Wilmot Emerton Heitland

Maaacao
clic

Je ne sais plus où j’ai trouvé cette image et impos­sible de trouver des infos sur l’artiste…si je ne me suis pas trompé sur son patro­nyme.

complé­ment : bien vu Pat Rick, j’avais pioché ça sur Illus­tra­tion House en effet. Wilmot Emerton Heitland (1893 – 1969) est donc citoyen US, illus­tra­teur et peintre aquarel­liste et a travaillé pour les grands magazines de l’époque. Et je ne suis pas futé puisqu’il est bien recen­sé dans la ”Bible” The Illus­tra­tor in Ameri­ca” de Walt Reed.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

5 commentaires

  • Mais non, tu ne t’es point trompé sur son patro­nyme.
    C’est peut-être ici : lien mort que tu as trouvé ton image.
    Tu as une (mini) bio sur le même site : http://​www​.illus​tra​tion​-house​.co...
    Grâce à toi, on en sait un peu plus sur Corto Maltese, ne serait-ce pas le passage mécon­nu de sa vie ? Ce jour noir où son père et sa mère (à gauche) se sont fait « désou­der » par ce mysté­rieux et menaçant indivi­du (à droite). Qui à son tour a subi, plusieurs années plus tard, la terrible vengeance du fils, que l’on voit aujourd’­hui encore revêtu des hardes de l’assas­sin en guise de trophée ?
    Ah non ?! c’est pas ça…? ;-)

  • Hum, les dates ne concordent pas pour ce qui est de Corto. Ces person­nages me semblent très ”années 20/​30” et à l’époque, Corto devait avoir dans les 40 ans :-)

  • Macao, Macao… vite dit, non?!
    Un sombre­ro, des bottes, un panta­lon à brode­rie sur les côtés… Un type latino, un holster…
    Très belle illus­tra­tion ; elle raconte une histoire ; les deux afreux vont-ils s’entre­tuer pour les beaux yeux de la dame, qui elle, ne semble guère affolée par cette scène !

    Ce sont les couleurs origi­nelles ?

  • Diantre ! tu as ce livre énooorme de Walt Reed avec sa couver­ture d’ Howard Pyle !?
    PS : sur mon commen­taire tu as remar­qué (et pardon­né), que j’ai confon­dus la droite et la gauche en bon ”gaucher contra­rié”.

  • Al : oui ce sont bien les couleurs origi­nales. À l’époque, beaucoup d’illus­tra­tions étaient en bichro­mie pour des raisons de coût d’édi­tion.

    Pat : en effet, je l’ai acheté et je ne le regrette pas malgré une quali­té d’impres­sion moyenne. Il ne m’avait pas coûté trop cher à l’époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *