Bofa en approche serrée

Emmanuel Pollaud-Dulian m’annonce la sortie le 8 novembre 2013 de la biogra­phie à paraître chez Corné­lius qu’il consacre à Gus Bofa, Gus Bofa, l’enchanteur désen­chan­té. Un beau bébé de 552 pages avec ”plusieurs centaines de dessins noir et blanc et couleurs” (je veux bien le croire).
Rappe­lons que le Salon de l’Arai­gnée est prévu, lui, le 15 novembre (cf. ce billet), toujours du même auteur. Pratique pour les séances de dédicace… Mais dange­reux pour votre porte-feuilles.

J’en profite pour mettre une image de mon Bofa préfé­ré pour le moment – La Croisière incer­taine.

bofa-croisiere-incertaine-03
La petite ville sous la pluie

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

10 commentaires

  • Portefeuille…Bon,mais ”on n’a jamais été aussi près de NOEL,ma bonne dame”…Alors…Toujours un catalogue choisi chez Cornélius;ça a l’air d’être une évidence,hein…

    • Ça sent bien Nouel en effet. Pour le catalogue Corné­lius, je ne dis trop rien puisque ça fait longtemps que je n’ai rien acheté chez eux.

    • Il y a de fortes chances, oui. Je n’ai pas été assez bête pour acheter le Blutch, Total Jazz, sans me rendre compte que c’était une réédi­tion comme certains que je connais.

    • Faut être Suisse pour avoir besoin d’une serrure pour se br… s’exci­ter. Quoique, il paraît que les jeunes femmes n’aiment plus montrer leurs seins sur les plages. Du coup, les Femen deviennent réelle­ment provo­ca­trices !

  • Bonjour,

    Ayant mis huit ans pour réussir à montrer Gus Bofa en Suisse, Je voulais juste préci­ser que l’hom­mage de Wazem était une invita­tion à décou­vrir des dessins de Bofa sur le thème des rues et fenêtres. Et son ”mur” était une rue grandeur nature, avec une colonne morris et un kiosque, peinte en noir et blanc comme une bande dessi­née. Et que les ”trous de serrure” était plutot des vitre cassées, des ouver­tures dans lesquelles les dessins appelaient à être regar­dé. Mlle bambu nue était effec­ti­ve­ment dans une poignée de porte car nous trouvions assez drôle de mettre le visiteur dans le rôle de voyeur.…

    Je peux vous envoyer une ou deux photos si vous voulez, ou les deman­der à Emmanuel qui en a reçu copie.

    Amica­le­ment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *