Negrinha (Jean-Christophe Camus & Olivier Tallec – Bayou)

Dans la série « les Grandes Décou­vertes d’Angou­gou 2009 », voilà un album Bayou (la collec de Sfar où on ne sait plus trop si Sfar y est vraiment). J’étais passé sur le stand Bayou à la recherche de divers auteurs et j’ai vu Olivier Tallec qui s’ennuyait ferme à compter les visiteurs. Je ne supporte pas le regard suppliant du pauvre dessi­na­teur abandon­né (un peu entre le regard de l’épa­gneul breton et celui de la vache limou­sine) et je me suis dit que l’album avait une bonne tête. Ça faisait vague­ment penser à Aya dans la même collec­tion et peut-être que ça plairait à mon fiston. J’avoue que les premières planches m’ont un peu fait peur : le dessin de Tallec se ressent un peu de l’illus­tra­tion, domaine où il a beaucoup travaillé. Les person­nages très simples, des masses définies en couleurs directes. Mais petit à petit, je suis rentré dans cette histoire toute simple de rapport mère/​fille dans un Rio sobre­ment réaliste, qui ne joue pas sur le cliché touris­tique (ou ciné) et qui voit une maman bien foncée rêver d’un bel avenir pour sa fille à la peau plus claire. Jean-Chris­tophe Camus donne à lire une histoire sensible sans mièvre­rie. Une agréable surprise qui m’a conso­lé de beaucoup d’albums peu convain­cants lus ces derniers temps.

le soleil de Rio

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Mots-clés de l’article
Rejoindre la conversation

4 Commentaires

  1. says: julien

    Trés séduisant,comme du François Avril(c’est agaçant,‘faut toujours que je prenne appui sur un autre auteur).Trés beau travail de couleurs.

  2. says: Li-An

    Je ne pense pas que l’on puisse compa­rer ça à François Avril qui part d’une ligne claire pour épurer et garder des lignes de forces. Là, c’est plus un travail sur la couleur…

  3. says: hippolyte

    Le rapport avec Avril est pas faux sur cette planche mon p’tit Li An, surtout la première case …
    Tallec est quand même un sacré illus­tra­teur et ça fait vraiment du bien quand des illus­tra­teurs jeunesse de ce calibre passent à la bd, ça amène vraiment beaucoup de fraicheur. J’vais p’têtre acheté ma première bd de l’année tiens ..

Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *