Stefan Żechowski, un artiste symbolique polonais à redécouvrir

Ste­fan Żechows­ki (1912-1984) est un peintre/illustrateur polo­nais com­plè­te­ment oublié par les manuels de l’Histoire de l’Art. Il faut dire que son tra­vail figu­ra­tif sym­bo­liste est très éloi­gné des canons cri­tiques. Son goût pour la soli­tude et son refus de l’Art Contem­po­rain n’ont pas aidé non plus à le faire connaître.

Assez étran­ge­ment, on retrouve dans son tra­vail un goût pour la lumière et les volumes qui me rap­pellent le tra­vail de Hannes Bok ou de Cor­ben et sa recherche de pure­té et sa pré­ci­sion trouvent des échos chez Mou­chel. Son sens du gro­tesque est magni­fique et je pense que son tra­vail aurait eu plus d’échos aux États-Unis où il aurait trou­vé des débou­chés plus com­mer­ciaux. Il a aus­si réa­li­sé de nom­breux tra­vaux éro­tiques dont on peut voir un extrait dans le recueil Les Enfers – Domaine polo­nais de Banach paru chez Pau­vert, seul ouvrage fran­çais où il ait été publié.

Un artiste injus­te­ment mécon­nu qui mérite une redé­cou­verte

Stefan zechowski_89

Stefan zechowski_143

Stefan zechowski_177

Stefan zechowski_185

  • Toutes ces images sont issues de http://stefanzechowski.com/, un site réa­li­sé par un ama­teur bri­tan­nique tom­bé amou­reux du tra­vail de Żechows­ki.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

8 commentaires

    • On se demande un peu com­bien de domaines il pou­vait y avoir. J’aurais bien feuille­té ce bou­quin que je n’ai jamais croi­sé.

  • Un faux pompier.Comme s’il vou­lait écrè­mer son public,faire fuir à la pre­mière impression.Une soli­tude qui évoque la para­doxale envie de cou­per tous liens avec l’extérieur.On dirait un sur­réa­liste Belge.De temps en temps(davantage?),il va trés loin.Cette chute de cheval,cette chère douce maman…Son burlesque,ou ses scènes de vie banales sont brus­que­ment angoissantes.Cet effroi,ce vertige;aprés-coup.
    Trés beau par­tage.

    • C’est vrai qu’il peut être dans le grand écart avec des choses quelque fois trop rondes et des choses éton­nantes. En géné­ral, c’est l’apanage des artistes qui mettent beau­coup d’eux-mêmes dans leurs images : quand ça va bien, ils peuvent faire des choses mièvres.

  • Joli décou­verte, très sur­pris par la pre­mière illus­tra­tion qui me fait aus­si beau­coup pen­ser aux per­son­nages de Cor­ben, trait simple mais belle tech­nique de mode­lé, ron­deur, grands yeux…

    • Oui, c’est éton­nant d’arriver aux mêmes conclu­sions que Cor­ben en cher­chant pro­ba­ble­ment des choses dif­fé­rentes.

  • Puisqu’on dirait que les com­men­taires sont de retour…
    Cor­ben, pour­quoi pas, ce n’est pas le pre­mier qui me soit venu à l’esprit.
    J’ai éga­le­ment pen­sé à Mou­chel pour cer­taines images.

    Mais c’est sur­tout Chris van Alls­burg (Juman­ji, Zathu­ra, Les mys­tères de Har­ris Bur­dick…) qui a sur­git au détour de cer­taines séries plus « réa­listes » avec une très forte simi­li­tude dans le trai­té gra­phique, la lumière, le trai­te­ment des per­son­nages, et même les cadrages (ton avant der­nière image est de ce lot).

    Sinon je ne le trouve pas vrai­ment sym­bo­liste, ou alors dans une veine à la Kubin, , Redon ou Fuss­li qui serait plu­tôt issu d’un fan­tas­tique du cau­che­mar.

    • Il y a en effet quelque chose de von Alls­burg dans la lumière mais ce der­nier n’a pas la cha­leur des visages de Zechows­ki. Le sym­bo­lisme est très large comme cou­rant et les noms que tu cites sont par­fai­te­ment adap­tés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *