans rien m’injecter où que ce soit.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *