Beuville illustre les Lettres de mon moulin de Daudet

Les vacances, le Sud, les grillons qui grillonnent et un peu de Beu­ville pour l’apéro.
Paru dans la col­lec­tion Galaxie en 1973 comme Oli­ver Twist, ces Lettres de mon mou­lin d’Alphonse Dau­det est donc illus­tré de 8 hors textes cou­leurs et de nom­breuses illus­tra­tions en gri­saille en tête et fin d’histoire.

Autant l’avouer, ce n’est pas mon Beu­ville pré­fé­ré avec quelques images un peu étrange, qui n’ont pas l’évidence habi­tuelle du tra­vail de Beu­ville. Il semble beau­coup moins ins­pi­ré que pour le Dickens. Je vous mets toutes les images cou­leur et quelques images en gri­saille.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

6 commentaires

    • On peut sup­po­ser ce genre de chose. Mais bon, il était peut-être par­ti dans des expé­ri­men­ta­tions bizarres :-)

  • Ah,j’suis un tan­ti­net pas d’accord avec vous ;
    c’est un peu char­gé par endroits,c’est vrai (reconnaît-il,déjà) mais il déploie une cer­taine force du trait;par moments,on sent qu’il aspire à cal­mer quelques ardeurs.
    A t’il vou­lu railler ses petits pla­giaires (peu probable)…L’époque était à ce genre de poids dans le dessin,mais je doute que -nez dans le gui­don- cela pou­vait l’affecter dans un sens ou un autre.Un Jijé rani­mant Jer­ry Spring avec l’ombre désor­mais de Gir,ça pou­vait être assez pathétique.(et cela concerne peu de planches)
    La Pro­vence est immor­ta­li­sée sous les meilleurs jours d’un Will.
    N’essayez sur­tout pas d’aller com­pa­rer sur place.
    Bah,merci,en tous cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *