Les lectures de Raymond

journée de 35 heures Ah, c’est l’été, le far­niente, le soleil, les filles en biki­ni (ah bon, où ça ? s’étonne l’auteur BD ins­tal­lé dans son salon pour bos­ser des planches urgentes). Bon, bref, ça devient dif­fi­cile de pondre des billets avec plein de choses scan­nées (“voyons voir, ce livre doit être dans une des éta­gères dépla­cées momen­ta­né­ment dans la chambre pour cause de tra­vaux. Peut-être sous cette pile de vieux Margouillats ? Ou dans la pen­de­rie ?”) et je me rabats sur la faci­li­té.

St Etienne !
Franquin
Mais la faci­li­té intel­li­gente (un concept inven­té par moi-même. Tous les médias uti­li­sant ce terme ou cette appel­la­tion sont priés de prendre contact avec moi dans les plus brefs délais pour payer des droits exhor­bi­tants) !
Voilà donc le blog de Raymond, consa­cré à ses lec­tures BD. Attention ! Ce n’est pas un vieux lar­moyant exhi­bant des pho­tos d’un fas­ci­cule pro­mo­tion­nel pour les savons Milbul avec un des­sin inédit de Seron ou un gamin com­plexé qui s’enthousiasme devant les qua­li­tés gra­phiques du der­nier Alan Moore. Non, mon­sieur, Raymond, c’est “Raymond la science”, un lec­teur pas­sion­né qui fait par­ta­ger ses réflexions sur ses lec­tures, qu’elles soient récentes ou anciennes, res­s­sor­tant Buzzelli de l’honteux oubli où il est plon­gé, ana­ly­sant le mou­ve­ment dans les gags foo­teux de Gaston ou décor­ti­quant soi­gneu­se­ment Approximativement de Trondheim.
Thondheim
Thondheim
Son écri­ture est lim­pide, ses ana­lyses tout le temps per­ti­nentes. On est loin des loghor­rées épui­santes de Du9 ou le mini­mum syn­di­cal des men­suels BD. Voilà un blog qui me paraît incon­tour­nable pour les curieux qui pensent !

décou­vert en zieu­tant le blog de Totoche

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
, ,

23 commentaires

  • Je pro­fite des vacances pour faire le tour des blogs illus­tra­teurs Réunion et je tombe sur le tien. Ta “faci­li­té intel­li­gente” m’a plu je m’empresse de te mettre en lien chez moi et vien­drai te lire régu­liè­re­ment.

    Cool Tricky ;)

  • Et bien, bienvenu(e?) Nana et si tu as une liste de des­si­na­teurs réunion­nais à pro­po­ser, je serai curieux de voir ça.

  • Une liste, ça me fait bien rire mais disons quelques uns qui ont tra­vaillé pour Océan Jeunesse (dont je fais hum­ble­ment par­tie). Une des seules mai­sons d’édition de l’île… voir la seule.
    Nimbus, Nathalie Millet, Gabrielle Manglou, Floàfleur. Je pense que tu dois en connaître plus que moi.

  • Comment ça, la BD n’est pas un truc de filles ??? Merci pour les liens, je vais mettre ça dans mon blo­groll aléa­toire mais il faut que je crée une nou­velle sec­tion “From La Réunion” :-)
    (le tra­vail de Nimbus m’a bien plu et le tien… ben c’est pas trop ma tasse de thé pour le moment mais il y a de la bonne musique :-)).

  • Je n’ai pas dit que la BD n’était pas un truc de fille!!! (sinon je ne serai pas là). Mais je me dou­tais que mon uni­vers très fémi­nin ne serait pas ta “cup of tea”. C’est dû à mon par­cours (arts appli­qués et mai­son de cou­ture). D’autant plus qu’en ce moment les illus­tra­tions pré­sentes sur mon blog sont réa­li­sées pour un défi­lé.

    Mais je sou­haite dépas­ser ce que je sais faire pour aller vers autre chose.

    Et la struc­ture BD m’intéresse pour ça.

    En ce moment l’univers de Lynch me fas­cine, il y a quelques chose là-dedans qui me tra­vaille mais je ne sais pas encore quoi ni com­ment.

    Alors en atten­dant je cherche. Et je regarde. :)

  • Oula, il ne faut pas croire que je sois à ce point bor­né :-) Il y a des uni­vers fémi­nin que j’aime beau­coup (cf. Nicole Claveloux).
    Lynch est un bon début (on peut y mettre ce que l’on veut :-)) et je vais gar­der un oeil sur ton flux RSS.

    Pour les curieux, on peut voir Serge Huo Chao Si sur le blog de Nana :-)

  • Nicole Claveloux , celle qui n’aime pas le por­no ? :

    ” En jan­vier 1985, plu­sieurs femmes des­si­na­trices remettent en ques­tion la presse BD de l’époque. Nicole Claveloux, Florence Cestac, Chantal Montellier et Jeanne Puchol cosignent Navrant, un mani­feste publié dans Le Monde. Extrait : “Navrante, cette soi-disant nou­velle presse per­cluse des plus vieux et des plus cras­seux fan­tasmes machos. Navrant, de voir la plu­part des jour­naux de bandes des­si­nées emboî­ter le pas, prendre le che­min réduc­teur de l’accroche-cul et de l’attrape-con. De la ‘por­no à quatre mains’, au ‘strip-tease des copines’, en pas­sant par ‘l’étude com­pa­ra­tive des loli­tas’, ‘le roi de la tripe’, ‘les nou­veaux esclaves’, les ‘mange-merde’, les talents se déploient, virils. (…) Parce que nous aimons cer­taines bandes des­si­nées, parce que nous sou­hai­tons que les jour­naux soient au ser­vice des créa­teurs et pas des seuls mar­chands, parce que ces der­niers réduisent chaque jour davan­tage la place accor­dée à la créa­tion au pro­fit de l’uniformisation, nous avons vou­lu réagir.”

    Article piqué sur Auracan

    http://www.auracan.com/Indiscretions/2003/20030707.html

    Bon, on va me dire qu’il y a “por­no” et “por­no” …

  • A l’époque où Nicole Claveloux et ses consoeurs ont écrit ce texte, on pou­vait avoir l’impression que la BD adulte était une BD avec des images de sexe. Ce mani­feste était com­plè­te­ment jus­ti­fié. D’ailleurs, il en reste quel­qus chose, puisque dans les kiosques (en Suisse) les jour­naux de BD (style DBD ou Lanfeust) sont tou­jours ran­gés à côté des revues por­no, et ça m’énerve un peu. Il a fal­lu attendre la fin des années 90 pour que le genre “BD adulte” soit recon­nu en tant que tel.

    Sinon mer­ci à Li-An pour cet article. Je me demande si je vais faire une chro­nique sur Seron ;-)

  • Ah mais je n’ai pas dis que ce n’était pas jus­ti­fié !
    Je m’étonnais juste qu’elle exploite actuel­le­ment (non sans talent) un genre qua­li­fié de dégra­dant pour l’image de la femme, qu’elle sem­blait fus­ti­ger autre fois.
    Pour avoir feuille­té ses albums, je ne suis pas per­son­nel­le­ment cho­qué (rassurez-vous) , mais je ne dirais pas non plus que l’image de la femme en sorte par­ti­cu­liè­re­ment gran­die … C’est tout ! :-)

    Du reste, il n’y a plus tel­le­ment de revue-BD-X il me semble.
    Je me trompe ? Kiss comix existe tou­jours ?

  • Ben non, il n’y a pas de “dégra­da­tion de l’image de la femme” si l’homme y est trai­té de la même manière ou si il y a équi­libre entre le désir des deux sexes. La por­no­gra­phie est consi­dé­rée (en dehors du point de vue moral) comme néfaste pour l’image de la femme parce qu’elle cherche à satis­faire des fan­tasmes uni­que­ment mas­cu­lins où la femme n’aurait pas son mot à dire. Ensuite, l’analyse des images est un autre sujet…

    Dans ses his­toires Métalliques ou autres pas pour enfants, la sexua­li­té y est déjà pré­sente. Et tout le monde a le droit de chan­ger d’avis de toute manière (s’il fal­lait que je n’aime que ce que j’aimais il y a 20 ans, ma vie serait bien triste).

  • Les revues et les BD éro­tiques ont vu leur public chu­ter quand les asso­cia­tions de “parents” ont mena­cé de por­ter plainte contre les grandes sur­faces clas­siques et cultu­relles si elles ne s’arrangeaient pas pour que les mineurs ne puissent pas y avoir accès. Du coup, pour ne pas se cas­ser la tête, les grandes sur­faces ont car­ré­ment reti­ré de leurs rayons les­dites BD.

  • On fait tout un pata­quès pour des his­toires de Q met­tant en scènes des per­son­nages fic­tifs des­si­nés, qui plus est, dans des bou­quins à tirage confi­den­tiel, mais on laisse cir­cu­ler libre­ment, sur inter­net ou chez n’importe quel libraire en bas de chez soi, dans des caisses en car­tons à auteur d’un enfant sachant à peine mar­cher, des films met­tant en scène des séances de tor­tures sexuelles insou­te­nables, avec des filles en chair et en os : mais là ça ne gène plus per­sonne …
    A mon avis, la seule expli­ca­tion pos­sible, c’est que ceux qui veulent inter­dire ces BD, ne lisent tout sim­ple­ment pas de BD, mais aiment bien regar­der par contre ce genre de films …
    Quelle belle socié­té bien pen­sante ! :-)

  • Et sache que je trouve abso­lu­ment INTOLERABLE, l’image que donne Nicole Claveloux de la gent mas­cu­line dans ses albums !

    (C’est vrai quoi, j’ai l’air de quoi, moi, après, avec ma petite qui est quiète ?)

    :-))))))))))

  • Il faut dire que nous sommes aus­si conta­mi­nés par une morale US qui veut qu’un téton soit into­lé­rable alors que n’importe quel type de vio­lence peut être ven­du aux ado­les­cents (la cible pri­vi­lé­gié des indus­tries des médias). Le slo­gan des États-Unis pour­rait être “ne faites pas l’amour mais la guerre”.

  • ins­pi­ré, dis donc !

    C’est vrai en plus. C’est assez bizarre aus­si. C’est ptêt ça un pays qui aime autant la reli­gion et les armes à feu.

  • En fait, lorsque l’on lit des choses sur l’histoires des States et sa construc­tion, la vio­lence et la bigot­te­rie sont des thé­ma­tiques qui remontent loin. C’est plu­tôt fas­ci­nant même si le résul­tat en 2008 est sou­vent gon­flant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *