Oskar Andersson, un humoriste suédois

Oskar Anders­son (1877 – 1906) n’aura pas fait long feu. Consi­dé­ré comme le précur­seur de la bande dessi­née en Suède, c’est d’abord un dessi­na­teur humoriste assez étonnant comme on peut le voir dans les quelques dessins trouvés ici et là, notam­ment dans son recueil Mannen Som Gör Vad Som Faller Honom In (L’homme qui faisait tout ce qui lui passait par la tête) où le person­nage princi­pal réalise tout ce que l’on rêverait de faire sans l’oser.

Anders­son s’est donné la mort en se coupant les veines avant de se tirer une balle dans la tête. Il avait 29 ans et souffrait de dépression.

oskar-andersson-01
un gag pas facile

oskar-andersson-02

oskar-andersson-07
le meilleur gag de 2013
avant le libre échange
avant le libre échange

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Mots-clés de l’article
,
Rejoindre la conversation

14 Commentaires

  1. says: Töpfferiana

    Magni­fique ! Merci pour cette (re)découverte. Ce trait libre et cet humour nonsen­sique est étonnant pour le tout début du XXe siècle. Oskar Anders­son annonce la bande dessi­née ”Adamson” du suédois Oscar Jacobs­son qui apparaî­tra en 1920…

    1. says: Li-An

      On voit dans le graphisme qu’il est assez inspi­ré par les illus­tra­teurs allemands humoris­tiques de son époque mais son humour est assez parti­cu­lier. On ressent la part de folie qu’il avait en lui probablement.

  2. says: jérôme

    Tiens, je retombe là-dessus et depuis la publi­ca­tion du billet je vois que ”L’homme qui faisait tout ce qui lui passait par la tête” a été republié l’année dernière chez un éditeur espagnol : http://​elnadir​.es/​_​c​m​s​/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​?​o​p​t​i​o​n​=​c​o​m​_​v​i​r​t​u​e​m​a​r​t​&​p​a​g​e​=​s​h​o​p​.​p​r​o​d​u​c​t​_​d​e​t​a​i​l​s​&​f​l​y​p​a​g​e​=​f​l​y​p​a​g​e​.​t​p​l​&​p​r​o​d​u​c​t​_​i​d​=​1​0​0​&​I​t​e​m​i​d​=​1​&​v​m​c​c​h​k​=​1​&​I​t​e​m​i​d=1
    Comme c’est muet je vais peut-être tenter… Diffi­cile de trouver des extraits qui témoi­gne­raient de la quali­té de l’impres­sion cependant.

      1. says: jérôme

        Ben du coup je l’ai acheté dans l’optique d’un cadeau de Noël et j’en suis fort marri parce que finale­ment c’est compo­sé pour moitié d’his­toires muettes et pour moitié d’his­toires à texte et comme les textes sont donc en espagnol, ça fait pas vraiment mes affaires (après, si tu connais des hispa­no­phones, le bouquin est très bien impri­mé etc.).

        1. says: Li-An

          Tu es donc à moitié marri. Merci en tous les cas pour le retour. Malheu­reu­se­ment, mon propre espagnol est nul. On peut peut-être espérer que cette édition espagnole séduise un éditeur francophone.

Laisser un commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *