Le Loup des Mers (Riff Reb’s – Noctambule)

loup-mers-riff-rebs-couv

Après un remar­quable À bord de l’Étoile Matutine, publiée aus­si chez Noctambule, Riff Reb’s s’attaque à Jack London, côté Nord.
J’ai lu du London dans ma jeu­nesse mais côté roman jeu­nesse évi­dem­ment – des his­toires pleines de chiens loups et aus­si ses sou­ve­nirs de pilote à San Francisco. Le Loup des Mers joue dans une autre caté­go­rie… Humphrey Van Weyden, appren­ti écri­vain à la vie confor­table, est embar­qué de force suite à un nau­frage, par l’effroyable Lou Larsen, capi­taine de goé­lette qui s’en va chas­ser le phoque. Lou Larsen est une force de la nature, mi-ours, mi-humain, tenant tête à un équi­page qui le déteste cor­dia­le­ment et cherche à le tuer. C’est aus­si un auto­di­dacte génial qui maî­trise aus­si bien la poé­sie que les mathé­ma­tiques… Van Meyden, par­ta­gé entre hor­reur et fas­ci­na­tion, rêve de retour­ner chez lui en vie et va devoir affron­ter le capi­taine quand une jeune femme est recueillie à bord.
L’histoire est cruelle et bru­tale et rompt vio­lem­ment avec la mono­to­nie édi­to­riale du moment. Ce n’est pas une his­toire gir­ly, y’a pas à dire. Le des­sin de Reb’s alterne entre scènes inou­bliables – notam­ment dans les atmo­sphères de brume, les effets de vagues – et d’autres un peu plus plates. Il faut dire que Lou Larsen est dif­fi­cile à des­si­ner: sui­vant son humeur, il appa­raît de façon très dif­fé­rentes aux yeux du lec­teur, ce qui n’est pas évident pour un Reb’s au des­sin expres­sif et très pré­cis. Mais trêve de chi­po­tages, c’est un album impres­sion­nant par son sujet et sa vio­lence.

loup-mers-riff-rebs

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

6 commentaires

  • L’adaptation est remarquable;le “jus” ori­gi­nel y est,non?
    Toutefois-opinion sin­gu­lière, personnelle,ridicule,passagère-la volon­té réa­liste du des­sin m’a sem­blé être un frein;on vou­drait l’abstraction,la folie,la limite par endroits…Mais com­ment la tra­duire et demeu­rer intel­li­gible?
    Alors je range ma réticence,quoique sincère,car le ton est main­te­nu de bout en bout…J’attends la ren­contre Riff Reb’s/Jean Ray…

    • @julien: je suis assez d’accord. Quelque fois le récit néces­site un trait plus au “pre­mier degré” – notam­ment dans la demoi­selle qui ne fait pas rêver – mais j’ignore si Riff Reb’s s’est posé la ques­tion dans ces termes.

  • Lu hier soir. Graphiquement je trouve ça magni­fique. Riff Reb’s a plein de façons dif­fé­rentes de des­si­ner la mer. Le Ghost a une vraie per­son­na­li­té (j’aime les bateaux). Les poses du capi­taine en font vrai­ment un per­son­nage à part, un ani­mal, un titan, sans tom­ber dans la cari­ca­ture.
    Au niveau du récit, je suis plus miti­gé. J’aime beau­coup les deux pre­miers tiers. C’est plus des tranches de vie et des ambiances qu’une his­toire bien éta­blie. Ca marche vrai­ment bien.
    Mais dès l’arrivée à bord de la nana, ça devient plus scé­na­ri­sé, ça va un peu trop vite je trouve, et c’est un peu plat. La fin est vrai­ment expé­diée.
    Et autant le ton du nar­ra­teur passe bien quand il est confron­té au per­son­nage du capi­taine, autant ça devient vague­ment pleur­ni­chard et éner­vant dès que le capi­taine n’est plus là (l’évasion, l’ile etc).
    Ceci dit, un très bon album, avec des images et des ambiances qui res­tent dans la tronche. Bonne pioche. Je vais ten­ter “L’étoile Matutine”

      • @Li-An: Oui. Par rap­port aux autres per­son­nages, elle manque d’existence. Je crois qu’elle aurait pu être “éro­ti­sée” un peu plus déjà. Une nana qui arrive sur ce bateau de l’enfer plein à cra­quer de tes­tos­te­rones frus­trées, ca devrait faire plus Boum. Et une scène un peu plus “cul”, même fan­tas­mée, sans tom­ber dans le gra­ve­leux, ça aurait peut être rajou­té quelque chose de plus pro­bant au côté évolution/transformation du nar­ra­teur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *