Scorchy Smith and the Art of Noel Sickles ( Dean Mullaney & co – IDW Publishing ) (1/2)

couv

Lorsque j’ai reçu ce livre, mon facteur m’a copieusement insulté et lancé des cailloux avant d’aller soigner son lumbago. Fichtre (mazette), quel pavé: 390 pages en grand format et beau papier traitant en première partie de la vie et du travail d’illustrateur de Noel Sickles (1910 -1982 ) puis de son travail comme auteur de comics sur la série Scorchy Smith dont je parlerai dans un second billet.
Pour l’instant, concentrons-nous sur l’illustrateur.
Sickles, quasiment autodidacte, commence par la caricature dans les années 20, époque où il rencontre son grand ami Milton Caniff. Avec lui, il rejoint l’Associated Press pour laquelle il reprend le personnage de Scorchy Smith en 1934. Après s’être fait jeté en 1937 de son comics pour avoir osé demander une augmentation, Sickles se consacre quasiment complètement à l’illustration.

à l'horizon, rien de nouveau

à l’horizon, rien de nouveau

bobonne

bobonne

la bande des quatre

la bande des quatre

Lire la seconde partie de ce billet…

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-moi en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

13 commentaires

  • Je me demande comment il a fait pour rentrer le mien dans la boîte aux lettres…?!? Déjà que j’ai eu du l’en extirper à l’aide du démonte-pneu !

    Ce bouquin est tout simplement superbe et devrait plaire aussi bien aux purs passionnés d’aviation comme Papy (même en anglais) qu’aux nombreux décortiqueurs de BD accoudés au comptoir de « Chez Li-An ».

    Je sais pas si vous vous rendez compte : on parle du mec qui a influencé Milton Caniff ! Waoh ! C’est le néolithique de la BD.

    Et le prix, pour la qualité (il y a même des pages panoramiques dépliables) et la quantité, est quasiment donné, j’ai eu les frais de port pour 3 fois rien sur Amazon (Adieu Album Comics, je vous la laisse sans regret, votre carte de fidélité !).
    Par contre, pas pratique pour lire dans le métro !

    Bon, je mets mon billet à la poubelle (j’ai trop trainé, ne sachant pas par trop comment le scanner !) et je commande un autre bouquin, pffff … Li-An, tu faich :-)

  • Effectivement, le bouquin a l’air superbe.
    Il me donne mauvaise conscience, aussi. Cela me rappelle qu’il y a dans ma bibliothèque l’album Bob l’aviateur de la collection Copyright. je l’ai regardé, admiré, contemplé … mais pas vraiment lu. Faudra que je rattrape le retard. Je ne sais pas quand j’aurai le temps de mettre au manga ?

  • Mais si, tu peux faire ton billet Totoche. Ça permettra de faire une promo d’enfer au bouquin et je suis sûr que tu auras des choses plus intéressantes à dire que moi.

  • Oh miyard, Jésus Marie Joseph, un pote à Caniff et inspirateur!!!! C’est quand déjà Noël (pas Sickles)? Le prix c’est quoi? Pas trop pour un Noël? Totoche, j’aime l’anglais, je vais même à des rencontres de discussion en anglais, alors hein. (It’s true, don’t you know!)
    (PS: Les avions inventés c’est bien aussi. Et je sais de quoi je parle…)

  • Je me souviens avoir lu dans une préface à une édition intégrale inachevée de Terry et Pirates, que Sickles serait à l’origine de la technique d’encrage si caractéristique de Caniff, à une époque où les deux dessinateurs travaillaient ensembles. Ca vous dit quelque chose (je ne remets plus la main sur ce bouquin) ?

  • J’ai lu la même chose que Pierre, mais difficile de dire où ! Est-ce l’intégrale Copyright,le N° des cahiers de la BD, ou la petite monographie publiée par Futuropolis ?
    Il y a aussi la préface de Bob l’aviateur (aussi collection Copyright).

  • On apprend dans le bouquin que les deux dessinateurs ont travaillé ensemble. C’est Sickles qui a dessiné le logo de Steve Canyon et de Terry and the Pirates, si ma mémoire est bonne.

  • Pfiuw ! quelle qualité de dessin ! J’ en avais entendu parler mais jamais vu. En plus c’ est assez moderne (je pense à Pellerin pour la fille et bien sur à Giraud pour les cavaliers). je sais, j’ ai la manie des références…

  • Je ne sais pas si Pellerin peut être qualifié de moderne :-)) Les chevaux ont en effet le même genre de traitement que ceux de Giraud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *