Britain at play (W. Heath Robinson – Duckworth Overlook)

une haleine de vache

Après un ouvrage consa­cré aux bizarres inven­tions de Robinson, Duckworth Overlook conti­nue un déli­cieux tra­vail de réédi­tion des des­sins de ce grand illus­tra­teur anglais en se foca­li­sant sur les loi­sirs bri­tish. Golf, sports d’hiver, pêche/chasse et d’autres acti­vi­tés variées rem­plissent ce riche ouvrage de 200 pages envi­ron. La qua­li­té de repro­duc­tion semble meilleure que pour son pré­dé­ces­seur (cf. ici) pour atteindre un niveau hon­nête.
Pour tout dire, plus je regarde les des­sins de Robinson, plus je suis frap­pé par l’influence qu’il a pu avoir sur le Moebius des années 70 et je retrouve les mêmes plai­sirs gra­phiques que j’ai pu avoir à l’époque où j’ai décou­vert Métal Hurlant. Il est en train de deve­nir un de mes illus­tra­teurs favo­ris :-)

l'important c'est la chute

tea time

interception

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

15 commentaires

  • Et on te com­prend qu’elle belle lisi­bi­li­té gra­phique qui va à l’essentiel pour ame­ner le lec­teur jusqu’à la chute. ;o)

  • c’est rigo­lo le com­men­taire pré­cé­dent aurait du se trou­ver sur le billet pré­cé­dent j’ai dû faire une fausse manip . Sans com­men­taire :)

  • Merci pour ce billet ! J’adore Heath Robinson depuis que je l’ai décou­vert pen­dant des vacances en Angleterre il y a une tren­taine d’années. J’étais alors en “sevrage aigu” de BD (il y avait bien 2000 AD dans les kiosques mais je trou­vais ce jour­nal tota­le­ment nul) et j’avais pu “trou­ver un refuge” auprès de vieux illus­tra­teurs dans son genre (c’est là aus­si que j’ai décou­vert Dan Dare). J’en ai même rame­né des pos­ters, qui ont mal­heu­reu­se­ment mal sup­por­té mes démé­na­ge­ments.

    Il fau­dra que je trouve ton livre.

  • Je remarque que je digresse beau­coup… déso­lé ! Pour ce qui concerne Moebius, je n’ai jamais consta­té de véri­table simi­li­tude de style. Il est vrai qu’on retrouve une malice sem­blable chez les deux des­si­na­teurs, mais il y a une fini­tion du des­sin et un sens du détail chez Heath Robinson qui n’apparait pas tel­le­ment chez Moebius.

  • Ah c’est que tu ne connais pas assez bien l’oeuvre de Moeb. Il y a des hori­zons, des façons de sim­pli­fier le décor, voire même des pan­ta­lons qui m’y font furieu­se­ment pen­ser (je pense à la période 70 plu­tôt).
    Pour ce qui est des bou­quins récents, ils sont simples à trou­ver chez les reven­deurs de la Toile.

  • Je ne cher­chais pas à être her­mé­tique Avoine est un illus­tra­teur de des­sins que l’on qua­li­fie­ra d’humour poé­tique je n’ai hélas rien­trou­vé ou si peu sur le net pour illus­trer mon pro­pos:)

  • Vivement le doc­to­rat sur le “Trait du pan­ta­lon dans l’oeuvre moe­biu­sienne de 1972 à 1974. Influences et méca­nique tex­tile.”. ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *