Le pont dans la vase ( Chomet & Chevillard – Glénat)

Il faut bien l’avouer, la parution du Pont dans la vase chez Glénat a été une surprise de taille. Chomet (au scéna­rio) et Chevillard explorent en quatre tomes parus entre 1993 et 2003 un univers post-apoca­lyp­tique bien parti­cu­lier : un monde très proche visuel­le­ment de la fin du XIX° est en train de sombrer… dans la boue. La Science est devenue une sorte d’archéo­lo­gie à la recherche d’objets prove­nant d’un passé qui ressemble au monde du XX° siècle tel que nous le connais­sons mais menée par des incapables qui pensent qu’un tuba est un réser­voir d’eau potable. Camille Park, jeune fille obligée de se traves­tir en homme pour suivre les cours à l’Uni­ver­si­té, se révèle bien plus intel­li­gente mais quel avenir il y a‑t-il pour une jeune femme intel­li­gente dans un monde mené par des hommes pervers et bornés ?
Chomet est surtout connu pour son travail dans l’ani­ma­tion avec La vielle dame et les pigeons dont les décors ont été réali­sés avec De Crécy et surtout Les Triplettes de Belle­ville (dont les décors font débat cf. commen­taires). Les deux ont aussi réali­sé en colla­bo­ra­tion deux albums BD (que je n’ai pas lu ou du moins dont je n’ai aucun souve­nir). En farfouillant sur le Web, j’ai vu qu’il avait débuté chez Futuro­po­lis (un truc à farfouiller chez les bouqui­nistes, tiens) et je ne sais toujours pas pourquoi il n’est pas passé par la case Assoce (comme De Crécy d’ailleurs). Il conti­nue à réali­ser des films d’ani­ma­tion avec toutes les souffrances inhérentes à ce métier de masochiste et le Web annonce une nouveau­té pour 2009 après de multiples déboires.
Évidem­ment, vous me connais­sez, c’est au départ surtout le dessin de Chevillard qui m’a tapé dans l’oeil. Le premier tome est une magni­fique réussite avec des décors et des person­nages ébourif­fants qui servent à merveille l’uni­vers déjan­té de Chomet. Vu leurs occupa­tions respec­tives, les albums verront une parution erratique avec un dessin toujours intéres­sant mais moins specta­cu­laire. Il aurait travaillé avec Corcal chez Fluide mais je ne sais rien là-dessus (il faudrait que je dégotte ces histoires) et il gagne mainte­nant plein d’argent dans le jeu vidéo (vous savez, les Lapins Crétins…).

dormir en cours

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

18 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *