L’art massif de Stanislaw Szukalski

Stanis­law Szukals­ki (1893 – 1987) est un artiste polonais, sculp­teur princi­pa­le­ment. C’est un person­nage excen­trique et parti­cu­liè­re­ment allumé qui a notam­ment dévelop­pé une théorie pseudo-scien­ti­fique qui explique que les cultures humaines sont issues de l’île de Pâques et que l’Humanité est en lutte perpé­tuelle avec des descen­dants du…Yéti.
Sa famille s’est instal­lée aux USA alors qu’il était enfant mais, sculp­teur prodige, il s’est formé en Pologne et a été consa­cré Plus Grand Artiste Polonais Vivant (ou un truc du genre). Dans l’entre deux guerres, il rapatrie l’ensemble de ses œuvres à Varso­vie dans le cadre de la création d’un musée consa­cré à son travail mais la Seconde Guerre Mondiale va ruiner ce projet ainsi que son travail peu prisé par les Nazis.

Il s’installe alors à Los Angeles et va être redécou­vert dans les années 1960 par des artistes locaux proches du comics Under­ground dont George DiCaprio, le père de Leonar­do. Les deux vont produire pour Netflix un documen­taire consa­cré à l’œuvre et la vie de Szukals­ki. À remar­quer qu’il a été fasci­né par les mouve­ments natio­na­listes de l’entre-deux-guerres au point de réali­ser une sculp­ture pour Musso­li­ni et on a évidem­ment retrou­vé des écrits anti-sémites datant de sa jeunesse.

Ses œuvres sont faciles à recon­naître : une recherche de puissance basée sur des formes simples et des surfaces planes.

attention où vous mettez les pieds

Et si on sortait un cœur ?

Qui n’est pas content ?

Motard Head

Tu verras mieux comme ça

Ça ne fait pas mal ?

J’adore écouter de la musique dans les musées

ingénieux système d’irrigation pour la Camargue
”Grave of the Unknown Soldier,” a 1971 conté and ink on paper by Stani­slav Szukals­ki. On view at Cal State Fuller­ton’s Begovich Galle­ry thorugh March 7.

stanislaw_szukalski_graphicine_03

stanislaw_szukalski_graphicine_14

stanislaw_szukalski_graphicine_32

stanislaw_szukalski_graphicine_31

stanislaw_szukalski_graphicine_40

stanislaw_szukalski_graphicine_23

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

4 commentaires

    • Suivant ses goûts, on peut effec­ti­ve­ment trouver ça terrible. Mais ce côté hyper construit se retrouve de nos jours dans une certaine illus­tra­tion maniaque que je trouve fasci­nante. C’est pour cela que j’ai voulu en parler.

  • C’est toujours intéres­sant. Il y a un côté allégorie.
    Peut-être de bonnes idées de couver­tures SF pour les éditeurs ‚qui sait ?

    • Malheu­reu­se­ment, les couver­tures de livres SF sont de moins en moins illus­trés. Il est en effet très symbo­lique mais d’un symbo­lisme très person­nel. Ce qui fait son intérêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *