Bofa en approche serrée

Emma­nuel Pol­laud-Dulian m’annonce la sor­tie le 8 novembre 2013 de la bio­gra­phie à paraître chez Cor­né­lius qu’il consacre à Gus Bofa, Gus Bofa, l’enchanteur désen­chan­té. Un beau bébé de 552 pages avec « plu­sieurs cen­taines de des­sins noir et blanc et cou­leurs » (je veux bien le croire).
Rap­pe­lons que le Salon de l’Araignée est pré­vu, lui, le 15 novembre (cf. ce billet), tou­jours du même auteur. Pra­tique pour les séances de dédi­cace… Mais dan­ge­reux pour votre porte-feuilles.

J’en pro­fite pour mettre une image de mon Bofa pré­fé­ré pour le moment – La Croi­sière incer­taine.

bofa-croisiere-incertaine-03
La petite ville sous la pluie

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

10 commentaires

  • Portefeuille…Bon,mais « on n’a jamais été aus­si près de NOEL,ma bonne dame »…Alors…Toujours un cata­logue choi­si chez Cornélius;ça a l’air d’être une évidence,hein…

    • Ça sent bien Nouel en effet. Pour le cata­logue Cor­né­lius, je ne dis trop rien puisque ça fait long­temps que je n’ai rien ache­té chez eux.

    • Il y a de fortes chances, oui. Je n’ai pas été assez bête pour ache­ter le Blutch, Total Jazz, sans me rendre compte que c’était une réédi­tion comme cer­tains que je connais.

    • Faut être Suisse pour avoir besoin d’une ser­rure pour se br… s’exciter. Quoique, il paraît que les jeunes femmes n’aiment plus mon­trer leurs seins sur les plages. Du coup, les Femen deviennent réel­le­ment pro­vo­ca­trices !

  • Bon­jour,

    Ayant mis huit ans pour réus­sir à mon­trer Gus Bofa en Suisse, Je vou­lais juste pré­ci­ser que l’hommage de Wazem était une invi­ta­tion à décou­vrir des des­sins de Bofa sur le thème des rues et fenêtres. Et son « mur » était une rue gran­deur nature, avec une colonne mor­ris et un kiosque, peinte en noir et blanc comme une bande des­si­née. Et que les « trous de ser­rure » était plu­tot des vitre cas­sées, des ouver­tures dans les­quelles les des­sins appe­laient à être regar­dé. Mlle bam­bu nue était effec­ti­ve­ment dans une poi­gnée de porte car nous trou­vions assez drôle de mettre le visi­teur dans le rôle de voyeur….

    Je peux vous envoyer une ou deux pho­tos si vous vou­lez, ou les deman­der à Emma­nuel qui en a reçu copie.

    Ami­ca­le­ment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *