André Durenceau

Pas facile de trou­ver des infor­ma­tions sur André Durenceau. Né en 1904 à Auray (France), il part pour les États-Unis où il tra­vaille sur des fresques murales à Los Angeles, un genre de déco­ra­tion très en vogue dans les années 30. Son tra­vail se par­tage entre illus­tra­tions, fresques et bou­lot pour le dépar­te­ment artis­tique des Studios Technicolor. Il meurt en Floride en 1985.

Pirates sous les Caraïbes

Afrique enchantée

on ne rigole plus

les ravages des régimes minceurs

10 francs CFA sur le serpent

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

6 commentaires

  • on ne rigole plus” ça fait trés ins­pi­ré d’après les livres d’anatomie de Burne Hogarth* (*pas facile rete­nir, l’orthographe de ce nom…)

  • Ah non, je ne suis pas d’accord. Hogarth fais prendre des poses très manié­rées à ses modèles. Ce n’est le cas ici.

  • Effectivement, c’est très “années 30” (comme indi­qué dans ton texte), mais ce n’est pas pour ça que je com­mente ce billet, car per­so ce style me laisse froid, mais juste pour te dire que j’apprécie les légendes déca­lées que tu places sous les images de tes billets :-)

  • concer­nant hogarth, j’oublie tou­jours le manié­risme dont-il abuse.
    J’ai vu dans un de ses bou­quins un trai­te­ment des volumes ana­to­miques
    ana­logue a ” on ne rigole plus”.
    Les com­men­taires déca­lés de ce blog sont un délice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *