Hommage à Barbe

Barbe (1936-2014) nous a quit­té tout dis­crè­te­ment, comme ses femmes dis­pa­rais­sant dans un nuage de ciga­rette. Il n’aura pas fait tant de livres que ça et ça fai­sait un sacré bail que l’on n’avait plus de nou­velles de lui. On gar­de­ra d’autant plus pré­cieu­se­ment ses images au trait clas­sieux et qui tour­naient la plu­part du temps autour de l’anatomie fémi­nine. On remar­que­ra qu’il avait signé avec Cavan­na, autre dis­pa­ru plus média­tique, un Je t’aime. Ça tombe bien, c’est la St Valen­tin.

hommage-barge-li-an

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

12 commentaires

  • Noble pensée.Bien oublié,c’est juste;ses der­nières nou­velles devaient remon­ter à 2000-2001,une expo (ô mémoire défaillante…)et « Le can­tique des can­tiques »…Encore un raffiné,un subtil.Je ne m’explique pas qu’il ait été si peu sol­li­ci­té ses der­nières années.Il méri­te­rait une nou­velle expo-per­ma­nente-au musée de l’érotisme.Comme Pichard !

    • Il avait peut-être des pro­blèmes de san­té ou se consa­crait à la pein­ture ou … Il nous fau­drait un proche pour nous don­ner plus de pré­ci­sions.

  • Tiens,dans un bref entre­tien avec J.M.Vidal,André-François Barbe trouve le moyen de citer Moe­bius : »Voi­là un mon­sieur qui ne sait pas se trom­per en dessinant,qui montre une sidé­rante apti­tude à mettre sur le papier ce que sa tête formule.J’ai pour lui beau­coup d’admiration.Mais pas de l’envie:dans le fond,cette apti­tude géniale,je n’en ai pas besoin,ça ne m’est pas utile. »

    Tout-à-fait autodidacte,comme Reiser,comme Avoine;formation de pilote de chasse (après des vacances pro­lon­gées en Algé­rie offertes par notre chère patrie),parti au Canada,viré pour diverses raisons:il se lance dans le dessin,à 28 ans.Parmi ses « pères » reconnus:André François,Steinberg ou Chaval.Je le devine,comme Cardon,terriblement sou­cieux et jaloux de sa liber­té et de son indé­pen­dance.

    • Il est très éloi­gné de l’approche de Moe­bius mais le trait est un peu de la même école – c’est pour cela qu’on a dû lui poser la ques­tion. Il est quand même beau­coup plus réa­liste que les artistes cités et même dans la recherche de dénue­ment, il ne peut pas s’empêcher de res­ter dans un figu­ra­tif soi­gné. Je sup­pose que c’est ce genre d’approche qui l’a empê­ché d’être recon­nu par un public plus « artis­tique ».

    • Arno arrive bien après lui mais c’est vrai que l’approche dans le contour y res­semble. On va faire un concours de Barbe, c’est comme….

  • Il est joli, cet hom­mage. J’espère qu’il aura don­né du fil à retordre au mois­son­neur que tu as des­si­né, et qu’il l’aura long­temps lan­ter­né en lui disant « C’est pas fini ! Regar­dez, si j’ajoute un trait ici, la bulle de savon va deve­nir un sein, et si j’en rajoute deux là, ce sera un pois­son rouge ».

  • Le blog de Fran­çois For­ca­dell m’a per­mis d’apprendre que Barbe expo­sait encore fin 2012 (ate­lier An.Girard),ses dessins,mais pas ses bandes « ciné­mas » (dont j’étais per­sua­dé que la répu­ta­tion lui pesait )aux­quelles il tenait énormément.On ‘connait pas les gens,finalement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *