L’humour ligne claire de Gluyas Williams

Avant de com­men­cer à écrire ce billet, je me suis très faci­le­ment convain­cu que Gluyas Williams (1888–1982) était un Britannique bon teint au déli­cieux trait ligne claire.
En fait, Williams est né à San Francisco, est diplô­mé de Harvard et a des­si­né pour les quo­ti­diens US et illus­tré des livres humo­ris­tiques jusqu’en 1953.

gluyas-williams-34

gluyas-williams-17

Son humour est très fami­lial et un peu daté – ce qui explique peut-être que son tra­vail soit aus­si peu connu de nos jours – mais ses illus­tra­tions atteignent quelque fois des som­mets qua­si Hergéin.

gluyas-williams-04

gluyas-williams-39

gluyas-williams-21

Il existe un livre repre­nant des images pano­ra­miques de Williams – que l’on peut ache­ter ici – mais son prix est dis­sua­sif.

Petite mise à jour: en fait, on trouve sur le Web de nom­breux livres illus­trés par Williams ou com­pi­la­tion de ses des­sins à des prix tout à fait cor­rects. Et même des livres tra­duits en fran­çais.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

14 commentaires

  • C’est dansant,c’est heureux.Et pourtant,on dirait la fin d’un monde.Son petit gar­çon lisant est un chef-d’oeuvre.Sa construc­tion rap­pel­le­ra Caran d’Ache;sa ligne dou­ce­ment triste,plutôt un Plauen E.O.
    Euh…Il a fait quoi aprés 1953 ce brave homme?

    • Son petit gar­çon lisant est un modèle d’observation. Un thème en plus inédit pour moi.
      En 1953, il a pris sa retraite :-)

  • Familial certes, mais très effi­cace. Il suf­fi­rait de sau­pou­drer d’un peu de mau­vais esprit, et on aurait les aven­tures de Léon van Oukel.

    • Ce sont jus­te­ment les épices qui font la dif­fé­rence. Mais j’y ai pen­sé moi aus­si, par­ti­cu­liè­re­ment dans la cou­ver­ture noire du livre.

  • Le petit gars qui lit, c’est vrai que c’est génial. Ça m’a fait pen­ser à une planche muette de John Held Jr, mais impos­sible de remettre la main des­sus. Du coup j’ai fait un petit post sur John Held Jr, qui avait lui aus­si une ligne claire redou­table.

    • En même temps, c’est très éloi­gné phi­lo­so­phi­que­ment, Held: il déstruc­ture lit­té­ra­le­ment le des­sin, ignore la pers­pec­tive, etc… Ce qui rend son des­sin plus proche du gra­phisme “moderne” que la ligne claire nar­ra­tive.

  • Très beau, il y a du St Ogan dans le trait de Williams (ou l’inverse) avec cette impres­sion de vue plon­geante dans ses com­po­si­tions mais ça me fait aus­si pen­ser à Otto Soglow (Le petit roi)

    Reste moti­vé, ton log reste une mine pour les ama­teurs d’illustrations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *