Pittori di carta (Santo Alligo – Little Nemo editore)


Ma quête du livre rare m’entraîne réguliè­re­ment du côté de St Michel (Paris, France) à la fameuse librai­rie ”Le regard moderne”. C’est une véritable caverne d’Ali Baba pour les amateurs d’images rares (ou érotiques) mais l’exi­guï­té du lieu donne des sueurs froides au moindre touriste équipé d’un petit sac à dos, voire d’un carton à dessin. À chacune de mes visites, les livres s’entassent un peu plus, défiant toute recherche appro­fon­die et réflé­chie (et toutes les lois physiques recen­sées). Il faut donc se conten­ter de piocher de ci de là en espérant tomber sur la pièce rêvée. Et là, bingo bongo, un bouquin inespé­ré, un livre italien dédié aux illus­tra­teurs 1800/​1900. Un petit carré de 22 * 22 cm mais plein à craquer de bonnes et belles choses. Au sommaire de ce tome : Granville, Legrand, Beard­sley, Mucha, Bilibin, Kupka, Corrêa, Czesch­ka, Mussi­no, Edy Legrand, Parrish et Rockwell Kent. Je dis ”de ce tome” car il existe un second tome un peu plus épais un peu plus cher. Repro­duc­tions magni­fiques, le concept du livre est d’étu­dier ces artistes en partant de leurs publi­ca­tions de l’époque (puisqu’ils illus­traient en règle générale de beaux livres). Dommage que mon italien soit incon­sis­tant, je suis sûr que je pourrai apprendre plein de choses…

Nevermore
clic Louis Legrand illus­trant Poe

une chasse royale
clic Ivan Bilibine

le bateau de 13h15
clic Edy Legrand

Le site de l’édi­teur http://​little​ne​mo​.it/.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

21 commentaires

  • On connait surtout de Bilibine les illus­tra­tions pour contes russes (tout à fait dispo­nibles chez Actes Sud Junior).
    Ta surprise est un peu l’enjeu de ce blog : montrer que la tradi­tion graphique BD ne commence pas à Jijé ou Tezuka ou Caniff mais remonte aux illus­tra­teurs du début du siècle qui ont ”créé” un trait adapté à la repro­duc­tion dans des livres.
    Dans le cas de ce bouquin précis, j’ai décou­vert avec joie des images de Bilibine que je n’avais jamais vues.

  • Heureu­se­ment, pour parfaire mon éduca­tion graphique j’ai dans ma biblio­thèque un catalogue sur les illus­tra­teurs britan­niques de 1800 à 1999… J’y ai décou­vert pas mal de gens (Harold Glaze, John Hancock…)

  • Bilibine… Vous avez tout dit, et c’est l’une des raisons de ma fréquen­ta­tion assidue de ce remar­quable espace.
    Une autre est l’appren­tis­sage de l’ita­lien !
    ;-D)
    Il ne faut pas confondre Pitori di carta (les peintres de papier?) et Pirro­ri…

    Je propose rien d’autre que le pilori.

    En tout cas… MERCI !

  • Le pilori baste… ça ne vaut pas un clou sauf pour les amateurs ;o)

    Pour un illus­tra­teur russe je propo­se­rai plutôt Piroj­ki (di carne) comme ça on pourra agréa­ble­ment casser la croute en regar­dant ses oeuvres.

  • C’est la librai­rie de la rue Gît le coeur ?
    Une fois, j’ ai tiré le nez depuis le seuil, c’était plein à la gueule (3 ou 4 personnes), la flemme de fouiller dans ces piles de bouquins à l’équi­libre impro­bable, au milieu de cette foule, m’a fait repor­ter siné dié ma visite, mais selon tes dires, l’endroit semble valoir le coup d’oeil.
    Je m’y risque­rai donc (sans sac ça va de soi).

  • Oh mainte­nant, un seul visiteur suffit à faire obstruc­tion :-) À mon avis, le seul moyen d’en profi­ter réelle­ment, c’est d’y aller toutes les semaines pour se conten­ter de piocher sur les livres en haut de la pile. Un peu stres­sant.

    D’ailleurs, le libraire n’arrive pas à avoir le tome 2 alors si quelqu’un a une solution :-)

  • Merci à Doc et Oslav. J’ai en effet payé le prix éditeur mais c’est plutôt sympa pour un import (les libraires y vont gaiement là-dessus). Reste à savoir si je suis prêt à payer encore un peu plus pour le tome 2. Grrrr.

  • Bilibine, j’adore. mes parents m’avaient ramené de ST Peters­bourg un album de contes avec ses illus­tra­tions et j’ai mis du temps à en retrou­ver sur le net.
    un gr illus­tra­teur oublié, et diffi­cile à retrou­ver.

  • Bonjour, je suis à la recherche de l’iden­ti­té d’un illus­tra­teur d’un russe des années 1870, qui a travaillé sur les classiques (pouch­kine, les contes…) et signait du monogramme E… cela dit quelque chose à quelqu’un ?… Merci !

  • Voilà une colle pas facile. Est-ce qu’il est possible de voir une ou plusieurs images de cet illus­tra­teur incon­nu ?

  • oui bien sûr mais je n’ai pas de site, mon adresse est ”édité pour échap­per aux spams”, je peux vous envoter un cliché si vous me commu­ni­quez la vôtre, NO

  • Je suis allé maintes et maintes fois dans cette fabuleuse et minus­cule librai­rie rue Gît-le-Cœur, et j’y ai décou­vert des bouquins géniaux, c’était avant l’époque de amazon ou de ebay. À l’époque c’était entas­sé, mais ça restait raison­nable. Depuis, chaque fois que j’y retourne je suis déçu, il y a vraiment de plus en plus de bouquins entas­sés horizon­ta­le­ment, et aucun n’est acces­sible. On en ressort super frustré : on a des sous pour acheter des livres, on sait qu’il a des choses incroyables, qu’on pourrait décou­vrir un peu au hasard, et finale­ment on feuillète à peine 10 bouquins en se contor­sion­nant pour laisser passer les autres clients (2 ou 3 maximum) J’ai décidé avec grand regret de ne plus y mettre les pieds. J’ai deman­dé la dernière fois au libraire s’il comptait déména­ger dans un espace un peu plus grand, il m’a regar­dé avec des grands yeux étonnés ”ben pourquoi ??”. J’avais trouvé chez lui les super bouquins de Robert Opie chez New Caven­dish Books.

  • C’est rigolo l’adresse email que tu utilises Guillaume :-)
    Oui, elle rend un peu fou cette librai­rie. L’idéal serait de venir à la ferme­ture et tout débal­ler. Entre les trucs hyper connus, ceux déjà achetés et l’éven­tuelle pépite au fond à droite, ça rend marteau… Il ne faut pas hésiter à deman­der au patron des rensei­gne­ments, il connait bien sa boutique. Mais si c’est pour zoner, c’est frustra­tion et compa­gnie.

  • Amusant : mes pas m’ont mené par hasard cet été jusqu’à cette splen­dide librai­rie-galerie-maison d’édi­tion turinoise qu’est Little Nemo.

    J’ai cru y devenir dingue : c’est la caverne d’Ali Baba, j’ai même failli verser une larme devant un strip de Floyd Gottfred­son ! Si !!!

    En plus, le type est adorable. On a même eu droit à une visite privée de la ”galerie-caché” en français ! J’ai même pu tenir un Jacono entre les mains ! Un truc de dingue, je vous dis. Les Maghen et autres Bosser peuvent aller se rhabiller !!!

    A visiter absolu­ment si vous passez par Turin (ne cherchez pas l’adresse dans le Guide du Routard…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *