Top of the Lake – une série de Jane Campion

top-lake-campion

Une série conçue par un metteur en scène de cinéma réputé, un lac, un cadavre dans le lac, un flic confron­té aux policiers locaux… Ça ne vous dit rien ?
En vision­nant le premier épisode de Top of the Lake, la série BBC créée par Jane Campion dont j’aimais déjà beaucoup le travail – tous les jeudis sur Arte – j’avais comme des fourmis de Twin Peaks dans les mollets. Campion se déclare grande fan du travail de David Lynch et on retrouve des échos amicaux. On retrouve aussi comme un air d’agent Starling du Silence des Agneaux de Jonathan Demme dans le person­nage princi­pal inter­pré­tée par Elisa­beth Moss.

top-lake-campion_02

Thui est une jeune fille de 12 ans qui se retrouve enceinte. De qui ? Elle ne veut pas le dire. Robin Griffin est policière chargée des mineurs et elle voit son séjour auprès de sa mère troublé par cette enquête qu’elle voudrait mener au bout. Le père de Thui est une espèce de baron local hyper macho affublé de deux fils tatoués qui ne supporte pas de voir débar­quer sur son terri­toire une commu­nau­té de femmes à la dérive menée par une étrange gourou (Holly Hunter).

Pour l’ins­tant, il n’y a qu’une seule saison de Top of the Lake et pas de seconde saison officiel­le­ment annon­cée. On remar­que­ra que le suspens initial ne vient pas de ”qui a tué” mais ”qui a fécon­dé”. Ce premier épisode m’a bien accro­ché avec des person­nages très intri­gants, une enquê­trice en conflit avec les habitudes locales et une théma­tique autour de la violence faite aux femmes qui démarre bien. J’avoue que je suis bien plus excité par les paysages de Nouvelle-Zélande que ceux de Weste­ros et Essos.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

8 commentaires

        • Comme ce n’est pas une série US, c’est passé sous les radars geeks/​réseaux sociaux. À noter que la BBC produit ces dernières années des séries ou mini-séries qui m’enthou­siasment. Et en France, on a Nicolas LeFloch qui est au mieux gentillet.

            • C’est vrai. Mais j’ai beaucoup de mal avec la façon dont sont filmées les séries françaises. J’ai dû regar­der un épisode mais je n’ai pas du tout accroché.

              • Peut-être que tu devrais essayer ”Les revenants”, qui a des parti-pris de réali­sa­tion plus origi­naux… Même si le scénar tourne un peu en eau de boudin, il y a une certaine beauté fantasmagorique…

              • Ah oui, j’essaie­rai ça quand ça passe­ra en clair. La théma­tique est déjà plus accrocheuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *