Käthe Kollwitz

Artiste alle­mande enga­gée, Käthe Koll­witz (1867-1945) tra­vaille sur la misère du petit peuple alle­mand (même avant la pre­mière Guerre Mon­diale où elle perd un fils) ou la Paix et son tra­vail, simple et expres­sif, va du des­sin à la gra­vure ou la sculp­ture. Le régime nazi va lui pour­rir la vie mais n’osera pas la dépor­ter vu son aura inter­na­tio­nale. Évi­dem­ment, je reste éba­hi de ne décou­vrir son tra­vail qu’aujourd’hui alors que de nom­breux livres (beau­coup en alle­mand évi­dem­ment) lui sont consa­crés et qu’il existe un musée Koll­witz à Köln (Cologne).

irrésistible

Mignola, va te rhabiller !

dans tes bras

je reste sans voix

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

7 commentaires

  • Trés impressionnant;on jure­rait qu’elle mode­lait avant de prendre à bras le corps le papier,les plaques de gravure…Ce qui est inté­res­sant c’est de connaitre tout ce qui aurait pu l’amener à pro­je­ter autant d’intensité et de vio­lence dans ses mains,comme un Zola,avide de justice…La der­nière image laisse entre­voir un brin de H.Daumier;mais c’est un peu court pour jus­ti­fier un tel talent.Et ENCORE une décou­verte-et un achat futur-né de ce blog(merci.Bravo!)

  • Pour les achats, il n’y a que le choix (moi-même j’hésite). Sa bio montre que son mari était méde­cin dans les quar­tiers pauvres de Ber­lin, ce qui a moti­vé son com­bat.

  • T’ inqiète, moi non plus je connais­sais pas.
    En tout cas, belle décou­verte ! Quelle huma­ni­té, quelle expres­si­vi­té et quelle maî­trise de l’ outil !
    Une fois de plus, mer­ci à toi.

  • Il existe aus­si un musée Koll­witz à Ber­lin (Ber­lin), non loin de la place Käthe-Koll­witz, que je m’arrracherais les che­veux de ne pas être allé voir, par flemme, quand j’étais là-bas voi­là deux ans. J’y retour­ne­rais presque que pour ça (et une croi­sière sur la Spree avec une cho­pine). Ceux qui ont fait alle­mand pre­mière langue avaient du Koll­witz plein leurs manuels.

  • @Hobo­pok : j’ai fait alle­mand pre­mière langue mais pas au lycée. Ça doit expli­quer mes lacunes…

    @ora­lik : ce qui m’intrigue c’est qu’il me semble qu’il n’y ait pas d’équivalent en France d’une telle artiste qui ait autant mar­qué son temps et que l’on ne sache rien sur elle. Alors qu’on connait par coeur Camille Clau­del.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *