L’humour ligne claire de Gluyas Williams

Avant de commen­cer à écrire ce billet, je me suis très facile­ment convain­cu que Gluyas Williams (1888 – 1982) était un Britan­nique bon teint au délicieux trait ligne claire.
En fait, Williams est né à San Francis­co, est diplô­mé de Harvard et a dessi­né pour les quoti­diens US et illus­tré des livres humoris­tiques jusqu’en 1953.

gluyas-williams-34

gluyas-williams-17

Son humour est très familial et un peu daté – ce qui explique peut-être que son travail soit aussi peu connu de nos jours – mais ses illus­tra­tions atteignent quelque fois des sommets quasi Hergéin.

gluyas-williams-04

gluyas-williams-39

gluyas-williams-21

Il existe un livre repre­nant des images panora­miques de Williams – que l’on peut acheter ici – mais son prix est dissua­sif.

Petite mise à jour : en fait, on trouve sur le Web de nombreux livres illus­trés par Williams ou compi­la­tion de ses dessins à des prix tout à fait corrects. Et même des livres traduits en français.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

14 commentaires

  • C’est dansant,c’est heureux​.Et pourtant,on dirait la fin d’un monde.Son petit garçon lisant est un chef-d’oeuvre.Sa construc­tion rappel­le­ra Caran d’Ache;sa ligne douce­ment triste,plutôt un Plauen E.O.
    Euh…Il a fait quoi aprés 1953 ce brave homme ?

    • Son petit garçon lisant est un modèle d’obser­va­tion. Un thème en plus inédit pour moi.
      En 1953, il a pris sa retraite :-)

    • Ce sont juste­ment les épices qui font la diffé­rence. Mais j’y ai pensé moi aussi, parti­cu­liè­re­ment dans la couver­ture noire du livre.

  • Le petit gars qui lit, c’est vrai que c’est génial. Ça m’a fait penser à une planche muette de John Held Jr, mais impos­sible de remettre la main dessus. Du coup j’ai fait un petit post sur John Held Jr, qui avait lui aussi une ligne claire redou­table.

    • En même temps, c’est très éloigné philo­so­phi­que­ment, Held : il déstruc­ture litté­ra­le­ment le dessin, ignore la perspec­tive, etc… Ce qui rend son dessin plus proche du graphisme ”moderne” que la ligne claire narra­tive.

  • Très beau, il y a du St Ogan dans le trait de Williams (ou l’inverse) avec cette impres­sion de vue plongeante dans ses compo­si­tions mais ça me fait aussi penser à Otto Soglow (Le petit roi)

    Reste motivé, ton log reste une mine pour les amateurs d’illus­tra­tions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *