L’humour ligne claire de Gluyas Williams

Avant de commen­cer à écrire ce billet, je me suis très facile­ment convain­cu que Gluyas Williams (1888 – 1982) était un Britan­nique bon teint au délicieux trait ligne claire.
En fait, Williams est né à San Francis­co, est diplô­mé de Harvard et a dessi­né pour les quoti­diens US et illus­tré des livres humoris­tiques jusqu’en 1953.

gluyas-williams-34

gluyas-williams-17

Son humour est très familial et un peu daté – ce qui explique peut-être que son travail soit aussi peu connu de nos jours – mais ses illus­tra­tions atteignent quelque fois des sommets quasi Hergéin.

gluyas-williams-04

gluyas-williams-39

gluyas-williams-21

Il existe un livre repre­nant des images panora­miques de Williams – que l’on peut acheter ici – mais son prix est dissua­sif.

Petite mise à jour : en fait, on trouve sur le Web de nombreux livres illus­trés par Williams ou compi­la­tion de ses dessins à des prix tout à fait corrects. Et même des livres traduits en français.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

14 commentaires

  • C’est dansant,c’est heureux​.Et pourtant,on dirait la fin d’un monde.Son petit garçon lisant est un chef-d’oeuvre.Sa construc­tion rappel­le­ra Caran d’Ache;sa ligne douce­ment triste,plutôt un Plauen E.O.
    Euh…Il a fait quoi aprés 1953 ce brave homme ?

    • Son petit garçon lisant est un modèle d’observation. Un thème en plus inédit pour moi.
      En 1953, il a pris sa retraite :-)

    • Ce sont juste­ment les épices qui font la diffé­rence. Mais j’y ai pensé moi aussi, parti­cu­liè­re­ment dans la couver­ture noire du livre.

  • Le petit gars qui lit, c’est vrai que c’est génial. Ça m’a fait penser à une planche muette de John Held Jr, mais impos­sible de remettre la main dessus. Du coup j’ai fait un petit post sur John Held Jr, qui avait lui aussi une ligne claire redou­table.

    • En même temps, c’est très éloigné philo­so­phi­que­ment, Held : il déstruc­ture litté­ra­le­ment le dessin, ignore la perspec­tive, etc… Ce qui rend son dessin plus proche du graphisme ”moderne” que la ligne claire narra­tive.

  • Très beau, il y a du St Ogan dans le trait de Williams (ou l’inverse) avec cette impres­sion de vue plongeante dans ses compo­si­tions mais ça me fait aussi penser à Otto Soglow (Le petit roi)

    Reste motivé, ton log reste une mine pour les amateurs d’illustrations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *