Martin Lewis, témoin de la vie nocturne new-yorkaise de l’entre deux-guerres

Martin Lewis (1881 – 1962) est un artiste austra­lien qui a fait toute sa carrière aux États-Unis. Dans l’entre deux-guerres, il rencontre le succès avec ses travaux (princi­pa­le­ment des gravures) repré­sen­tant des scènes de rue nocturnes de New-York (un thème très classique dans la peinture de l’époque notam­ment dans la repré­sen­ta­tion de la vie parisienne). Il croise à ce moment le jeune Edward Hopper avec qui il se lie d’amitié en l’aidant à dévelop­per sa technique de gravure. Enfin c’est ce qui est dit à un moment puisque les deux hommes vont se brouiller.
La Grande Dépres­sion va obliger Lewis à vivre à la campagne et, lorsqu’il rentre à New York, il se heurte à plusieurs problèmes : il n’est pas recon­nu comme un artiste états-unien et l’art moderne a le vent en poupe. De plus, il ne peint pas. Il va être obligé de se tourner vers l’enseignement, jaloux du succès de son ancien ami Hopper.

La beauté de ses clairs obscurs, le côté documen­taire sensible de ses images vont le remettre au goût du jour… bien après sa mort.

Quelques gravures de Hopper sont visibles ici https://​www​.li​-an​.fr/​b​l​o​g​/​z​o​l​i​e​s​-​i​m​a​g​e​s​/​h​o​p​p​e​r​-​a​u​-​g​r​a​n​d​-​p​a​l​a​is/.

martin-lewis-02

martin-lewis-10

martin-lewis-16

martin-lewis-18

martin-lewis-23

martin-lewis-31

martin-lewis-50

martin-lewis-57

martin_lewis_26-930×750

MartinLewis_3010

Martin-Lewis-Relics-Speakeasy-Corner-drypoint-1928

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
, ,

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *