Boule de Suif – première

pl 1.0

pl2.0
clic

Tschaï étant terminé, on pouvait penser que je n’avais plus qu’à reprendre l’enseignement, la tête basse et le dos voûté… Que nenni ! Jean-David Morvan, mon estimé ex-scénariste m’a proposé de travailler dans sa collection Ex Libris chez Delcourt. Le plus compliqué restait de trouver un bouquin qui respecte les conditions multiples et variées et qui soit libre. Mon premier choix a été « le Horla » de Maupassant que mon fiston a étudié en quatrième mais Appollo m’a convaincu de m’intéresser à Boule de Suif, une nouvelle que j’avais bien aimée il y a longtemps. Ce sera donc un projet en 46 pl et il me faut déjà penser à la suite…
Je vous mets ici les deux premières planches de la première version du projet.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-moi en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

37 commentaires

  • Jolie mise en scène pour l’introduction d’une nouvelle qui, si ma mémoire ne me trompe pas, doit plutôt bien se prêter à l’adaptation en BD (je pense notamment aux scènes de "pique-nique" qui ont un beau potentiel de mise en images). Appollo a été inspiré, je pense.
    Bon courage!

  • Le Noir et Blanc, ça a quand même de la gueule !

    Donc, pas l’ombre d’un gris (comme chez Tripp-Loisel pour citer un exemple tout à fait au hasard ;-) ) ?

    Qui va se charger de la mise en couleur ?

    Si j’ai bien compris, tu travailles seul pour cette adaptation ?

    Houla, ça en fait des questions tout ça !

  • Totoche: il y aura une réponse à toutes ces questions. Pas de gris (est-ce que ça passe bien à la repro ? Grave question :-)). Les couleurs seront de la douce mimine de Laurence Croix (Fantômes Blancs). Et je suis tout seul avec l’ombre de Maupassant qui pousse fort sur la porte et des influences nébuleuses mais néanmoins très informées.
    Merci Doc, je vais tâcher d’aller lire ça.
    Oph: le pique nique c’est galère: des gens entassés dans une diligence en train de communiquer, c’est pas facile pour moi :-)

  • Superbe ! Maupassant est un de mes auteurs préféré malheureusement peu adapté en BD.
    C’est sûr que la scène du pique-nique devrait donner graphiquement. Tu devrais peut être t’inspirer de la fameuse scène de diligence d’Oumpah-Pah et les pirates ;-)

  • Tu sais tout le bien que je pense de ton dessin sur ce projet, c’est vraiment très beau et très maitrisé tout en restant spontané (enfin ça à l’air), bref la classe. Et puis vu la qualité des couleurs de fantômes blancs, je m’fais pas trop de souci pour la suite.
    à toub
    et relis Oumpah Pah, ça reste un monument (je fais le mariole, j’ai découvert ça il y a deux mois..) et le dessin et la mise en scène sont d’une limpidité..

  • Très jolies planches, on retrouve tout de suite l’atmosphère de Maupassant.
    Et pour répondre à Denis, contrairement au cinéma, il y a eu très peu d’adaptation d’œuvres littéraires en bande dessinée. En ce qui concerne Maupassant, Dino Battaglia avait fait de fort belles choses, en son temps (pas si lointain, d’ailleurs).

  • Je suis plutôt Astérix je l’avoue mais il faudra que je relise ça quand j’aurai l’occasion (merci pour les compliments :-))

  • Provisus: en effet, quelqu’un m’a dit si ce n’était pas un peu gonflé de passer après Battaglia. Je n’ai jamais été grand fan de Dino même si je trouve son travail très beau (un peu l’école italienne très graphique mais pas obligatoirement très accrocheuse) et de toute manière mon approche est tellement différente qu’on ne pourra pas vraiment comparer (si je me souviens bien, c’était quasi des voix off, ce que je cherche à éviter).

  • Si tu aimes Astérix, tu devrais apprécier Oumpah-Pah qui est aussi fin mais moins programmé pour réussir il me semble. Et puis c’était l’époque ou Uderzo faisait encore des personnages rigolos "gonflés à l’hélium" hérités des superhéros américains.

  • Marrant, hier je suis tombé sur la version Battaglia chez un libraire, et en la feuilletant je n’ai pas vraiment accroché (pourtant j’adore ce dessinateur) probablement parce qu’il ne l’a pas travaillée dans la démesure graphique où je le préfère.
    Dis donc, je ne me souviens pas bien de "Boule de Suif" mais je n’ai pas l’impression que les chiens y dialoguent.
    C’est sans doute une adaptation assez libre ? Ceci dit ce ne serait pas une mauvaise chose, et c’est peut-être l’occasion d’un lien avec le Maupassant fantastique.
    Il y a un petit côté gentiment "expressionniste", caricatural et "naïf", dans ton traité et dans ce choix des chiens, un peu comme dans certaines nouvelles de Léo Perutz.
    Bon, je vais relire le texte avant d’en lire la BD. Dans combien de temps la sortie ?

  • Le but de la collection est de tirer les bouquins à soi et je n’ai pas trop envie de faire une BD avec plein de voix off qui reprennent des extraits du livre mais plutôt une vraie BD où l’action se résoud par l’image et les dialogues. D’où les chiens pour commenter au début plutôt que du off.

  • Très prometteur ! Je trouve le dessin beaucoup plus abouti et plus mûr que dans Fantômes Blancs. Tes gueules cassées ont la classe si j’ose m’exprimer ainsi.

  • Mais c’est bien parce que j’ai fait Fantômes que ça s’est amélioré ici. Après, il faut que je tienne comme ça jusqu’à la fin :-)

  • Très balèze!!!
    Je trouve que c’est vraiment balèze, comme si tu avais franchis une étape ou quelque chose comme ca!
    Et tout simplement en NB comme ca, c’est super fort, tu n’as pas peur que la mise en couleur bouffe tout ce dynamisme?
    j’attends la suite avec grande impatience! Bravo!!!

  • Merci Pieriv’. Et quand tu penses que ce n’est que la première version :-) De toute manière les premières planches sont chez moi toujours plus intéressantes: je suis tout frais, plein d’idées. Après, c’est plus difficile de garder cette inspiration, une espèce de routine peut s’installer (un album se fait en 6/9 mois).

  • Tout plein de gens biens t’ayant déjà fait des jolis compliments, je ne peux rien dire à part : prends ton temps mais va vite quand même !

    Autrement, oui, Oumpah-pah !

  • Je reste sur ma lancée pour faire mon "Loisel à Tripp" et dire que je n’aime pas trop la roue de la charette.
    (ça y est je me prends pour Loisel, maintenant, ça ne s’arrange pas !) .
    Désolé d’être si désagréable (tant pis, j’assume).

  • Giraud a dit que c’était ce qu’il y a avait de plus chiant à dessiner. J’assume :-) (si je dois corriger tout ce qui ne va pas j’y suis encore dans deux ans).

  • Ah mais non! de trois quart et en plongée ou contre-plongée, rame tiens (avec les sillages intérieurs… Oui, bon j’aime l’image réaliste, c’est vrai) Pis quand c’est un B17 là t’en a quatre, bonjour l’angoisse.

  • Ben oui, elles doivent tourner exactement de la même façon, sous le même angle, en tenant compte de l’éloignement (C’est grand l’envergure d’un B17)
    Qu’est-ce que je raconte là?! Tout ça à partir d’une roue de charrette ! Faut que j’aille me coucher… Ca ira mieux demain

  • C’est une insulte à Hubinon, Bergèse, Loutte, Jigé… (Ah ben non, c’est vrai, Jigé c’était plutôt les lampes à souder). Allez je me couche. Je m’énerve là.

  • Non, ça fait pas ça. Là on pense plutôt au chameau qui blatère. Sans déc. le vrai bruit d’un vrai Corsair, même à l’allumage des moteurs, c’est même pas onomatopiable. Assister obligatoirement à un meeting de warbirds, genre La Ferté, pour apprécier, après ça on peut mourir. (Faudrait vraiment que je me couche! Li-An va penser que j’ai fumé le tarmac.) Ca fait quoi en onomatopée une charrette?

  • Personnellement, j’ai arrêté le Charette au petit déjeuner, mon pancréas commençait à devenir pierreux …
    Bon sang, mais c’est bien sûr : si t’as du mal, t’as qu’a décalquer l’étiquette d’la rak !
    Et hop ! Ni vu, ni connu ! (Pas con le Toche !)
    Tu peux passer le conseil de ma part au Jeannot de Montrouge.

    A bientôt pour de nouveaux conseils !
    Non, non, je t’en prie, tout le plaisir est pour moi !

    (moi j’aurais plutôt dit : "crriiick … crriiiick",
    et pour le chameau : "Brrrlrârlââââââârlrrrhblblblblblblbleub" , enfin je crois, faudrait vérifier.)

  • Très réussi.
    J’apprécie tout particulièrement le côté « enlevé » de ton dessin (à l’instar de « laché », « jeté »… c’est un terme que j’aime à retrouver dans l’appréciation d’un dessin et qui je trouve garde sa saveur).

    Choix judicieux il me semble que celui de ne pas (peu ?) utiliser la voix off (les chiens qui parlent c’est sympa et ça choque pas, ça décale légèrement l’approche par rapport au pur réalisme,je ne crois pas que Maupassant soit totalement dénué d’humour par ailleurs).

    Effectivement tu n’as pas à rougir bien que passant après Battaglia.
    J’ai revu sa version récemment, c’est un très grand dessinateur, peut-être plus illustrateur que BD (truisme je sais) et même si son parti-pris est respectable, de qualité et très réussi ; ta version plus BD, plus vivante et plus moderne surtout ce qui en plus de l’artistique peut être interessant en termes de commerce mais aussi d’interêt pour la jeune génération n’ est pas moindre.

    Enfin, je t’avouerais que j’avais peur de la mise en couleurs et que je n’aurais pas craché sur une édition N/B (une édition limitée en + pourquoi pas ?).
    Mais finalement si l’on passe le premier cap de la surdose de colorisation informatique généralisée, cette mise en couleurs est non seulement judicieuse, sobre et réussie mais surtout elle forme avec ton dessin un tout très cohérent , s’adapte parfaitement à celui-ci et même à postérioiri éclaire ton choix et ton approche « enlevée » (ouf, la boucle est bouclée !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *