Das Kampf en souscription – version Vaughn Bodé

kampf-bode-couv

Vaughn Bodé a vingt et un ans en 1963 lorsqu’il publie cent exemplaires à compte d’auteur de Das Kampf, en reprenant le concept de Happiness is a Warm Puppy de Charles M. Schulz qui complétait à chaque fois la phrase « Happiness is… » avec un dessin d’illustration. Sauf que Bodé a choisi « War is… ».

bode-kampf

bode-kampf_02

Il y a donc cent dessins noir et blanc qui vont être republiés par les Editions Aux forges de Vulcain en version bilingue si ils arrivent à boucler leur souscription. Vous pouvez donner 15 € pour le livre qui sera vendu 20 € en participant à l’adresse suivante: http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/das-kampf-de-vaughn-bode

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-moi en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

24 commentaires

  • Découvert quelques extraits de Das Kampf dans un précieux Fanzine ( dont j’ai oublié le nom ) en 1982 ou 83 au salon d’Angoulème … raaaaaaaaaaaa , sacrée madeleine de proust !!! …

    Ma préférée était :  » la guerre c’est tenir l’ennemi dans son viseur et lui laisser finir son quatre-heure !  » … Encourageons donc les éditions  » Aux forges de Vulcain  » !!! …

  • 63 ? La fête bat son plein au Viet-Nam, non ? Pourtant, curieusement, on n’aperçoit que des Allemands et des Russes sur ces extraits. J’aimerais savoir si, comme Mort Walker, Bode a aussi représenté des gentils G.I dans sein Kampf, ou bien que les méchants ?

  • TOTOCHE TANNENEN

    En fait, en 1963, l’engagement militaire américain au Vietnam est très faible. Il ne gagnera en intensité qu’en 1965. Dans mes souvenirs, même si c’est Kennedy qui prit la décision de cet engagement, c’est sous Johnson que cet engagement s’est affirmé.

    Dans l’imaginaire américain, quand on parle guerre en 1963, l’imaginaire convoqué est: deuxième guerre mondiale, Corée et, à la rigueur, Cuba.

    – mais, pour répondre à ta question, les soldats crétins de Bodé sont principalement des GI (même s’il y a quelques Allemands et quelques Russes).

    (n’hésite pas à poser toutes tes questions).

  • Me voilà rassuré !

    je me demandais s’il y avait pu y avoir une forme de censure ou de pression (comme celle que subit Walker quand il tenta d’introduire un Noir – en tout bien, tout honneur- dans BB) , voire d’autocensure, ce qui aurait été surprenant de la part de Bode.

  • (je n’ai pas lu « Une si jolie petite guerre » – je note la référence, merci!)

    A ma connaissance, il n’y a pas eu de censure, ni d’auto-censure: l’édition 63 a eu un tirage d’une centaine d’exemplaires, distribués directement, donc, cela a volé sous le radar (je me rends compte que c’est sorti en plein âge d’or de Marvel!).

    Quand c’est ressorti en 1977, grâce à Larry Todd, Bodé était mort depuis deux ans, l’engagement au Vietnam était fini et les courants anti-militaires étaient devenus majoritaires (au moins dans l’imaginaire et les arts), donc les risques de censure, notamment aux Etats-Unis, étaient nuls. Note, par contre, que ce tirage a été de 3000 exemplaires.

    Quant à l’autocensure, ce que je trouve fantastique avec Bodé, c’est sa totale liberté de ton dans son oeuvre -cette liberté se voit peut-être plus dans d’autres volumes, mais disons qu’il n’avait pas beaucoup de tabous…

    (note que je demanderai à l’occasion au préfacier de me donner de plus amples précisions)

  • Ca y’ est , j’ai retrouvé dans ma cave mes vieux Fanzines en rangeant mon grenier . Il y a 2 numéros spécial Bodé d’un Fanzine appelé CONTAGION , parus en 1982 et 83 .

    Le premier a parler entièrement de Bodé ( numéroté 3 ) est tiré à 200 exemplaires et fait 78 pages … le sous -titre de couverture est  » Le maître des lézards et des nichons  » . C’est réalisé par une bande de pirates appelée «Rapetou-Incorporée-Prod» avec faisant partie du comité de rédaction certains Jean Pierre Poncelet et Jean Annestay …

    Le second opus numéroté 5 fait une soixantaine de pages ( toujours entièrement sur l’artiste ) . On y trouve une quarantaine de dessins de Das Kampf , et une nouvelle traduction de Cobalt 60 revendiquée par le culotté J P Poncelet bien meilleur que celle de Dionnet pour Métal Hurlant !!!

    On y trouve une BD préhistorico-philosophique appelée  » The Man  » ( préfigurant grave , à mon sens , un certain Trondheim et d’autres joyeux artistes de l’association . ) Et beaucoup de dessins d’humour dont certains assez trash sur la guerre du Viet-nam …

    cordialement

    • Bravo pour ces précisions anthologiques. Retrouver un fanzine de 82, faut être bien organisé, dis donc ! Ça donne envie de partir en chasse même si je ne l’ai jamais croisé – même son nom ne me dis rien. Si Annestay est encore parmi nous, je ne sais pas qui est ce Poncelet

  • Ben zut alors, quelle surprise! Du Bodé sur la guerre jamais vu, je suis scotché! Le trait semble fait au rotring, moins « vivant » que tout ce que je connaissais de lui, mais reconnaissable quand même. (Personnage trapu et …pied en l’air)

    *Est-ce que son fils n’avait pas repris le flambeau au fait, en bossant un peu comme le père? Ou je l’ai rêvé!…

    • Tiens, un Papy de passage. En effet, le fils a repris la suite en mimant son père. C’est un peu raide mais c’est assez compréhensif vu son jeune âge à l’époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *