Donito t.1 La sirène des Caraïbes (Conrad – Dupuis)

Doni­to, le petit pêcheur de perles qui peut vivre sous l’eau grâce à une algue magique, a fort à faire avec une sirène très sexy mais dévo­reuse d’humains et un gou­ver­neur bête comme ses pieds. Aidé de ses amis aqua­tiques, il sau­ra s’en tirer comme un chef… Après le suc­cès du « Piège malais » qu’il a réa­li­sé sans son com­plice habi­tuel Yann, Conrad s’attaque au public jeune avec un album magni­fique en cou­leurs directes. Mal­heu­reu­se­ment, l’humour déca­lé de la série ne trou­ve­ra pas un public très large et elle s’arrêtera au bout de quelques albums. Ce sera le chant du cygne d’un des­si­na­teur dont le tra­vail a ins­pi­ré énor­mé­ment de gens. Héri­tier de l’école fran­co-belge ten­dance Fran­quin, il a su la dyna­mi­ser et l’ouvrir à une BD plus moderne. Mal­heu­reu­se­ment, Conrad semble s’être dés­in­té­res­sé des pos­si­bi­li­tés gra­phiques du média, se conten­tant d’assurer sans gros efforts un des­sin mini­mal dans ses der­nières pro­duc­tions, au point que ses héri­tiers semblent être « plus conra­desques » que leur idole…

un gros poisson rouge
clic l’image

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
, ,

41 commentaires

  • Bon­jour.

    Après quelques visites, je me per­mets ce jour de pos­ter un com­men­taire. En toute sim­pli­ci­té. Je suis entiè­re­ment d’accord avec votre billet du jour. Quel gâchis !
    Il est éton­nant que Doni­to n’ait jamais ren­con­tré son public…
    Mys­tère !

    PS : un impré­vu m’a empê­ché de venir vous saluer, hier, place de la Répu­blique. Une autre fois. Car si j’avais oublié (encore par­don) le nom des auteurs, j’avais gran­de­ment appré­cié la lec­ture de fan­tômes blancs.

    Al, trans­fuge de blo­go­bulles !

  • Mer­ci pour ce sym­pa­thique mes­sage, Al :-) Quant aux réus­sites artis­tiques bou­dées par le public, mal­heu­reu­se­ment l’histoire de la BD (et de l’Art en géné­ral) en est rem­plie…

  • Doni­to était une série gra­phi­que­ment magni­fique, pré­bu­bliée dans spi­rou, jour­nal des­ti­né (prin­ci­pa­le­ment) aux enfants…
    Le gra­phisme magni­fique, les petits s’enbattent les yeux et ne com­prennent pas encore l’humour déca­lé.
    Per­so j’ai sur­tout adhé­ré au gra­phisme, mais je ne demande qu’à relire cette série….

  • Mon fis­ton avait beau­coup aimé quand il a décou­vert :-) Il ne faut pas sous esti­mer les enfants. Ce sont, ici, les parents qui sont à blâ­mer…

  • Pour les ama­teurs du Conrad des années 80 (dont je fais par­tie) , la visite du site de Fabrice Tar­rin est hau­te­ment recom­man­dée :
    fabricetarrin.free.fr/
    De quoi patien­ter en atten­dant la sor­tie du "Tom­beau des Cham­pi­gnac" .
    Une conso­la­tion pour les frus­trés à vie (dont je fais donc aus­si par­tie ;-)) qui ont un jour rêvé d’un Spi­rou par Yann et Conrad !

    Tiens, je n’arrive plus à me connec­ter sur le blog de Denis Bodart, sac à papier !

  • Ben moi je veux voir du Conrad ancienne manière, pas du Tar­rin !
    En effet, le site de Bodart est mort, voir les com­men­taires à ce sujet quelque part par là.

  • Et voi­là : quelqu’un a fait (mais en bien mieux évi­dem­ment) le bou­quin que je rêvais d’écrire : la mono­gra­phie de Yann et Conrad vient de sor­tir chez Mos­qui­to.
    Il s’agit de Vivian Lecuivre (celui de "L’intention") et c’est un régal.
    Vivian, je te déteste ;-)

  • Pas ache­té vu le prix. On a quand même un peu l’impression de voir une com­pil du groupe "Images" spé­cial années 80… (zut, j’aurai dû le mettre sur ma liste de cadeaux).

  • C’est vrai qu’on aurait aimé un peu plus d’inédits, mais bon, ne bou­dons pas notre plai­sir, cette planche de "L’incommensurable abo­mi­na­tion de Cthu­luh" est à se dam­ner et jus­ti­fie selon moi à elle seule l’achat du livre (sinon, arrache la chez ton libraire pré­fé­ré).
    C’est seule­ment la 2e que je vois après une pre­mière publiée il y a des années dans un numé­ro des Cahiers de la BD consa­crée à Yann : je pen­sais m’en être défi­ni­ti­ve­ment remis, mais à cause de ce salo­pard de Vivian Lecuivre (;-)), je sens que je vais rechu­ter …
    Et ces jonques ! Je me disais bien qu’il y avait du Mil­ton Caniff là des­sous !

    Et puis comme les prix ne sont plus mar­qués sur les livres, ni en euro ni en rien, ça faci­lite l’achat, fal­lait y pen­ser ! (mer­ci le ser­vice mar­ke­ting !)

  • Ah ! d’accord, c’est là que tu avais répon­du !

    Déso­lé de mettre encore un lien, mais je ne résiste pas à l’envie de faire par­ta­ger ce Spi­rou par Didier Conrad (chez Vivian Lecuivre).
    Là : —> lien mort

    Sinon, si j’ai bien com­pris, il parait que Conrad se casse encore plus la tête qu’avant sur "Raj" puisqu’après l’avoir des­si­né "à la Conrad", il s’impose de le redes­si­ner façon "ligne claire" pour être en phase avec son récit … Dingue, ces mecs qui changent de style ! 8-)
    … Bien­tôt Conrad sur Klare lijn inter­na­tio­nal ??? J’aurais pas parié un Kopec là-des­sus il y a quelques années !

  • Hubert Mou­nier (ex Affaire louis Trio) ferait ou aurait fait de la BD, ins­pi­ré d’auteurs de la ligne claire. Je ne trouve rien sur google. Quelqu’un sait ?

  • Boying­ton > Il a publié deux albums chez "Magic Strip" dans les années 80 et un autre plus récem­ment (fin des années 90) à "La Comé­die Illus­trée" (en col­la­bo­ra­tion avec David Scri­ma). Le tout, comme le disait Totoche, sous le nom de Cleet Boris.

  • Bon, mon post n’est pas pas­sé… J’arcominche. Donc :
    > Totoche, Pro­vi­sus : mer­ci pour les tuyaux. Avec Cleet on trouve bien sûr faci­le­ment. Il touche (ou tou­chait) pas mal fina­le­ment, même si c’est très… ins­pi­ré. Faut lire pour voir et savoir :-) "Créa­ture" et "le temple de la paix" ont l’air bien sym­pas. Si je trouve d’occase je crois que je vais me lais­ser ten­ter.

  • Pour la paro­die de Blake et Mor­ti­mer, il faut plu­tôt regar­der du côté de "Tigresse Blanche" !
    Sinon, j’ai appris que "Doni­to" était à l’origine un pro­jet de des­sin ani­mé.

  • Ah… Doni­to… (tom­bé sur cet article par hasard car une image de Doni­to est appa­rue dans le ban­deau supé­rieur).
    Dupuis a négli­gé ses meilleures séries et ses meilleurs auteurs. Sibyl­line sur la fin, Doc­teur Poche et Jean­nette Poin­tu, les Kros­tons,… Et moins ça marche, moins ils dif­fusent, et donc moins ça marche.

  • C’est un peu le prin­cipe du ban­deau supé­rieur :-) Bah, Dupuis est un édi­teur com­mer­cial avec les incon­vé­nients qui vont avec. Ensuite ça peut être com­pen­sé par des indi­vi­dus bien pla­cés qui ont bon goût mais le com­bat est dif­fi­cile :-)

  • Mais jus­te­ment, ils ont sou­vent sou­te­nu des gens bien pen­dant des décen­nies sans que ça leur rap­porte (aujourd’hui ils aban­donnent plus faci­le­ment ce qui ne marche pas je pense), mais sans faire non plus les efforts pour que ça marche. C’est dom­mage. Ce qui est amu­sant c’est que les pages de Spi­rou qui marquent les lec­teurs, quand tu parles avec eux, c’est sou­vent des choses qui étaient assez mal­trai­tées par l’éditeur.

  • Oui, Dupuis ne sup­porte plus leurs auteurs contre vents et marées (et mau­vaises ventes). Et les auteurs ont aus­si pris l’habitude de papillon­ner si c’est pos­sible.
    Pour ce qui est des sou­ve­nirs des séries Spi­rou, il y a aus­si le plai­sir de faire par­tie d’un club qui joue. Par­ler de Génial Oli­vier, c’est quand même plus poin­tu que de dis­cu­ter sur Boule et Bill ou les Tuniques Bleues qui sont pour­tant des séries qui ont pro­duit des choses inté­res­santes voire sous esti­mées.

  • belle réflexion;avez vous remar­qué l’attachement presque per­vers à consi­dé­rer-par exemple-que « la ribam­belle » c’est mieux que « boule & bill » etc…Sinon,le pro­bleme de Dupuis,il me semble,c’est sur­tout d’avoir ain­si peu à peu per­du une identité,la leur,pour voguer vers l’héroique fantisie,du sous Dupuy-Berberian,entre autres…Et ce ,à coté d’un recours pas­séistes aux z’intégrales…Bon,c’est pas grave,hein…

  • C’est vrai que j’ai vu quelques albums Dupuis qui m’ont un peu éton­né. Par contre je suis plu­tôt pour les inté­grales qui per­mettent d’acheter pas trop cher des albums que l’on ne retrouve plus pour cer­tains.

  • Bon­jour,
    les albums des innom­mables n’ont pas été publiés par Dupuis (j’avais pas fait atten­tion à l’époque sic) : parce que Yann et Conrad étaient en déli­ca­tesse avec des auteurs mai­son (je sais ça tombe sous le sens et j’imagine que ça doit être expli­qué dans la mono qui leur est consa­crée mais en atten­dant je vou­lais pro­fi­ter de vos lumières)?
    A part ça, concer­nant le des­sin de Conrad, je pense comme beau­coup que c’est l’un des plus grands des­si­na­teurs de sa géné­ra­tion, je fais par­tie de ceux à qui il a mis une grosse claque. Concer­nant l’évolution de son style, c’est vrai que de prime abord j’ai été déçu mais si on regarde bien les planches je trouve qu’elles ont une ossa­ture, une sub­stance et une vie dont bien des adeptes de la ligne claire sont pri­vés. De plus il me semble que comme tous les (grands?) auteurs, Conrad arrive à un stade de sa car­rière où son des­sin perd un peu de son éner­ve­ment, de son éner­gie et où la mise en cou­leur est ten­tée par les cou­leurs pas­tel et comme une « sur-expo­si­tion » (je pense au Gas­ton der­nière période par ex.). J’aimerais bien avoir votre avis…
    Bédées­que­ment.

    • À l’époque, il n’était pas du tout sys­té­ma­tique que l’on publie en album des his­toires parues dans le jour­nal et c’était le cas des Innom­mables (ils l’auraient décou­vert par hasard en far­fouillant dans les tiroirs de chez Dupuis).
      Je suis plus miti­gé sur son évo­lu­tion qui est dûe notam­ment à un désir d’aller plus vite et un aban­don plu­tôt rapide quand on regarde sa car­rière de l’envie de faire du « beau des­sin ». C’est deve­nu effi­cace en réfé­rence à Mor­ris sans l’élégance de ce der­nier. On ne peut abso­lu­ment pas com­pa­rer ça avec Fran­quin dont la fin de car­rière a été plu­tôt influen­cée par la mala­die que par le désir de faire autre chose…

  • Mer­ci Li-Ann.

    Tu as sans doute rai­son en ce qui concerne le des­sin de Conrad. Pour Mor­ris, très bien vu, effec­ti­ve­ment je l’avais sen­ti sans l’analyser clai­re­ment. Pour Fran­quin, j’ y avais pas pen­sé.

    Je fai­sais plu­tôt réfé­rence en géné­ral au stade auquel, il me semble, arrivent à un moment don­né les des­si­na­teurs où leur des­sin décroit brus­que­ment pour ensuite ne jamais reve­nir au niveau qui était le leur.
    Je sais pas si tu (vous) vois ce que je veux dire c’est plu­tôt un res­sen­ti qu’une cer­ti­tude, je vou­lais juste savoir s’il était par­ta­gé ou si d’autres pou­vaient m’apporter leur ana­lyse à ce pro­pos…

    Au plaisr

  • C’est mar­rant que Fran­quin parle de « rai­dis­se­ment », j’ai tou­jours eu l’impression du contraire : Fran­quin, Mor­ris ou Mache­rot avaient un des­sin mon­té sur res­sorts quand ils étaient jeunes, mais net­te­ment moins ensuite. On ne doit pas pou­voir éta­blir de règles abso­lues en la matière.

  • C’est Li-An, je suis un gar­çon :-)…
    L’évolution du des­sin est en effet un point cru­ciale chez les auteurs BD. Fran­quin qui était un grand ama­teur de des­sin par­lait d’un rai­dis­se­ment qui arri­vait avec l’âge. On ne peut pas vrai­ment par­ler en géné­ral, c’est une évo­lu­tion très per­son­nelle qui peut être liée à des tas de fac­teurs (comme pour tous les artistes). Fran­quin a évo­lué d’une manière pas­sion­nante jusqu’à ce que ses pro­blèmes de san­té lui rendent le des­sin très dif­fi­cile (sur­tout pour un per­fec­tion­niste comme lui), Moe­bius conti­nue de faire des choses pas­sion­nantes d’un point de vue pure­ment tech­nique et visuel (on peut être moins inté­res­sé par ses thèmes), Pratt avait choi­si de sim­pli­fier son des­sin pour en faire une sorte d’écriture. On a beau­coup par­lé sur ce blog du tra­vail de Mache­rot qui a fait une dépres­sion ner­veuse pen­dant lequel son des­sin s’est affa­di et en fait, je com­mence à mieux appré­cier sa der­nière période alors que je suis sur­tout fan de l’époque Tin­tin (il disait ne plus trou­ver les plumes qu’il uti­li­sait à l’époque, ce qui aurait chan­gé son des­sin). On manque pas mal de réfé­rence sur le sujet parce que l’on deman­dait aux des­si­na­teurs BD de refaire tou­jours la même chose, ce qui sclé­ro­sait leur des­sin. On accepte mieux leurs évo­lu­tions ce qui devrait ralen­tir l’effet de « vieillis­se­ment » à mon avis.

  • Ah non, le des­sin de Fran­quin est beau­coup plus souple au fur et à mesure qu’il mûrit (idem pour les deux autres). Le dyna­misme de leurs début vient de la mise en scène et non pas du gra­phisme.

  • Oui,le trait de Franquin,au soir de sa vie,était trés souple,parfois trés léger,en ce sens de fragile(Les Tifous,quelques der­niers Gaston)mais sur le fil:Toujours juste.Seul mor­ris me semble t’il a eu un des­sin plus « raide »,comme Will,mais fort sensiblement:Un brin de vir­tuo­si­té était passé,ne lais­sant plus que l’ossature…Tiens,cela aurait fait un cha­pitre de plus pour le « Désoeu­vré »de Tronheim?..Par contre n’y a t’il pas un mal­en­ten­du à pro­pos de R.Macherot?Je vois essen­tiel­le­ment les traces et les coups de sa mala­die dans les années 70(où il fera appel à des scénaristes),loin de ses grandes heures;mais les années 80 voient sur­gir un autre Macherot,apaisé et pra­ti­quant un trait rond,chaleureux,presque gouailleur fort éloi­gné de sa période Tintin,mais abso­lu­ment pas­sion­nant et,je trouve,trés beau qui ne peut souf­frir de la comparaison…Un autre de chez Spirou:Charles Degotte,dont la mala­die-celle de Franquin,tant d’autres-n’a pas eu la moindre influence sur son dessin;c’est plu­tot cela qui m’étonne;je ne peux le conce­voir…

  • @Blo­gueur Influent : c’est com­pli­qué parce que Fran­quin tra­vaillait beau­coup pour don­ner un effet de des­sin jeté. Je ne trouve pas que ça fasse « ramol­li » (sauf pour les tous der­niers gags de Gas­ton).

    @julien : sauf que Trond­heim ne se pose plus trop de ques­tion côté des­sin (ou plu­tôt n’en a pas le cou­rage).
    En effet, la période 80 est consi­dé­rée par cer­tains visi­teurs comme la plus inté­res­sante. Je l’ai trou­vée long­temps trop étrange et je change d’avis pro­gres­si­ve­ment.
    C’est vrai qu’un des­si­na­teur dont le trait ne souffre pas des pro­blèmes de son auteur ça fait bizarre. Mais Giraud a eu de gros pb de san­té pen­dant le der­nier Blueb et ce n’est pas fla­grant dans le des­sin – on pour­ra com­pa­rer ça avec le des­sin d’Arno qui pour le coup à la fin fait vrai­ment « malade ».

  • Excuse-moi li-aN :-)
    Sinon mer­ci à tous de cette dis­cus­sion si inter­es­sante. Ca fait du bien de pou­voir par­ta­ger ce genre de consi­dé­ra­tions avec d’autres et on s’rend vrai­ment compte que la dis­cus­sion per­met de faire avan­cer les choses,d’affiner son point de vue (ou d’se posi­tion­ner si on est pas d’accord)… A bien­tôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *